Une équipe de scaphandriers doit intervenir sur une vanne défaillante dans une centrale hydroélectrique. Après une première plongée exploratoire, l'opérateur signale que la vanne principale est, selon lui, encore ouverte. En accord avec le personnel d'exploitation, les salariés se relaient pour fermer manuellement la vanne jusqu'au blocage de la manivelle. L'indicateur de fermeture de la vanne est défectueux et le personnel de la centrale précise qu'il y a certainement une fuite encore importante. Le chef d'opérations hyperbares (COH) décide de maintenir la plongée en indiquant au scaphandrier de descendre doucement le long de la tige de déplacement de la vanne. Brusquement, le scaphandrier crie «je suis aspiré», et la liaison phonique cesse. Le COH et son aide tirent sur le narguilé qui se rompt. Dans l'impossibilité de faire intervenir immédiatement les secours, le corps du scaphandrier décédé sera récupéré douze heures plus tard. Cédric Parodi avec le SNETI*

    *Syndicat national des entrepreneurs de travaux immergés

    Fiche parue dans PréventionBTP n°266-Octobre 2022.

    266 Fiche AT Dessin ouverture

    ©Lipsum

    Pourquoi est-ce arrivé ?

    • Une vanne était défectueuse et générait une différence de pression de part et d'autre du barrage.
    • L'indicateur de fermeture de la vanne n'était pas fiable.
    • L'équipe de scaphandriers n'avait pas effectué d'inspections visuelles (drone, courantomètre, plongée de détection) pour évaluer la situation.
    • Le COH (chef d’opérations hyperbares) avait décidé de maintenir la plongée.
    • La différence de pression était trop forte pour que le plongeur puisse s'y opposer.

    Le risque de pression différentielle.

    Ce risque se produit quand l'eau se déplace d'une zone de haute pression vers une zone de plus basse pression. Dès que l'écoulement commence, les forces exercées peuvent être très importantes, même à de faibles profondeurs. On le rencontre notamment à proximité des pompes, vannes, barrages, écluses, mais aussi des hélices ou des conduites immergées scellées à la pression atmosphérique. C’est le risque le plus redouté des scaphandriers.

    3 pistes pour éviter l'accident

    1. Éviter les risques

    • La mesure la plus efficace consiste à isoler la zone avec un batardeau et à l'assécher provisoirement pour permettre ainsi de réaliser les travaux à sec. La construction de ce type d'ouvrage s'amorce d'aval en amont avec l'installation de matériaux (palplanches, blocs de béton, empierrement…) assurant la protection de la zone de travail ainsi que l'intégrité des structures contre les éléments naturels.
    • Respecter une procédure stricte de consignation des équipements qui sont à l'origine des différences de pression. Cette consignation mécanique devra s'accompagner d'une consignation électrique si certaines parties de l'équipement sont mues électriquement. Elle nécessite que le maître d’ouvrage soit présent durant l’intervention et connaisse parfaitement ses installations.

    2. Évaluer les risques

    • L'utilisation d'un ROV (Remotely Operated Vehicle) ou drone sous-marin permet, grâce au retour vidéo couplé à un doppler, d’inspecter la zone de travail sans faire plonger un opérateur. Certains modèles, outre l'inspection peuvent réaliser quelques opérations simples (couper un câble, saisir un objet, réaliser des mesures). Ces engins sont filoguidés depuis la terre ferme.
    • Les courantomètres magnétiques mais aussi les modèles plus simples à hélice sont des équipements qui permettent de mesurer la vitesse d'écoulement de l'eau et donc de déterminer s'il existe une différence de pression sur la zone d'intervention.
    • En cas d’impossibilité, faire descendre le scaphandrier avec une pige sur laquelle sont fixées des bandes de tissus de façon sommaire. Ce manche est tenu vers le bas pour anticiper la descente et repérer l’aspiration. Le narguilé doit être tendu fermement durant cette opération et c’est le scaphandrier qui donne l’ordre du mou.

    3. Sensibiliser les salariés et organiser les secours

    • Ce type de travail doit être effectué par des entreprises certifiées avec des opérateurs scaphandriers possédant le CAH (certificat d'aptitude à l'hyperbarie) mention A. Ce certificat doit être actualisé tous les cinq ans. Un chef d'opérations hyperbares spécifiquement formé pour cette fonction doit faire partie de l'équipe.
    • Préciser les règles qui définissent la répartition des fonctions entre les différents travailleurs composant l’équipe de secours et la mise à disposition de moyens de secours, y compris extérieurs, en cas de survenue d’une situation dégradée, d’un incident ou d’un accident hyperbare

    Solutions et ressources

    ÉQUIPEMENT. Robot sous marin filoguidé

    Le Fifish V6 Expert de Qysea peut évoluer dans tous les sens, à 360°. La batterie interne au drone délivre jusqu'à 6 heures d'autonomie en eaux calmes et environ 1 heure et demie par fort courant. Le Q-Port de cet équipement permet l'ajout d'une panoplie d'accessoires pour en diversifier l'usage (sonar, laser, bras robotique, etc..). Équipé d'un capteur Sony CMOS de 1/2.3 pouce, le Fifish V6 Expert capture des vidéos 4 K jusqu'à 30 images par seconde et du FullHD jusqu'à 120 images par seconde. Ce rover est vendu en deux versions, avec une valise de transport légère et un câble de 100 mètres ou avec une valise renforcée et 200 mètres de câble. Les deux versions incluent une carte SD de 128 Go, une radiocommande et un casque VR pour piloter le drone en FPV.

    266 - fiche AT- ressources

    DOCUMENTATION. Entreprises certifiées

    Le SNETI (Syndicat national des entrepreneurs de travaux immergés) met à jour périodiquement une liste des entreprises certifiées travaux hyperbares.Pour rappel aux donneurs d’ordre : « À compter du 1er janvier 2020, les travaux hyperbares ne peuvent plus être réalisés que par une entreprise certifiée. » (art. 6 de l’arrêté du 29 septembre 2017).Cette liste intègre les informations qui sont mises en ligne par les organismes de certification sur leur site internet, ainsi que l’exige le ministère du Travail.Cette mise à jour n’étant pas automatisée, il est possible qu’une entreprise ait été certifiée depuis la dernière mise à jour, c’est donc le certificat et les informations mentionnées sur le site internet de l’organisme qui font foi.De même, pour les éventuelles suspensions ou retraits qui pourraient survenir, le nom des entreprises sera supprimé lors de la mise à jour suivante.

    266 - fiche AT - ressources

    ÉQUIPEMENT. Potence de mise à l'eau

    La potence Multisafeway permet d'améliorer les conditions d’accès sur certains sites industriels où la mise à l'eau du scaphandrier se fait par une échelle verticale.Cette potence en inox 316 est habituellement utilisée pour les accès en espaces confinés (conformité : EN 795 : 2012 Type A et TS 16415 : 2013), mais elle trouve toute son utilité dans ce contexte grâce aux deux anneaux d'ancrage qui s'accrochent sur l'équipement du scaphandrier.Elle est particulièrement appréciée des plongeurs en fin de poste, lors de la sortie de l'eau, car le poids de leur équipement de plongée est important ainsi que la fatigue liée aux efforts fournis.D’un poids de 35 kg et d’une capacité de charge de 300 kg, la potence peut pivoter à 360° sur sa base (huit positions).Pour être utilisée, elle doit être installée dans un support de montage fixé au sol ou en applique sur un mur.

    La potence pour la mise à l'eau des plongeurs

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus