TerrassierPrévenir la sécurité du terrassier

  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Organiser son chantier

Une bonne organisation de chantier intégrant les aspects de sécurité permet d’améliorer les conditions de travail.

Connaître le contexte et l'environnement du chantier

Recueillir les informations concernant le site

Diagnostic du terrain

Reconnaissance terrain

Il est important pour le terrassier de bien connaître le site sur lequel il va intervenir. Il analysera le diagnostic fourni par le Maître d'Ouvrage et mènera les investigations nécessaires (sondages) pour qualifier les risques liés à sa future intervention (notamment concernant la pollution des sols).

Pour en savoir plus sur le contenu du diagnostic :

Consulter notre guide sur les Interventions sur sols pollués

Étude des sols

La maîtrise de la cohésion des sols permettra au terrassier d'adapter ses méthodes de travail (angles de talutage, drainage, pompage de eaux résidentes ou incidentes...).

Identifier et repérer les réseaux

Démarches administratives

Terrassier

Depuis le 1er juillet 2012, vous devez adresser aux exploitants via le  guichet unique une déclaration d’intention de commencement de travaux (DICT), dont les nouveaux formulaires sont téléchargeables sur le site Internet dédié ( décret du 5 octobre 2011 ). Les exploitants de réseaux se sont, au préalable, référencés sur ce guichet unique. À compter de 2019, ils devront fournir des plans géoréférencés pour les ouvrages sensibles en zone urbaine.

Les travaux déclarés urgents par un maître d’ouvrage doivent être, en plus, non prévisibles pour être dispensés de la procédure normale DT-DICT.

 

Repérage des réseaux

Après avoir reporté les informations de la DICT par marquage sur le terrain, les terrassiers peuvent effectuer un repérage complémentaire avec des systèmes de détection et/ou des sondages ponctuels.

 

Préparer ses installations de chantier

Installations sanitaires et vestiaires

Citadine

Les obligations concernant les installations d’accueil, les vestiaires et les sanitaires dépendent de la durée du chantier. Pour des chantiers de durée supérieure à 4 mois, des installations sanitaires fixes doivent être prévues. Pour des durées inférieures, des équipements mobiles de chantier peuvent être utilisés. En cas de retrait d’amiante, une unité de décontamination des salariés et des équipements doit être installée.

Consultez notre fiche de préparation de tâches pour les petits chantiers .

Les conseils de l’OPPBTP :

Nous vous recommandons d’intégrer le coût des installations sanitaires et des vestiaires dans le devis. L'OPPBTP et BTP Banque vous offrent la possibilité de bénéficier d'un prêt allant de 3 000 à 30 000 € HT à un taux bonifié de 1 %, sur une durée de remboursement de 12 à 36 mois pour financer l’achat d’un équipement mobile d'hygiène.

Contactez votre agence pour connaître les modalités de ce prêt préférentiel.

Zone de stockage

La zone de stockage des terres est éloignée de la fouille pour éviter tout risque d’effondrement.

Entrée / sortie des véhicules

Aire de lavage des roues de camions

La préparation des phases du chantier intégrera notamment :

  • le(s) dispositif(s) de nettoyage des véhicules poids-lourds,
  • l'anticipation de zone d'attente qu'elles soient proches du chantier ou plus éloignées afin d'éviter la gêne sur la voie publique et de fluidifier les rotations,
  • les démarches de mise en place de la signalisation adaptée au chantier et à son environnement.

Aménager sa zone de travail

Les compagnons accèdent en sécurité à leur poste. Cet espace est sécurisé.

Délimitation des travaux

Signalisation chantier

La zone de travaux est séparée de la zone de circulation réservée aux piétons par des barrières métalliques et par des blocs de type GBA sur la chaussée. Une signalisation temporaire de chantier est mise en place pour dévier la circulation, avec éventuellement des feux alternatifs.

Pour être efficace, la signalisation temporaire doit être adaptée, cohérente, crédible et lisible.

 

  • La signalisation temporaire doit être adaptée aux types de voies, à l’importance du trafic, à la nature du chantier
  • La signalisation temporaire ne doit pas entrer en conflit avec la signalisation permanente verticale et horizontale. La signalisation permanente sera éventuellement masquée.
  • La signalisation temporaire informe l’usager que son parcours va être perturbé par un chantier. Le comportement de l’usager dépendra donc de la pertinence de la signalisation mise en place.
  • Pour rester lisibles, les panneaux doivent être judicieusement implantés.

Consultez notre guide sur la signalisation temporaire .

Repérage des fouilles

Un piquetage au sol, réalisé par des fiches, ou un marquage au sol, par des traits de peinture, matérialise le tracé de la tranchée à réaliser selon un code couleur.

