• Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Quart d'heure sécurité : comment faire vivre ce temps fort ?

- Mise à jour le 27/01/2016 10:54

Concept anglo-saxon, le quart d’heure sécurité est entré peu à peu dans les mœurs des entreprises françaises du BTP. Sur les chantiers, ce moment est consacré à la transmission de messages de prévention essentiels. Mais la réelle efficacité de la démarche dépend étroitement de la capacité à l’animer en s’assurant que le message est bien compris par tous. Tour d’horizon des bonnes pratiques et des initiatives innovantes.

Le quart d'heure sécurité

"Le quart d’heure sécurité s’est surtout imposé dans les grands groupes et les grosses PME. Dans les entreprises plus petites, on a tendance à organiser en début de journée des points sur l’activité en général, abordant entre autres la prévention ", note en préambule Gwenaëlle Keraval, responsable des projets formation à la direction des services et prestations de l’OPPBTP. "Quart d’heure sécurité ", "Causerie sécurité ", " Point sécurité " quel que soit le terme choisi, la démarche est identique : relayer des messages importants en matière de santé et sécurité auprès de l’ensemble des personnes concernées, réunies au même endroit et au même moment, sur un temps court. L’objectif est que ces messages soient compris et donc appliqués par tous. Si cette définition paraît simple, les enjeux qu’elles recouvrent le sont moins, ce qui explique qu’elle donne lieu à des pratiques très diverses.

Quart d'heure sécurité : deux approches distinctes

À l’occasion d’un quart d’heure sécurité, deux approches se distinguent. La première consiste à évoquer un thème général, comme les chutes de hauteur ou la conduite routière, en rappelant les risques associés, et les actions envisageables pour le réduire. La seconde à choisir une problématique directement liée au chantier en cours, comme un environnement de travail ou un mode opératoire. "Plus le sujet sera proche de leur quotidien, plus les salariés seront enclins à se l’approprier ", souligne Gwenaëlle Keraval. Les remontées d’accidents ou de presqu’accidents peuvent également donner lieu à une analyse de leurs causes et à la recherche de moyens pour éviter qu’ils ne se produisent. Mais attention, "si ce type d’événement peut être traité dans le cadre d’un point informatif, il a moins sa place au sein d’un quart d’heure sécurité qui a une visée plus préventive que curative ", prévient Céline Peugeot, directrice commerciale de l’agence Graphito Prévention. De son côté, le spécialiste du béton et des granulats Cemex a opté pour le panachage. En effet, certains sujets sont définis au niveau national et doivent être traités obligatoirement, mais d’autres peuvent être choisis par l’animateur, en fonction de l’actualité du chantier.
[...]

L'essentiel

  • Le quart d’heure sécurité est un temps pris sur le chantier pour transmettre des messages importants de santé et de sécurité aux salariés.
  • Certaines entreprises choisissent de décliner l’exercice sur des besoins ciblés et personnalisés.
  • La qualité de quart d’heure peut être animé par un préventeur ou par le chef d’entreprise, après qu’il a été formé à l’animation sécurité.

Retrouvez l'ensemble du dossier consacré au quart d'heure sécurité dans le magazine Prévention BTP du mois de février (n°194)
S'abonner



  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Votre conseiller OPPBTP

Prévention BTP n°199

10 idées reçues sur la prévention

Prevention BTP n°199

Trop chère, compliquée, pas concerné... le dernier numéro du magazine Prévention BTP met à mal 10 idées reçues !
Numéro disponible en version papier ou digitale.
En savoir plus

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.