• Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

De nouvelles mesures pour favoriser l’apprentissage

- Mise à jour le 14/02/2018 17:05

La réforme de l’apprentissage annoncée par le Premier ministre le 9 février prévoit, notamment, une prime pour passer le permis de conduire et une hausse de la rémunération des apprentis. 

apprentissage

Le 9 février dernier, le Premier ministre et la ministre du Travail ont dévoilé les principales mesures de la réforme de l’apprentissage voulu par le président de la République. L’objectif affiché du gouvernement est de favoriser cette filière, qui affiche de très bons résultats en matière d’accès dans l’emploi. Sept jeunes sur dix qui vont au bout de leur contrat trouvent un poste dans les six mois suivants. Or le nombre de nouveaux entrants annuel plafonne à un peu plus de 296 000 en 2017, pour un total de 400 000 apprentis, loin des 500 000 voulus par l’ancien président, François Hollande.

Une prime pour le permis de conduire

La réforme engagée a pour objectif de moderniser l’image de l’apprentissage afin de la rendre plus attractive à la fois pour les jeunes et pour les entreprises. Ainsi, la taxe d’apprentissage va être remplacée par une "contribution alternance", en faveur des contrats d’apprentissage et des contrats de professionnalisation, d’un montant égal à 0,85 % de la masse salariale des sociétés (soit un peu plus de 4 milliards d’euros). Elle sera reversée intégralement aux CFA. Par ailleurs, pour attirer plus de jeunes dans l’apprentissage, deux mesures incitatives seront mises en place : une aide de 500 euros sera attribuée aux apprentis majeurs pour passer le permis de conduire et leur rémunération sera revue à la hausse (en moyenne de 30 euros par mois). La limite d’âge pour suivre une formation en apprentissage sera, en outre, repoussée à 30 ans, contre 26 aujourd’hui. "Les jeunes de plus de 26 ans seront payés au minimum au niveau du smic, comme pour le contrat de professionnalisation"

Des mesures pour le BTP

Enfin, le gouvernement souhaite faciliter l’embauche des apprentis par les entreprises. À cet effet, le temps de travail maximal pourra être porté à 40 heures par semaine dans certains secteurs, comme le bâtiment ou les travaux publics. La rémunération sera majorée au-delà du seuil de 35 heures. Les organisations professionnelles ont salué ces réformes. "Nous accueillons ainsi avec beaucoup de satisfaction les premières mesures annoncées par le gouvernement, qui sont dans la droite ligne de nos ambitions, au profit des jeunes, des entreprises, des salariés et demandeurs d’emploi de notre secteur", a, pour sa part, déclaré Jean-Christophe Repon, président du CCCA-BTP.



  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Découvrez le magazine PréventionBTP

Magazine Prévention BTP

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.