Aménagement des bords des fouilles

  • Dans la mesure du possible, le talutage des fouilles à doit être privilégié. Dans les autres cas, des méthodes de blindage et/ou de stabilisation des terres seront mises en œuvre (blindage, berlinoise, béton projeté...).
  • Une fois les fouilles ou tranchées sécurisées, pour éviter les chutes de déblais, de matériaux ou d’outils, les opérateurs entourent les fouilles de plinthes d’une hauteur de 15 cm au minimum ( article R.4534-31 du Code du travail ). Pour ce faire, on peut par exemple laisser dépasser le blindage du niveau du sol d’au moins 15 cm.
  • Aménagez une berme (espace de sécurité) d’une largueur de 40 cm au minimum. Les compagnons déposent du déblai ou du matériel au-delà de cette zone destinée à la circulation ( article R.4534-32 du Code du travail ). Cette berme reste constamment dégagée de tout dépôt.

Accès sécurisé au fond de fouille

  • Escalier d'accès au fond de fouille
    Mettez en place des escaliers pour accéder en fond de fouille.
  • Pour les tranchées, disposez des échelles d’accès, qui dépassent de 1 m au-dessus du sol, et attachez-les au blindage.
  • Protégez les abords des fouilles contre les chutes de hauteur avec des garde-corps.
  • Mettez en place des passerelles pour permettre le franchissement des tranchées de plus de 40 cm de largueur ( article R.4534-36 du Code du travail ).
  • Limitez la durée de l’ouverture des fouilles.

Mécaniser son chantier

Vous devez réduire les efforts physiques fournis par vos compagnons en mécanisant la manutention.

Engins de chantier

  • Pelles Mécaniques
    Choisissez des engins de terrassement adaptés au site (présence et position des réseaux aériens) et à la nature des travaux à réaliser,
  • Assurez-vous que la résistance du sol est suffisante pour l’engin utilisé.
  • Déployez systématiquement des stabilisateurs (pour le matériel sur pneus) sur une aire nivelée en mettant en place des plaques de répartition si nécessaire.
  • Prévoyez un surveillant pour guider le conducteur en cas de mauvaise ou d’absence de visibilité.

Les conseils de l’OPPBTP :

Nous vous recommandons de négocier avec votre donneur d’ordre des emprises de chantier suffisamment dimensionnées pour assurer l’évolution des engins sans interaction avec la voie publique

Pelle mécanique et dumper

Les engins de chantier sont en adéquation avec la configuration du chantier et les travaux à réaliser :

  • Les tractopelles servent aux travaux de terrassement et de chargement et disposent de nombreux accessoires interchangeables. Cet engin polyvalent est adapté aux petits chantiers ponctuels, où les compagnons ont besoin de déplacer les matériaux fréquemment dans l’enceinte du chantier.
  • Les pelles et les mini-pelles (moins de 9 tonnes) sont généralement utilisées à poste fixe à l’avancement du terrassement, munies d’accessoires polyvalents (godets de terrassement, de curage, brise roche hydraulique - BRH, pinces de levage…). Les mini-pelles sont manœuvrables à volonté et présentent un faible encombrement, mais elles sont peu stables.

Choisissez des modèles disposant d’un poste de conduite ergonomique et offrant une bonne visibilité. Le confort apporté par une cabine insonorisée, la climatisation, un siège antivibrations…, améliore les conditions de travail du conducteur et donc la productivité sur le chantier.

Engins de levage

Pelle mécanique et levage

Les pelles mécaniques et bennes preneuses sur grue auxiliaire sont aussi utilisés comme engins de levage. À ce titre, elles répondent à leurs exigences d’équipement, de conduite et de vérification.

  • Les bennes preneuses sur grue auxiliaire, qui servent à manipuler les terres et les matériaux en vrac, sont équipées d’un crochet de levage pour permettre l’élingage de charges telles que les big-bags, les matériels conditionnés…
  • Les pelles mécaniques, sont pourvues d’un crochet de levage avec linguet de sécurité et de clapets anti-retour fixés sur les vérins hydrauliques du bras pour lever le matériel (blindage par exemple...). Un tableau de charge en cabine et un limiteur de charge sonore ou visuel complètent cet équipement.

L’obligation de mécaniser la manutention est énoncée à l’article R.4541-3 du Code du travail.

Les conseils de l’OPPBTP :

Nous vous rappelons que ces engins de levage sont soumis à une vérification générale périodique semestrielle . Vous pouvez enregistrer vos résultats dans notre outil en ligne . En cas de location, vous devez vous assurer que la vérification a bien été effectuée.

