BIM et prévention

Le BIM, un outil au service de la prévention

BIM et prévention

Si le BIM (Building Information Modeling) présente des avantages certains en termes de conception et d’exploitation des ouvrages, quels sont ses intérêts en termes de prévention des risques sur les chantiers ? Comment cela se traduit-il ? Explications.

  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

BIM et prévention

Les apports de la maquette numérique en termes de prévention sont multiples tant sur le plan de la connaissance de la zone chantier que pour la réalisation de l’ouvrage, et ce pour l’ensemble des acteurs.

BIM et prévention : une meilleure compréhension et visualisation du chantier

BIM et prévention

La modélisation de l’ouvrage, de son environnement, et de l’ensemble des équipements de travail doit permettre à tout intervenant de l’opération (en particulier aux nouveaux arrivants, aux intérimaires…) de :

  • visualiser directement l’ouvrage à réaliser et de mieux le comprendre,
  • mieux comprendre les interactions éventuelles entre le chantier et son environnement (présence de lignes électriques, de bâtiments avoisinants…) grâce à une représentation volumétrique plutôt que plane,
  • comprendre l’implantation du chantier et son organisation : zones de stockage, circulations …,
  • visualiser les différentes phases de réalisation de l’ouvrage,
  • extraire de la maquette, les coupes utiles d’une manière très simple.

 

BIM - Un outil prometteur pour la prévention

 

BIM et prévention

Un rapport présente les apports du BIM à la prévention sur les chantiers de bâtiment par rapport aux processus de construction classiques.

Au sommaire :

  • Qu’est-ce que le BIM : objectifs, logiciels BIM et leurs fonctionnalités, les objets BIM, les avantages du BIM.
  • Les opportunités du BIM pour la prévention
  • Le BIM et les acteurs de la construction

Télécharger le rapport

 

Intégration de la prévention dès la conception

conception

Le déplacement de l’effort d’étude en phase amont permet d’avoir une conception très aboutie beaucoup plus tôt. Ainsi, le choix des modes opératoires, des équipements de travail et de protection collective peut être opéré plus tôt. La modélisation des phases intermédiaires induit un questionnement sur la chronologie des travaux et l’organisation réelle du chantier.

À partir du moment où les modèles 3D sont présents, il faut composer avec eux dans un espace virtuel ce qui nous rapproche de la situation réelle. De plus, les informations contenues, par exemple dans les objets BIM d’engins de levage (courbe de charge), permettent d’optimiser le choix des équipements, de prévenir certains risques (collision, renversement), et de simuler les opérations de manutention afin de vérifier leur faisabilité.

 

Diminution du risque d’ensevelissement

La modélisation des terrassements, en phase projet, permet de mieux définir, la largeur de circulation, les angles de talutage, et les limites de charge de stockage admissibles à proximité de fouilles.

 

Diminution des manutentions inutiles

BIM manutentions

La possibilité de réaliser simplement les métrés permet d’optimiser les quantités de matériaux livrés, de réaliser les approvisionnements de manière fine en indiquant la juste quantité de matériaux nécessaire, de définir la localisation optimum en fonction des travaux à réaliser, et contribue de ce fait à limiter les manutentions inutiles. Les manutentions sont donc réduites à ce qui est nécessaire pour réaliser l’ouvrage.

 

Contrôler les coactivités grâce au BIM 4D

BIM4D

Il est possible, grâce à des logiciels de 4D, d’associer la maquette numérique et le planning (type GANTT). Cela permet de modéliser la succession des tâches, de visualiser les interventions des différents lots et de signaler automatiquement la coactivité.

 

 

Pour aller plus loin

Consultez l'article Planification des chantiers, passez au BIM 4D , paru dans le magazine Prévention BTP n°218 – avril 2018

Diminuer les expositions aux vibrations et au bruit

Les premiers retours d’expérience menés sur le sujet montrent, lorsque l’ensemble des acteurs intervient "en amont" à l’élaboration de la maquette, que l’ensemble des réservations ont été prévues et réalisées du premier coup. Il n’y a donc pas eu de travaux de carottage ou de réalisation de réservation au marteau-piqueur après coup.

 

Aider les acteurs à établir simplement le DIUO

DIUO

La détection de clashes dynamiques permet, dès la phase de conception, à partir des volumes enveloppes modélisant l’espace nécessaire à la réalisation des travaux d’entretien et de maintenance, de déterminer de manière automatique si ceux-ci pourront se réaliser de façon convenable. De plus, l’extraction des informations de la maquette (périodicité d’intervention, éléments techniques…) facilite la programmation de ces interventions et le travail des opérateurs.

 

Le BIM au service de la prévention d’aujourd’hui et de demain

Les initiatives prises dans le champ du BIM et de la prévention ne manquent pas. Récemment, il a été identifié, dans le cadre d’une opération de rénovation, que le couplage du scan 3D représentant un bâtiment avec le diagnostic amiante permet de faire figurer dans la maquette les données relatives à la présence de ce matériau.


Liens utiles

Retrouvez des informations complémentaire sur les sites de nos partenaires.

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.