• Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Le sulfate d'étain évalué par l'Anses

- Mise à jour le 18/10/2017 13:01

Chaque année, l'Anses publie les résultats d’évaluation de cinq substances chimiques suspectées d’être des perturbateurs endocriniens. 

Anses

Le 9 octobre dernier, l'Anses, l'Agence nationale de sécurité sanitaire, a rendu son avis sur cinq substances chimiques suspectées d’être des perturbateurs endocriniens (PE), examinées au cours de l’année 2016. Parmi elles, le TMBPF qui entre dans la composition de résines, le RDP un retardateur de flammes et le sulfate d'étain, utilisé notamment dans la construction pour la préparation du ciment. « Il n'est pas possible de conclure sur l’existence d’un éventuel effet PE du sulfate d'étain », conclut l’Anses. Par conséquent, l'agence réclame davantage de données afin de pouvoir mieux statuer sur la dangerosité du produit. À noter que le sulfate d'étain avait fait l’objet d’une évaluation au titre du règlement REACH en raison d’une suspicion d’effet reprotoxique et d’une suspicion de propriété CMR et d’effet sensibilisant.

Voir les résultats complets de l'étude



  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Découvrez le magazine PréventionBTP

Magazine Prévention BTP

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.