Les vibrations

vibrations

Une perceuse, une machine en atelier, un engin de terrassement… Les vibrations dans les activités du BTP sont très présentes. Il existe de nombreuses façons de protéger les utilisateurs (poignées anti-vibration, siège adapté, rotation des postes…).
Définies par la loi comme un facteur de pénibilité que recouvrent-elles vraiment ? Comment se mesurent-elles ? Que faire en matière de prévention ?
Dossier en cours de mise à jour

  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Actualité

Le facteur "vibrations" fait partie des facteurs de pénibilité pris en compte au titre des contraintes physiques marquées. Il doit entrer en vigueur au 1er juillet 2016.

Consulter le dossier "pénibilité et conditions de travail"

La plupart des équipements de travail émettent des vibrations lors de leur utilisation. Il existe deux grands modes de transmission de ces vibrations définies à l’article R.4441-1 du Code du travail :

  • Celles dites "main/bras" : vibration mécanique qui, lorsqu'elle est transmise aux mains et aux bras chez l'Homme, entraîne des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, notamment des troubles vasculaires, des lésions ostéo-articulaires ou des troubles neurologiques ou musculaires (par exemple des équipements électroportatifs tenus à la main).
  • Celles dites "corps entier" : vibration mécanique qui, lorsqu'elle est transmise à l'ensemble du corps, entraîne des risques pour la santé et la sécurité des travailleurs, notamment des lombalgies et des microtraumatismes de la colonne vertébrale (par exemple la conduite d’engins).

Les seuils d’exposition à la pénibilité sont caractérisés par l’intensité des vibrations émises par l’équipement rapportée à une période de référence de 8 heures. Le Code du travail définit ces seuils d’exposition au titre de la pénibilité :

  • Pour les vibrations transmises aux mains et aux bras : 2,5 m/s²
  • Pour les vibrations transmises à l'ensemble du corps : 0,5 m/s²

Au titre de la pénibilité, la durée d’exposition retenue est de 450 heures/an. En cas d’utilisation de plusieurs équipements, les différentes expositions se cumulent.
L’intensité des vibrations, exprimée en m/s², peut être appréciée de plusieurs manières :

  • À l’occasion de mesures réalisées par un laboratoire qualifié,
  • À l’aide de « calculatrices », de type OSEV (Outil simplifié de l’exposition aux vibrations) de l’INRS, permettant d’estimer ces vibrations,
  • À partir des notices des fabricants qui précisent les niveaux de vibrations émises par leur équipement à l’état neuf. En général, ces niveaux sont énoncés avec une marge d’erreur qu’il faudra prendre en compte dans son estimation.

A retenir
Le traitement par le Chef d’entreprise de l’exposition aux facteurs de pénibilité de ses salariés, doit être associé à la démarche de prévention menée par ailleurs. Comme pour les autres risques identifiés dans le DUER (Document unique d’évaluation des risques), c’est au sein du plan d’action conjoint, et sur cette base, que l’entreprise trouvera les moyens de prévention, collectifs ou individuels, permettant de réduire l’exposition des salariés.
En savoir plus sur l'évaluation des risques et le document unique

Liens utiles

Retrouvez des informations complémentaire sur les sites de nos partenaires.

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.