• Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Les TPE-PME plus exposées à certains risques professionnels

- Mise à jour le 13/09/2017 11:34

Selon la Dares, les salariés des TPE-PME sont davantage exposés aux vibrations, aux postures pénibles et au risque cancérogène que ceux des grandes entreprises.  

DARES

La taille de l’entreprise a-t-elle une incidence sur l’exposition au risque ? Est-on plus exposé lorsque l’on travaille dans une TPE. A contrario, l’est-on moins dans une grande entreprise ? C’est à ces questions qu’a souhaité répondre la Dares à travers une étude publiée en juillet dernier et issue de son enquête Sumer 2010. Cette dernière s’attache à comparer l’exposition aux risques professionnels des salariés des TPE (de 1 à 9 salariés) et des PME (de 10 à 49) à celle d’établissements plus grands (plus de 50), tous secteurs confondus. 

Plus de postures pénibles, de vibrations…

Premier enseignement, si 28 % des salariés de TPE-PME sont exposés à des postures pénibles plus de deux heures par jour (contre 25 % pour l’ensemble des salariés), ils le sont un peu moins que pour les salariés des entreprises de 50 à 200 salariés (20 %). Selon la Dares, cela s’expliquerait selon la typologie des métiers. Ces salariés exerceraient en effet plus souvent dans l’agriculture ou le BTP. Même constat pour l’exposition aux vibrations : dans les TPE, les salariés sont 18 % à être soumis aux vibrations transmises par les machines et les outils, contre 12 % de l’ensemble des salariés et à peine 7 % dans les entreprises de plus de 500 salariés. Les salariés des TPE sont également davantage exposés au risque routier puisque 20 % d’entre eux conduisent plus de deux heures par jour sur la voie publique, contre 12 % dans les grands établissements. 

 …et de risque cancérogène 

Plus inquiétant, les salariés des TPE sont plus exposés aux agents chimiques cancérogènes (13 % contre 10 % pour l’ensemble). « Cette surexposition est aggravée par une mise à disposition moins fréquente des protections collectives ou individuelles », note la Dares dans l’étude. Parmi les salariés de TPE exposés à ces agents, 34 % n’ont ni protections collectives ni protections individuelles (contre 24 % dans les entreprises de plus de 200 salariés). Un décalage à mettre sur le compte d’un défaut de prévention formalisée dans les TPE-PME, d’un manque de moyens financiers pour substituer les produits dangereux ou une moindre prise de conscience de la part des employeurs. 

Néanmoins, les TPE et PME sont moins concernées par les risques organisationnels et psychosociaux. Les contraintes de rythme semblent moins fortes dans ces petites entreprises que dans des établissements plus importants (22 % dans les TPE, contre 36 % dans les grandes entreprises

Voir l'étude de la Dares



  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Votre conseiller OPPBTP

Le numéro spécial est paru !

Prévention BTP n°213

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.