Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.
A27- Travaux en souterrain : organiser les secours et l’évacuation des blessés

© OPPBTP

Assurer les gestes de premiers secours

Le sauveteur secouriste du travail sur le chantier 24h/24

De jour comme de nuit, prévoyez un secouriste par unité de travail. Ce secouriste doit avoir reçu la formation de sauveteur secouriste du travail (SST) à laquelle s’ajoute une formation complémentaire sur les risques spécifiques liés aux travaux souterrains.

En effet, pour ce type de chantier, le sauveteur doit savoir utiliser :

  • les appareils respiratoires isolants (ARI),
  • le matériel pour poser des attelles,
  • un défibrillateur automatique,
  • le matériel pour relever des blessés en cas de choc violent.

Des brancards adaptés

Prévoyez des brancards appropriés au travail en souterrain (brancard à aubes de Dumont, coquille à dépression, nacelle type marine). Ces brancards doivent être à contention totale, équipés de sangles de maintien. Leur nombre et leur répartition sont décidés en fonction du lieu de travail et de l’effectif. Ils doivent être placés dans un coffre résistant, non fermé à clef, décelable par une croix verte bien visible. Entreposez-les de préférence au bas des remontées verticales en zone non inondable (puits, cheminées de descente, plans inclinés). Prééquipez-les en crochets, manilles (pour une équipe spécialisée des sapeurs-pompiers).

L’ensemble du matériel doit être régulièrement entretenu et vérifié.

Une trousse de secours pour chaque équipe

Chaque coffre doit être muni d’une trousse de secours et d’une couverture de survie. En fonction de l’importance du chantier, rajoutez un jeu d’attelles pour fracture de membres (type Kramer).

Chaque équipe de travail, distante de plus de 300 mètres du coffre, doit avoir une deuxième trousse de secours sur les lieux mêmes du travail. Le contenu de la trousse de secours sera déterminé par le médecin du travail.

Prévoyez également deux appareils de protection respiratoire isolants (ARI) avec bouteille à air comprimé dans les ouvrages à risque (égouts). Un défibrillateur automatique dans un endroit judicieusement prévu et non humide pourrait être envisagé.

Assurer l’évacuation du blessé

Les moyens d’évacuation sont différents en fonction du type d’ouvrage. On distingue les ouvrages horizontaux (galeries, chambre de grand volume, émissaires, canalisations visitables...) et les ouvrages verticaux (puits de descente, cheminées de descente).

L’évacuation d’un ouvrage horizontal

Le secouriste de l’équipe doit prévoir à l’avance le processus de l’évacuation horizontale et effectuer des exercices fictifs. Cette préparation doit prévoir plusieurs opérations :

  • Éviter le suraccident : rechercher les risques persistants pour protéger, faire cesser le risque ou assurer le retrait de la zone dangereuse.
  • Faire alerter les secours extérieurs après avoir examiné rapidement la ou les victimes. Ce bilan devra permettre de préciser les circonstances de l’accident (éboulement, électrisation, etc.), l’état et le nombre de victimes (saignent-elles ? parlent-elles ? ventilent-elles ?).
  • Faire amener le brancard et la trousse par un membre de l’équipe.
  • Apporter les premiers soins et attendre les secours spécialisés qui transféreront la victime sur le brancard.
  • Choisir le moyen de transport le plus rapide : le brancardage à bras d’hommes est préférable, bien que l’on puisse utiliser les engins mécaniques du chantier dans la mesure où un aménagement préalable a été prévu.
  • Éviter le transfert du blessé d’un brancard sur un autre brancard en vue de la remontée verticale (intérêt d’utiliser à chaque fois un brancard à aubes).
  • Prévoir l’accueil des secours à l’entrée du chantier.

L’évacuation d’un ouvrage vertical

Pour l’évacuation d’un ouvrage vertical, le secouriste doit être préparé pour effectuer les opérations suivantes :

  • Utiliser les appareils d’élévation qui équipent le chantier (élévateur, treuil, ascenseur). Dans le cas contraire, faire une remontée à la main, après avoir pris les dispositions d’équipement pour éviter le décrochage, le balancement et les chocs sur les parois.
  • Utiliser un équipement supplémentaire adaptable au brancard à contention totale (matériel de spéléologie).
  • Faire des exercices préparatoires en « réel » avec lestage du brancard par un poids de 80 kilos (sacs de sable) ou avec un blessé fictif, en collaboration avec les services de secours.
  • Faire appel aux seuls services de secours spécialisés qui sont habilités à l’arrimage du brancard et à sa remontée en surface.

L’organisation des secours

Que prévoient le PGCSPS et le PPSPS ?

Le plan général de coordination sécurité et protection de la santé (PGCSPS) établi par le coordonnateur SPS doit comporter un chapitre particulier sur l’organisation des secours, portant notamment sur l’évacuation des blessés en tenant compte des diverses éventualités.

Le plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) établi par l’entreprise doit prévoir l’organisation des secours (évacuation, sauveteur-secouriste du travail) en tenant compte des renseignements contenus dans le PGCSPS. Il en est de même lors de l’établissement du plan général simplifié de coordination SPS et du plan particulier simplifié SPS.

Il convient de contacter le médecin du travail de l’entreprise pour mettre au point un plan d’action spécifique à transmettre aux services de secours d’urgence. Des exercices d’alerte doivent être effectués, le médecin du travail doit y être convié.

Que faire quand les travaux sont réalisés par une entreprise extérieure ?

Lorsqu’une entreprise extérieure est amenée à travailler en travaux souterrains (égouts, etc.), les mesures prévues par le plan de prévention comportent au moins la disposition suivante : l’organisation mise en place pour assurer les premiers secours en cas d’urgence et la description du dispositif mis en place à cet effet par l’entreprise utilisatrice.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus