Le travail en équipes successives alternantes

Travail en équipes successives alternantes

La notion d’équipes successives et alternantes, définie par la loi comme facteur de pénibilité, est plus connu sous l’appellation de travail posté, comme par exemple les 3x8, 2x8, 2x12. Elle est incluse dans la catégorie des organisations temporelles atypiques et comprend souvent un poste en horaires de nuit. Pour le BTP, au regard de la directive européenne de 2003, peu d’activités sont concernées.
Dossier en cours de mise à jour

  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Comprendre les enjeux

Description et effets sur l'homme

Description

Le travail en équipes successives alternantes, appelé plus communément travail posté désigne « tout mode d’organisation du travail en équipe selon lequel des travailleurs sont occupés successivement sur les mêmes postes de travail, selon un certain rythme, y compris rotatif, de type continu ou discontinu, entraînant pour les travailleurs la nécessité d’accomplir un travail à des heures différentes sur une période donnée de jours ou de semaines ». (directive européenne du 4 novembre 2003, relative à l’aménagement du temps de travail).

Effets sur l’Homme

Les principaux effets du travail posté sur la santé des travailleurs :

  • troubles du sommeil,
  • troubles gastro-intestinaux,
  • fatigue, troubles de la vigilance
  • anxiété, dépression,
  • déséquilibre métabolique et endocrinien suite au dérèglement chrono biologique,
  • risque cardio-vasculaire (hypertension artérielle, surpoids) plus élevé généré par le stress
  • possibilités de désadaptation et isolement social, professionnel et/ou familial

Principales situations du BTP et facteurs aggravants

Principales situations rencontrées dans le BTP 

  • Ateliers de fabrication d’éléments de construction
  • Travaux de maintenance en atelier de mécanique
  • Phases de poussage, lancement, d’ouvrage de génie civil.
  • Travaux de réfection sur voies routières ou ferrées
  • Travaux de maintenance de signalisation (routière notamment)
  • Travaux sur réseaux de distribution d’énergie
  • Travaux de construction ou d’entretien de tunnels
  • Ouvrage en Béton Armé réalisés en coffrages glissant ou auto-grimpants ,travaux de coulage de radier en continu.
  • Travaux sur sites industriels, commerciaux, sites d’activités tertiaires
  • Travaux d’approvisionnement et logistique de chantier (livraisons en horaire décalé, déplacements d’engins, …)
  • Travaux décalés pour éviter les situations de co activités (ex …)
  • Travaux de maintenance locaux vitaux ou sécurisés (hôpitaux, aéroports, prisons,...)... 

Sauf chantiers spécifiques il s’agit plutôt d’organisation du travail en « 2x8 »

Facteurs aggravants liés à l’activité

  • Situations de coactivité dues aux travaux, aux installations ou à l’exploitation
  • Charge de travail conditionnée notamment par la durée impartie des périodes de consignation de réseau, de coupure de voies,  stations de transport public, par exemple :
    • Organisation des postes : Travail en continu, absence de pause, absence de passation de consignes, …
    • Irrégularité des repas.

Facteurs aggravants liés aux opérateurs

Le facteur individuel d'adaptation aux perturbations des rythmes chronobiologiques est essentiel.
On ne peut en préjuger avant la mise au travail et il ne pourra être apprécié qu'à l'épreuve du temps (certains s'adapteront sans difficultés, d'autres pas).
A titre d’exemple on peut retenir les influences complexes dues à des facteurs propres à l'individu et/ou à des facteurs familiaux : inadaptation au travail posté, horaires de transport difficiles, insatisfaction de son état de travailleur posté, âge notamment si >45 ans, plus de 10 ans d'ancienneté en poste, effets de pathologies associées, éloignement du travail, difficultés familiales, autres activités surajoutées, conditions de logement perturbant le repos de jour, …

Caractérisation du risque

Globalement il s’agit de situations pour lesquelles il faut considérer les risques spécifiques à la réalisation d’un même ouvrage par des équipes se succédant sur les mêmes postes de travail mais dans des conditions différentes (évolution de l’ouvrage par ex).

Elles inclus par exemple des situations de travail posté (comme les 3x8, 2x8, 2x12) et comportent souvent un poste horaire de nuit.

Evaluer le risque

L’évaluation doit porter à la fois sur :

  • les risques liés à l’activité du poste concerné ( manutentions, exposition à des produits dangereux, postures, chutes, etc …) ;
  • l’influence d’un environnement nocturne sur ces risques et aux  contraintes d’une alternance jour/nuit des travaux.

Démarche de prévention

Les mesures de prévention à adopter pour agir sur ce facteur de pénibilité doivent permettre d’agir sur :

  • les risques liés à l’activité du poste concerné ;
  • les variations de l’environnement  sur ces risques (horaires, ambiances climatiques, évolution des travaux, …) ;
  • sur l’organisation du travail et les moyens spécifiques à mettre en place.

Liens utiles

Retrouvez des informations complémentaire sur les sites de nos partenaires.

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.