L'exposition aux agents chimiques dangereux

expositions aux agents chimiques dangereux

Les peintures, les vernis, les solvants, les poussières, le gaz… les expositions aux agents chimiques dangereux sont nombreuses. Très réglementés, les produits font l’objet d’un étiquetage très précis. Beaucoup de situations d’exposition sont maitrisées par la mise en place de protections collectives. La prévention, en particulier par la substitution, est une pratique qui doit être utilisée pour réduire les expositions. Que dit la loi de ce facteur de pénibilité ? Comment répertorier et mesurer les expositions ? Quels sont les effets sur l’homme ?

  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Des actions pour prévenir

Organiser le chantier et les postes de travail en privilégiant la protection collective

Identifier les risques des produits chimiques à mettre en œuvre sur le chantier (lecture de l'étiquette, collecte de la FDS).

Privilégier les produits les moins dangereux (ex : primaires en phase aqueuse ou en émulsion plutôt que produits en phase solvantée).

Limiter la quantité de produits présent sur chantier et aux postes de travail (agir sur les conditionnements, les livraisons et le stockage).

Organiser le travail en limitant les risques liés à la mise en œuvre des produits :

  • privilégier les techniques d'application permettant d’émettre le moins possible de produit dans l’atmosphère ;
  • utiliser à chaque fois que possible une aspiration à la source  (ou système en vase clos en poste fixes tels que les ateliers) ;
  • à défaut prévoir des dispositifs d’isolement autour la zone de travail (balisage, bâchage par  exemple) lors de travaux de pulvérisation.

Limiter le nombre de personnes exposées.

Garantir une bonne ventilation (naturelle ou mécanique) de la zone de travail.

Si des risques persistent, compléter avec des équipements de protection individuelle et s’assurer de leur port.

Fournir les équipements d'hygiène nécessaires, notamment les produits de nettoyage corporel.

Organiser le nettoyage des outils, des zones de travail et l’évacuation des déchets.

Rédiger les consignes de sécurité dans une notice de poste et la commenter au personnel.

Complément
Cette démarche peut être appliquée lors de la préparation du chantier (rédaction du PPSPS ou du plan de prévention puis précisée si nécessaire avec le coordonnateur SPS (selon les chantiers) lors de la visite préalable.

Ventiler les postes de travail

L'accumulation de poussières, de gaz et de vapeurs de produits chimiques dangereux dans l’atmosphère crée des risques d'intoxication, d'asphyxie, d'inflammation ou d'explosion.

Ventiler naturellement

Des actions pour prévenir

Utiliser ou créer des ouvertures dans l'ouvrage (ouverture de portes et fenêtres, détuilage, …).

S’assurer que leurs positionnements génèrent un courant d'air naturel traversant le poste de travail. (Par ex : réaliser les ouvertures à des niveaux altimétriques différents ou sur des côtés opposés).

 

 

Mettre en place une ventilation forcée

Des actions pour prévenir

(notamment lorsque la ventilation naturelle est insuffisante ou lorsque les produits mis en œuvre le nécessite – FDS, configuration des locaux, conditions climatiques, …).

En cas d’émission ponctuelle de polluants (poste de travail de collage, soudage...), privilégier l’extraction au plus près de la source d'émission avec dispositif assurant un renouvellement d'air de l'ordre d’au moins 4 volumes de la pièce/heure.

Lorsque l'émission du polluant se fait sur de grandes surfaces prévoir un dispositif permettant un renouvellement d'air de l'ordre de 10 à 20 volumes de la pièce/heure (opération de séchage de peintures par ex.).

Des actions pour prévenir

ATTENTION :
Selon la nature et la densité des polluants, des mesures combinées (extraction/soufflage) peuvent s’avérer nécessaires.
En cas de présence de produit explosif (gaz, vapeur, poussière), cet équipement doit être de qualité antidéflagrante : conformité ATEX (atmosphère explosive).

Quelques conseils relatifs à la mise en place une ventilation forcée

Positionner :

  • le mécanisme de ventilation à l'extérieur de l'enceinte de travail ;
  • les bouches d'extraction en fonction de la densité des vapeurs par exemple en partie basse lorsque les vapeurs sont plus lourdes que l’air (cas de la plupart des solvants, toluène, xylène, gaz propane, ...) ;
  • les entrées d'air à l'opposé des zones d'extractions ;
  • éliminer les obstacles pouvant s'opposer à la libre circulation de l'air (engins, équipements, stockages, ...).

Contrôler le fonctionnement de l'équipement et la qualité de l'air

(notamment enceintes confinées ou bien lorsque la teneur dans l'atmosphère de certains produits volatiles peut augmenter rapidement – par ex. : cuves, égouts, tunnels, galerie, parking, …).

Compléter le système de ventilation par un dispositif de mesure de qualité de l'air ambiant, couplé à un système d'alerte en cas de panne ou de dépassement des valeurs limites santé et inflammabilité.

Conseil : régler les alarmes entre 30 et 40% de la limite inférieure d'explosivité (LIE) du produit et de la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP) du produit.

Des actions pour prévenir

Avant de pénétrer dans l'enceinte de travail confinée (cuves, égoûts, …), s’assurer de la qualité de l’air ambiante en la contrôlant avec des appareils détecteurs de gaz (% quantité d'oxygène, éventuelle présence d’oxydes de carbone - CO , CO2 ou d’autres vapeurs dangereuses – solvants, hydrogène sulfurée … ).

A noter : un contact permanent (visuel, téléphone...) doit également être maintenu avec l'extérieur de la zone.

Pour en savoir plus consulter Les espaces confinés - Guide INRS ED 967.

Définir et aménager une zone de stockage

En ce qui concerne spécifiquement les chantiers :
Les dispositions arrêtées doivent être prévues dans le PPSPS (ou dans le plan de prévention en cas de travail en site occupé) et vues en accord avec le coordonnateur SPS ou l'entreprise utilisatrice.
Pour les autres chantiers prendre en compte les indications figurant dans la fiche de données de sécurité.

D’une manière générale :

Définir le type d'emplacement nécessaire

Il sera fonction de la nature, de la quantité et du conditionnement de produits à stocker et de l’espace disponible notamment sur chantier.

  • Stockage en containers mobiles spécifiques aux produits dangereux.
  • Stockage dans un local du bâtiment en construction ou existant, tout en garantissant la ventilation de celui-ci.
  • Stockage "ouvert" en plein air, protégé d'un auvent pour la protection contre les agressions climatiques (soleil, pluie), pour les produits les plus volumineux et possédant des emballages résistant aux configurations extérieures (fûts d'huile, produits de cure...).
  • Stockage en vrac (par exemple liants en silos …).

Déterminer le lieu de stockage

  • Facilement accessible aux véhicules de livraisons, aux équipements de levage et de manutention, notamment pour les volumes importants (fûts, bidons, citernes pour le vrac, ..).
  • A l'écart des postes de travail et des sources d'ignition.
  • Facilement accessible aux secours.

Définir les équipements nécessaires

Par exemple :

  • Un sol imperméable afin d'éviter une pollution en cas de dispersion accidentelle (ou bac de rétention).
  • Une ventilation (ex : entrées d'air disposées en diagonale assurant une circulation d'air naturelle ou mécanique).
  • Un équipement électrique de type antidéflagrant lors de stockage de produits inflammables.
  • Des équipements de stockage et de manutention adaptés aux produits et aux conditionnements.
img1_zone_stockage

Équipements de secours et d'incendie

Disposer de moyens d'extinction adaptés aux volumes stockés et à la nature des produits.
Mettre en place une signalétique de danger, d'obligation (notice de poste), d'interdictions (exemple : ne pas fumer).

Extincteurs (Choix d’un extincteur portatif) :

  • Privilégier les extincteurs à poudre ABC.
  • Les rendre facilement accessibles et assurer le contrôle annuel.
  • Disposer à proximité de matière absorbante (sable, sciure, …).

Conseils pour le stockage et les transvasements

Analyser les risques

Identifier les dangers des produits chimiques stockés (lecture de l'étiquette, de la FDS).

Prendre en compte les règles spécifiques de stockage mentionnées dans ces documents.

S’assurer que les locaux sont ventilés et permettent de respecter les conditions de températures prévues par les fabricants.

Organiser l'accès au stockage et aux actions de transvasement

  • Afficher les consignes de sécurité (accès et opérations de transvasement).
  • Déterminer le personnel autorisé à pénétrer dans les lieux de stockage et à manipuler les produits.
  • Transmettre au personnel ces informations et règles de sécurité (notice de poste).
  • Étiqueter les récipients avant départ sur chantier (contacter les fabricants pour étiquettes).
img1et2_stocker_transvaser

    

Limiter les risques liés au stockage

Ranger les produits par famille en séparant les familles incompatibles .

Éviter les superpositions, les empilages et le stockage devant les ventilations.

Limiter les risques liés aux transvasements

img3_stocker_transvaser
  • Fournir les protections individuelles adaptées et s'assurer de leur port.
  • Utiliser pour le transvasement des équipements spécifiques (fûts sur bac de rétention, becs de versement, ...) et des récipients résistant à la nature des produits.
  • Veiller à la présence de substance absorbante et d'extincteur à proximité des aires de transvasement.

Evacuation des déchets et transport

Les résidus de colles, peintures, solvants et leurs emballages souillés, sont classés déchets dangereux. Ils ne peuvent pas, sauf dispositifs très particuliers, être triés pour être évacués dans les bennes présentes sur site.

Filmer les divers récipients, emballages vides et résidus de produits.

Organiser une évacuation régulière de ces déchets (de préférence quotidienne).

Lors du retour au dépôt, réaliser le tri sélectif de ces produits dans les bennes ou conteneurs affectés.

img1_dechets

Organiser leur évacuation vers des centres agréés ou les faire reprendre par les fournisseurs.

Quelques conseils pour assurer la sécurité lors du transport par véhicules utilitaires :

  • équiper d’une cloison rigide et occupant toute la section du véhicule ;
  • équiper le compartiment à matériaux de ventilation haute et basse (de section 20 cm X 20cm) positionnées en diagonale pouvant être compléter par un extracteur sur le toit ;
  • privilégier un compartiment distinct, ventilé et ignifuge ouvrant sur l’extérieur pour les produits les plus dangereux ;
  • utiliser des étagères formant rétention et des systèmes d’arrimage efficace de manière à éviter le déplacement, la chute ou le renversement des colis.

Stationner les véhicules contenant des produits dangereux à l'abri du soleil direct et les lieux non ventilés.

img2_dechets

Pour en savoir plus consulter la fiche Transport des matières dangereuses par route en quantités réduites .

Mettre à disposition des équipements et des moyens d'hygiène

La qualité et l'accessibilité permanente aux moyens d'hygiène est indissociable de l'emploi des produits chimiques, notamment l’accès à l’eau indispensable pour :

  • pouvoir se laver (éviter des lésions graves de la peau et des muqueuses) ;
  • éviter la contamination lors des repas ;
  • les secours en cas d'incident (lavage).

Organiser le renouvellement en cas d’utilisation de système à réserve d'eau (chantiers de courte durée ou mobiles).

Interdire tout stockage de produits chimique dans les toilettes, lavabos, douches, vestiaires et réfectoires.

Mettre à disposition des équipements collectifs d'hygiène comprenant :

  • des lavabos eau chaude/eau froide réglable à raison d'un point d'eau pour 10 personnes ;
  • des moyens de lavage (produits de nettoyage corporels appropriés aux salissures des produits - demander l’avis du médecin pour leur choix) ;
  • des moyens d'essuyage (essuie-mains jetables ou autres) ;
  • mise à disposition de douche ( obligatoire pour les travaux insalubres ) ;
  • de WC et urinoirs.

Outre les activités qui peuvent mettre les salariés en présence de produits dangereux, tels que arsenic, amines aromatiques, engrais, mercure, etc., ou celles qui présentent des risques biologiques, certaines activités du BTP sont soumises à l’obligation de mise à disposition de douches : travaux en présence d’amiante ou de plomb, travaux en égouts, manipulation ou emploi de brai de houille, sablage, contact avec suie, cendres, tartres …

Dans ces divers cas, des douches doivent être présentes sur le chantier à raison d’une cabine pour 8 salariés au minimum.
En dehors de ces obligations réglementaires, l’installation de douches sur le chantier est évidemment fortement conseillée car nombre de travaux du BTP sont effectivement salissants et parfois dangereux pour la santé.
Outre l’importance de la propreté, il convient de permettre aux salariés de rentrer chez eux douchés et en vêtements de ville.

Mettre à disposition vestiaires et réfectoires équipés (armoires ventilées double compartiment ventilées conseillées, table, chaises, réfrigérateur, point d’eau, moyens de réchauffage des plats, …).

Gérer le nettoyage des locaux et équipements.

Pour les chantiers soumis à coordination SPS :

  • prendre connaissance des dispositions prévues au Plan Général de Coordination (joints aux pièces d’appel d’offre) ;
  • décrire les mesures que vous adopterez dans votre PPSPS et préciser celles-ci lors de la visite préalable.

Pour les chantiers ou travaux se déroulant dans un site en activité prévoir ces dispositions avec le client lors de l’établissement du plan de prévention.

Pour les travaux de courte durée ou si l’activité amène les salariés à se déplacer sur plusieurs lieux de travail différents au cours d’une journée, adapter les moyens à une telle organisation et vous assurer de leur efficacité.

Informer les salariés sur les mesures d'hygiène

L’information des salariés sur l'importance à accorder à l'hygiène corporelle est essentielle.

Un manque d'hygiène lors d'utilisation de produits chimiques et en cas de travaux salissants favorise la pénétration des produits dans l’organisme et augmente les risques pour la santé.

Définir le contenu de l'information selon les types de produits utilisés

Vous pouvez vous faire aider par votre CHSCT ou à défaut par les représentants du personnel, votre médecin du travail, conseiller prévention OPPBTP.

  • Par exemple l'information peut aborder les points suivants :
  • Apprendre à utiliser les installations, les produits de nettoyage ou d'hygiène mis à disposition.
  • Bonnes pratiques de nettoyage (lavage et rinçage abondant des parties découvertes à chaque fin de poste, avant de boire et manger ….).
  • Entretenir et laisser propres les installations sanitaires.
  • Proscrire la prise de repas sur le lieu de travail.
  • Proscrire l'utilisation de solvants ou de fuel pour le nettoyage des parties du corps souillées.
  • Rappeler l’interdiction de fumer et montrer l'affichage obligatoire mis en place.
  • Bonnes pratiques pour ôter et mettre des gants.

Organiser l'information

  • Régulièrement lors de l'accueil.
  • A l’occasion de campagnes d’information, de 1/4h sécurité.
  • A chaque fois occasion spécifique (produit nouveau, travaux en environnement particulier ou inhabituel.

Consulter la fiche Accueil et formation à la sécurité des nouveaux arrivants

Prendre connaissance de la Démarche d’Intégration et d’Accueil des Nouveaux Arrivants dans le BTP (DIANA-BTP)

Utiliser et entretenir les EPI (pour les mains, le visage, les yeux et le corps)

Utiliser des gants conçus pour manipuler des produits chimiques

Utiliser des gants adaptés aux risques encourus à votre activité (par exemple, mécanique, thermique, chimique, ou combinaison de plusieurs natures de risques).
Les modèles doivent porter le symbole de protection normalisé.

img1_hygiene

Quelques conseils :

  • Prévoir des tailles différentes et disposer d’un stock.
  • Rappels : mettre les gants sur des mains propres, rincer les gants avant retrait et les retirer en évitant un contact avec la partie extérieure.
img2_hygiene

Utiliser les lunettes et écrans faciaux pour la protection des yeux et du visage et les entretenir

Privilégier les équipements normalisés qui peuvent s’ajuster au plus près du visage selon la morphologie de l'opérateur (largeur des oculaires, types de branches, …).

Procéder à un nettoyage après chaque fin de poste et conserver dans un coffret ou un étui de protection.

Utiliser des vêtements de protection et les entretenir

Utiliser des vêtements ou des combinaisons normalisés :

  • adaptés aux risques chimiques auquel les salariés sont exposés ;
  • de tailles adaptées à la morphologie des opérateurs (meilleurs confort et mobilité notamment).
Des actions pour prévenir

Conseils complémentaires :

  • Porter le pantalon par-dessus les chaussures pour éviter la pénétration des produits dangereux.
  • Ajuster soigneusement les manchettes des gants par-dessus les manches des vêtements.
  • Compléter l'étanchéité à l'aide de ruban adhésif, au niveau des poignets ou des avant-bras (lors d'utilisation de produits corrosifs ou lors de pulvérisation de produits par exemple).
  • Assurer le remplacement des combinaisons à usage unique, à chaque fin de poste et leur élimination en tant que déchets, suivant les préconisations liées à l'élimination du produit concerné (consulter la Fiche de Données de sécurité, FDS).

Entretien des vêtements : il doit être organisé et géré par l’entreprise.

Pour cette action vous pouvez, par exemple : faire appel à des sociétés spécialisées, organiser le lavage dans l’entreprise …

Le transport des vêtements contaminés doit être réalisé dans des récipients sûrs et identifiables.

Rappels :

  • Quel que soit l’équipement, faire participer les salariés au choix. Le confort et le ressenti est un des déterminants qui facilite l’acceptabilité et le port.
  • Lors du choix ne retenir que des articles normalisés.
  • Respecter les indications du fabricant relatives aux limites d’utilisation et pour l’entretien.

Consulter le guide des EPI

Consulter la fiche Protections individuelles des yeux et du visage

Choisir, utiliser et entretenir les équipements de protection individuelle respiratoire

Toute personne amenée à utiliser un appareil de protection respiratoire doit avoir reçu au préalable une formation pratique.

Conseils :

  • Affecter ces équipements à titre individuel.
  • La recherche du confort pour le port de ces équipements est primordiale (voir partie « choisir une protection respiratoire confortable »).
  • Prendre connaissance dans la notice des consignes du fabricant relatives aux limites d'utilisation et à l'entretien des équipements.

Utiliser les équipements de protections respiratoires

  • Les équiper avec un filtre adapté à la nature des polluants (poussières et/ou de gaz)
  • Choix de cartouches filtrantes.
  • Organiser la mise en charge des batteries pour les modèles à ventilation assistée.
img1_epi_respiratoire

Veiller à un remplacement régulier (indiquée dans la notice des cartouches).

Nota : sa durée d’efficacité peut varier selon la quantité de polluants filtrées imposant une fréquence supérieure à celle recommandée.

Entretenir les appareils de protection respiratoire

Réaliser les vérifications générales périodique annuelles, selon les indications du fabricant et consigner les résultats dans le registre de sécurité.

Informer et former le personnel sur les risques liés aux produits chimiques

L’objectif est que les salariés connaissent les dangers et soit avertis des précautions à prendre lors de l'utilisation de produits dangereux. (voir notre formation : Evaluer les risques chimiques liés aux produits manufacturés dans le BTP ).

Vous pouvez vous faire aider par votre CHSCT ou à défaut par les représentants du personnel, votre Médecin du travail, conseiller prévention OPPBTP.

Présenter aux salariés les dangers des produits et les mesures de prévention à mettre en œuvre

Le contenu de l’information doit être adapté en fonction des produits utilisés et des techniques de mise en œuvre. Elle doit porter sur les produits et leurs dangers, les mesures de prévention (collectives et individuelles) relatives à leur manipulation et mise en œuvre, la signification des symboles.
Informations complémentaires, les produits de nettoyage, les mesures pour éviter un incendie, les mesures d’hygiène et de secours, les règles de gestion des déchets …

Établir et diffuser des consignes d'utilisation

Notice de poste - voir LARA-BTP .

Cette notice peut-être :

  • Commentée et diffusée lors de l'information des salariés.
  • Affichée cette notice de poste dans les locaux où l'on utilise les produits chaque fois que possible.
  • Affichée en complément des signaux d'obligation en rapport avec les consignes données.
  • Inclue dans le Plan Particulier de Sécurité et de Protection de la Santé (PPSPS) ou le plan de prévention pour les chantiers concernés.

Donner ces formations et informations lors de l'accueil dans l’entreprise et/ou sur le chantier

Renouveler l'information périodiquement et en cas d’utilisation d’un nouveau produit

Pour en savoir plus consulter la Démarche d’Intégration et d’Accueil des Nouveaux Arrivants dans le BTP (DIANA-BTP) et notre offre de formations .

Organiser les premiers secours

Quelques conseils pour disposer, sur les lieux de travail, des informations et moyens nécessaires pour assurer des premiers secours rapides et efficaces en cas d'accident, d'intoxication, de feu ou brûlures.

Étudier les risques potentiels liés aux produits chimiques utilisés et stockés
notamment les risques en cas de contact et d’ingestion pour les opérateurs, risques incendie et d’explosion, risque en cas d’épandage accidentel figurant dans les fiches de données de sécurité.

Former le personnel au premiers secours et à la lutte incendie

  • Organiser la formation et le recyclage régulier d'un nombre suffisant de sauveteurs secouriste du travail (si possible 1par équipe de travail et pouvoir l’identifier).
  • Former les salariés à l'utilisation des extincteurs (s’assurer de la présence d’extincteurs pour tous types de feux (poudre ABC) au poste de travail et en particulier pour les ateliers de couverture anti-feu).

Informer le personnel des risques du chantier, de l'atelier et sur les consignes de secours

notamment lors de l’accueil dans l’entreprise ou sur le chantier.

Informer les services de secours
Pompiers, SAMU, … doivent être informés des spécificités des produits utilisés et présents sur le chantier.

Mettre à disposition :

  • les moyens de secours habituels (moyens d’appel, trousses de premiers secours, …) ;
  • des moyens complémentaires pour des accidents d’ordre chimique :
    • Présence et accès facile aux lavabos en cas de projection accidentelle du produit sur les mains ou le visage.
    • Douche en cas de projection sur le corps.
    • Douche oculaire, rince œil, …

Contacter la médecine du travail

Prendre contact avec votre médecin du travail afin de lui transmettre les résultats de votre évaluation des risques et l'informer des mesures de prévention prises, ce qui lui permettra :

  • d'adapter le suivi médical de vos salariés ;
  • d’organiser la surveillance médicale des salariés exposés et le suivi de l’exposition.

Autres nuisances (amiante, bois, plomb, fumées soudage, colles,...)

Informations et conseils pour la prévention des risques relatifs aux travaux sur bois

En savoir plus (articles, outils pratiques, fiches prévention...)

Informations et conseils pour la prévention des risques relatifs aux travaux sur matériaux amiantés

Fiches pratiques métiers pour travaux sous section 4

En savoir plus 

  • formations OPPBTP encadrement et opérateurs (attention : sous section 4 et ces dispositions sont valables jusqu’au 31-12-2011) ;
  • obligations des maîtres d’ouvrage ;
  • obligations des employeurs :
  • sous section 3 (retrait et confinement de matériaux amiantés) ;
  • sous section 4 (travaux de maintenance et d’entretien).

Informations et conseils pour la prévention des risques relatifs aux travaux sur des matériaux en plomb ou contenant du plomb

En savoir plus (question/réponse, formation, Guide « aide au choix d’une solution technique de traitement des peintures au plomb,… ).

Informations et conseils pour la prévention des risques relatifs aux travaux de soudage, décapage acier, …

En savoir plus

Informations et conseils pour la prévention des risques relatifs aux travaux de peintures, colles et résines, …

En savoir plus

Informations et conseils concernant le ciment, le risque travaux en égout, les fibres céramiques, …

En savoir plus


Liens utiles

Retrouvez des informations complémentaire sur les sites de nos partenaires.

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.