Jurisprudence : Qui règle l’entretien des vêtements de travail ?

18/06/2013

justice-4_3

L’employeur prend en charge les frais d’entretien des vêtements de travail s’il impose à ses salariés de les porter pour préserver leur santé et leur sécurité au travail ou pour toute autre raison dès lors qu’ils sont inhérents à leur emploi.

Une société a été condamnée, par la Cour de cassation (Cass. Soc. 10 avril 2013 - N° )12-16225, à payer des dommages et intérêts à sept de ses salariés au titre du préjudice subi pour avoir refusé de prendre en charge le nettoyage de leurs vêtements de travail. Considérant que l’employeur n’est pas tenu de supporter le nettoyage des vêtements de travail lorsque les salariés ne sont pas exposés à des substances, préparations chimiques dangereuses ou à des travaux insalubres ou salissants, l’affaire a été portée devant la Cour de cassation. Cette dernière a confirmé la condamnation prononcée par la cour d’appel.

Pour fonder sa décision, la Cour de cassation s’appuie sur une jurisprudence antérieure qui étend l’obligation de prise en charge des frais d’entretien aux vêtements professionnels que les salariés sont contraints de porter pour des raisons d’hygiène, de sécurité ou de stratégie commerciale. (Cour de cassation 21 mai 2008 - n° 06-44044)

Pour sa défense la société a fait valoir que cette jurisprudence ne lui était pas opposable dans la mesure où le litige était antérieur. Mais les juges ont rappelé que les frais qu’un salarié expose pour les besoins de son activité professionnelle et dans l’intérêt de son employeur doivent être supportés par ce dernier, lorsqu’il est constaté que pour chacune des catégories d’emplois concernés le port du vêtement de travail était obligatoire et inhérent à l’emploi.

Votre conseiller OPPBTP

Êtes-vous exposé régulièrement à l'amiante dans le cadre de votre activité professionnelle ?

 

Sondage

En chiffre

100 000

Dans un rapport basé sur les travaux de l’Institut de veille sanitaire (InVS), le Haut conseil de la santé publique (HCSP) estime que l'amiante pourrait provoquer d'ici à 2050 la mort de 68 000 à 100 000 personnes en France. L'InVs a également évalué entre 61 000 et 118 000 le nombre des décès attribuables à l'amiante entre 1995 et 2009. Entre 25 000 et 36 000 décès seraient dus à un mésothéliome, un cancer de la plèvre et entre 36 000 et 82 000 décès seraient causés par un cancer pulmonaire dû à une exposition professionnelle à la fibre.

PréventionBTP

Le magazine

Le magazine PréventionBTP