• Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Chantier propre, chantier sûr

- Mise à jour le 04/08/2016 11:45

Si les normes d’hygiène dans le BTP ne sont évidemment pas celles d’un bloc opératoire, un minimum est toutefois requis pour préserver la santé des opérateurs. Cinq points à surveiller de près.

hygiène
Base vie, l'indispensable

Obligatoire, la base vie, généralement constituée de bungalows, est dimensionnée en fonction de l’importance du chantier. Elle est raccordée aux réseaux ou fonctionne de manière autonome (comme un camping- car) et s’organise autour d’équipements clés.

  • Les toilettes. Un W-C doit être mis à disposition pour dix opérateurs (W-C séparés en cas de présence de femmes sur le chantier). L’entrée des toilettes est obligatoirement séparée de l’entrée principale.
  • Le vestiaire. Il permet auxsalariés de se changer et de remettre leurs vêtements de ville après le travail. Certains sont dotés d’armoires chauffantes ou ventilées qui sèchent les vête- ments et les chaussures pendant la nuit. En l’absence d’armoire, les vêtements, tenues et équipe- ments de protection peuvent être accrochés à des patères ou dispo- sés sur des chaises.
  • Le coin repas. Il est équipé de plaques ou d’un four à micro- ondes, d’un réfrigérateur, etc.
  • La douche. Facultative en général, celle-ci est obligatoire en cas de présence de plomb ou d’amiante sur le chantier(arrêté du 23 juillet 1947, article R. 4228-9 du Code du travail).

Sur les petits chantiers, réalisés notamment chez les particuliers, la base vie proprement dite n’est pas indispensable pour autant que les ouvriers disposent d’un accès à des toilettes, d’un point d’eau, d’un lieu pour déposer leur matériel et leurs vêtements et – idéalement – puissent utiliser un micro-ondes. Pour les PME, il est également possible d’équiper le camion de chantier d’une case servant de rangement et de vestiaire, clairement identifiée et séparée de la zone utilisée pour transporter le matériel.

A éviter

  • La base vie "cabane", comportant a priori tout l’équipement nécessaire mais qui n’est pas raccordée aux réseaux d’eau, d’assainissement et d’électricité (W-C inutilisables, lavabos et douches inopérants, etc.).
  • La base vie mal entretenue : W-C bouchés, coin repas encrassé, lieux de vie utilisés comme aire de stockage de pro- duits chimiques…
Le lavage des mains, trop négligé…

Un chantier expose à de nombreuses activités salissantes ou contaminantes. D’où l’importance du lavage des mains… à condition qu’il soit bien fait. Ainsi, il faut se laver les mains après une activité qui les a souillées, avant d’enfiler des gants, avant de manger, en quittant le travail.

A retenir

  • Le lavage des mains doit se faire méthodiquement et rester un geste simple et basique : de l’eau tiède, un produit savonneux, en insistant entre les doigt. Rincer abondamment et sécher.
  • Ne jamais employer de produits pétroliers ou de solvants agressifs pour se laver les mains. Seuls les savons traditionnels ou les nettoyants sans savon adaptés doivent être utilisés.

Détail : le papier jetable et, mieux encore, le sèche-mains électrique à air pulsé sont préférables à l’essuie-main, rapidement contaminé. L’idéal est de protéger sa peau, agressée par les intempéries, les lavages, les produits chimiques. L’utilisation d’une crème (anticrevasse) permet d’éviter le dessèchement cutané.

Les pieds : gare au manque d'hygiène

Les pieds doivent être lavés quotidiennement. Une évidence toujours utile de rappeler. L’entretien des chaussures n’est pas moins nécessaire : le soir, en les quittant, ne pas oublier de bien les ouvrir et de retirer ses semelles pour qu’elles s’aèrent pendant la nuit. Quant à l’extérieur de la chaussure, il peut être nettoyé au jet ou au lave-bottes, qui permet de bien décaper les semelles après avoir travaillé dans la boue.

A éviter

  • Les chaussettes qu’on garde une semaine. Idéalement il faut les changer tous les jours, car on transpire beaucoup dans les chaussures de sécurité. Un manque d’hygiène associé à l’humidité des chaussures est la cause de bien des mycoses cutanées.
Des tenues bien entretenues
Vestiaire

L’employeur est responsable de l’entretien des tenues de travail et des EPI (article R. 4323- 95 du Code du travail). Soit il prend lui-même en charge leur nettoyage, soit il confie celui-ci à des sociétés spécialisées, soit il fournit aux salariés une carte de pressing. L’entretien de ces tenues nécessite de respecter les instructions du fabricant (température, mode de lavage) afin que le vêtement ne soit pas détérioré (par exemple, les bandes phosphorescentes qui, au fil des lavages, perdent leurs propriétés réfléchissantes).

A noter : Certains vestiaires sont dotés d’armoires chauffantes ou ventilées qui sèchent les vêtements et les chaussures pendant la nuit (voir photo).

Boire ou manger, en toute sécurité

Dans les grands groupes, il arrive que des prestataires extérieurs soient chargés de la préparation et de la livraison des repas. Parfois, les salariés déjeunent au restaurant. La plupart du temps, le repas de midi, c’est la gamelle. Il faut la concevoir roborative mais aussi équilibrée. C’est-à-dire contenant des glucides (pâtes, féculents, riz…) en quantité pour l’énergie, des protéines et des légumes (attention aux graisses ajoutées : mayonnaise, beurre, crème). L’idéal, c’est le plat complet. On veille à ce que le coin repas soit maintenu propre, et on se lave les mains avant de manger.

Cet article est issu des archives du magazine Prévention BTP .
Pour en savoir plus sur les offres d'abonnements (papier ou digital) et l'achat au numéro :
Renseignez-vous

 

Hygiène sur les chantier, notre offre d'information et documentaire :

  • Pas de retouche du règlement intérieur hygiène et sécurité sans avis du CHSCT
    Voir la jurisprudence


  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Découvrez le magazine PréventionBTP

Magazine Prévention BTP

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.