Adopter les bons modes opératoires

Pour réduire les risques liés à l’ouverture d’une fouille (effondrement d’un bâtiment mitoyen, ensevelissement des ouvriers, rencontre inopportune de réseaux électriques ou gaz), le choix d’un mode opératoire adapté à la nature de l’intervention et à sa localisation est essentiel.

Dans tous les cas, adoptez les mesures préventives suivantes :

  • Évaluez la nature du sol, afin notamment de mettre en évidence la présence de remblais liés à des fouilles précédentes (qui pourraient s’effondrer) et d’eau.
  • Prenez en compte les surcharges liées aux constructions proches et à la circulation des véhicules au voisinage de la fouille.
  • Réduisez, autant que possible, les vibrations qui pourraient entraîner un éboulement de terre.

Attention, en laissant la fouille à ciel ouvert, la cohésion du sol va se dégrader.

Ouverture de tranchées

Le talutage d’une tranchée consiste à donner aux parois une inclinaison variable. Cette pente est déterminée par les caractéristiques du terrain (nature des matériaux, cohésion, angle de frottement).

Travaux dans tranchée blindée

Si le talutage est impossible, la tranchée doit être blindée. La réglementation impose le blindage des tranchées étroites (profondeur supérieure à 1,30 m et largeur inférieure ou égale aux deux tiers de la profondeur : article R.4534-24 du Code du travail ). Le blindage dépasse de plus de 15 cm environ le niveau du sol pour protéger les ouvriers contre les chutes accidentelles d’objets.

Nos experts répondent aux questions des internautes : « A quelle profondeur faut-il blinder ? ».

Choisissez le matériel de blindage le plus adapté à la situation rencontrée (blindage lourd, blindage modulaire, boisage…).

 

L’ouverture d’une tranchée à proximité des fondations d’un bâtiment ou d’un mur de clôture peut provoquer des fissures voire un effondrement partiel par décompression du sol en pied d’ouvrage. Pour limiter ce risque d’instabilité, il faut étayer la façade de l’ouvrage y compris ses ouvertures.

Règles de sécurité lors de l’intervention à proximité des réseaux électriques enterrés

Canalisateur
  • À plus de 1,5 m de l’emplacement indiqué du réseau électrique, l’entreprise peut intervenir avec des engins mécaniques (pelle ou BRH).
  • À moins de 1,5 m de l’emplacement indiqué du réseau électrique, vous devez demander la mise hors des réseaux. C’est à l’exploitant seul que revient la décision d’identifier, de marquer et surtout de consigner la ligne.

En cas d’impossibilité justifiée par écrit par l’exploitant, il faut alors recourir à des méthodes douces comme les camions aspirateurs et les pioches à air.

En cas de dégradation accidentelle d’une canalisation, vous devez appliquer la règle des 4A :

  • arrêter immédiatement le fonctionnement des engins ou des matériels de chantier ;
  • alerter immédiatement l’exploitant du réseau concerné ;
  • aménager une zone de sécurité immédiate, dans la mesure du possible ;
  • accueillir les secours à leur arrivée et rester à leur disposition, autant que nécessaire.

Vous devez également établir un constat contradictoire avec cet exploitant, sur le même principe qu’un constat d’accident de la route.

En cas de découverte d’un réseau non indiqué sur les plans de zonage, vous pouvez suspendre les travaux. Il appartient au maître d’ouvrage de décider de la reprise des travaux après s’être acquitté des garanties de sécurité.

En aucun cas, il ne faut pas monter sur les canalisations ni les déplacer et encore moins construire dessus.

Systèmes de détection

Détection de réseaux

En cas d’imprécision d’implantation ou de non-signalement de certains réseaux, vos compagnons peuvent faire appel à des systèmes de détection bien utiles quand on sait que de plus en plus de réseaux sont mis en œuvre par forage dirigé, donc sans présence de grillage avertisseur.

Les opérateurs utilisent des équipements comme le matériel de radiodétection, qui détecte le champ magnétique émis par les canalisations, ou le géoradar qui, déplacé en surface, génère une image à la façon d’un scanner à ultrasons…

Les radars au sol détectent aussi les cavités, la présence de nappe et de décohésion de terrain (tranchées remblayées).

En fin de chantier en cours de remblaiement de la tranchée,  la pose d’un grillage avertisseur de couleur adaptée au type de réseau associé à une protection « lourde » permet aux intervenants ultérieurs d’opérer en sécurité.

Votre conseiller OPPBTP

Le saviez-vous ?

Outil pratique : mémos Santé-Sécurité

Avec l'IRIS-ST

Bruit, aménagement des ateliers ou du véhicule utilitaire, addictions, amiante... 
Retrouvez la collection des mémos de sensibilisation aux questions de santé-sécurité édités par l'IRIS-ST.

Accéder aux mémos Santé-Sécurité

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.