Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    Un puissant jet d’eau

    L’hydrodémolition consiste à envoyer sur le béton un jet sous pression (par robot ou une lance portée par un homme) provoquant son éclatement. La démolition lourde (grandes surfaces horizontales ou verticales) se réalise via des robots. Pour chaque cas, il convient d’adapter le support du système. Pour les travaux confinés, les techniques manuelles, à la lance, restent privilégiées. Dans les deux cas, ce procédé remplace la démolition au brise-roche hydraulique ou au marteau-piqueur, plus bruyante.

    Technologie et caractéristiques techniques

    L’équipement est constitué d’une pompe à pistons entraînée par un moteur. La pompe transmet une pression et un débit déterminé par le diamètre de ses pistons, à travers un tuyau vers la buse d’un outil. La capacité d’extraction de béton (en m³/heure) est conditionnée par ces deux paramètres. Elle dépend aussi de la qualité du béton, de sa granulométrie et de la densité des armatures. Le temps d’exposition au jet d’eau détermine la profondeur de l’extraction une fois les autres paramètres fixés.

    Les robots sont utilisés pour le fraisage (de quelques millimètres à 800 millimètres). Un robot extrait une quantité de béton identique à la capacité de 5 à 10 opérateurs munis d’une lance pouvant atteindre un rendement de 5 m³/jour, avec en moyenne 2 000 bars, 120 l/min. Le travail à la lance (2 500 bars, 20 l/min) permet une grande précision, avec des rendements nettement inférieurs (0,5 m³/jour environ). Pour obtenir rendement et précision, combiner les deux techniques.

    Le matériel employé est composé d’une pompe alimentée par un moteur thermique ou électrique d’une puissance de 150 à 1 000 CV, générant une pression de 1 500 à 2 500 bars et un débit d’eau de 20 à 300 l/min. La capacité de démolition est fonction de ces deux paramètres.

    Intérêts et contraintes de l’hydrodémolition

    Bien que son coût semble plus élevé (2 500 €/m³), cette technique est très performante. Grâce à l’absence de vibration, elle préserve les armatures et les rend prêtes pour un enrobage ultérieur. Un autre point fort est sa grande précision en cas de démolition partielle. En revanche, ce procédé génère une grande quantité d’effluents (rejets d’eau chargée en alcalis) qui est à traiter avant rejet dans la nature.

    Règles de santé et sécurité des travailleurs

    L’activité d’hydrodémolition peut comporter des risques liés aux jets à haute pression, à la projection possible de matériaux, au bruit et à la présence d’eau, qui peut générer des glissades, un manque de visibilité lié au brouillard ou, même, des électrisations. Pour prévenir ces risques, il faut veiller à ce que les salariés soient aptes médicalement, habilités, formés et équipés des équipements de protection individuelle (EPI) adaptés : vêtements, gants, tablier, casque, visière, protections antibruit et bottes de sécurité antidérapantes.

    Il faut également consigner toutes les installations électriques qui peuvent être présentes dans le périmètre de sécurité, afin de prévenir le risque électrique.

    Pour en savoir plus

    Téléchargez la fiche prévention L'hydrodémolition.

    Les solutions en relation

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus