En résumé

    Un centre aquatique à enjeux multiples.
    Des ressources humaines et matérielles gérées de bout en bout.

    Reportage paru dans Prévention n° 267-Novembre 2022-p. 17

    Photo : 267 Chantier olympique fiche identité

    Crédit photo : DR

    Gros œuvre

    La réalisation du centre aquatique et de son franchissement met en œuvre d’importantes ressources humaines et matérielles.

    Au printemps 2024, le centre aquatique sera relié au Stade de France par un franchissement piéton assurant une continuité urbaine dans ce quartier de Saint-Denis, au nord de Paris, en plein bouleversement. À côté du Village olympique, ce chantier du centre aquatique et de sa passerelle occupe une partie de la future ZAC de la Plaine Saulnier, dont l’aménagement est prévu dans un second temps. Cette phase dite Héritage débutera en 2025. L’équipement, conçu pour recevoir les compétitions de natation artistique, de waterpolo et de plongeon, sera alors reconfiguré en «lieu de rencontres et de pratique du sport accessible à tous.»

    Centre aquatique de Saint-Denis et sa passerelle : la sécurité, un impératif

    D’ici là, en cet été 2022, les travaux battent leur plein. Le groupement piloté par Bouygues Bâtiment Ile-de-France est en charge de la conception, construction et exploitation de l’ouvrage. Côté centre aquatique, le socle en béton est coiffé d’une charpente en bois et d’une toiture concave équipée de 6 000 m2 de panneaux photovoltaïques. Le tout forme une arena en fer à cheval d’une capacité de 6 000 places en configuration JO. Depuis le mois d’août, le franchissement métallique surplombe l’autoroute A1 (lire p. 18). Deux chantiers, donc, sur deux zones distinctes, pour une seule mission et de multiples problématiques. «Le planning, immuable, est certes contraignant, mais nous savons à quoi nous en tenir, explique Mathieu Tommy-Martin, directeur du projet pour Bouygues Bâtiment Ile-de-France. Le délai est la priorité de notre client, accompagné de la qualité qu’il convient de respecter. Quant à la sécurité, elle est hors catégorie.» On ne transige pas avec la prévention.

    La délimitation des zones de travail

    L’intégration du chantier dans la zone a été soignée. L’aménagement extérieur de la voirie permet de minimiser l’impact des travaux sur la circulation, très dense. Dans l’enceinte, la délimitation des zones de travail participe à la gestion de la coactivité. Tant en termes techniques que de prévention, le levage de pièces complexes fait partie des opérations sensibles. À l’aide de grues mobiles, deux poteaux en bois de 20 tonnes sont positionnés chaque semaine sur lesquels viennent reposer des traverses de 90 mètres de long. Des zones sont dédiées à l’entreprise Mathis (charpente bois) pour éviter la superposition des tâches. Pour donner un peu d’air au chantier, la Métropole de Grand Paris a aussi mis à disposition des zones dédiées à la base vie, à l’approvisionnement des pièces constitutives de la passerelle et à son assemblage avant ripage.

    Le délai est la priorité de notre client, la sécurité est hors catégorie.

    La sensibilisation aux travaux en hauteur et au levage

    À la demande de Bouygues Bâtiment Ile-de-France, l’OPPBTP a sensibilisé les sous-traitants présents sur le chantier aux travaux en hauteur et au levage. «Ce type de mission est double, explique Georges Fleutry, ingénieur en prévention à l’OPPBTP, dresser un état des lieux du chantier dans le cadre d’une visite préalable et procéder ensuite à une action de sensibilisation. » L’analyse des risques prend appui sur les « règles vitales » de Bouygues (sept pour le travail en hauteur et sept autres pour le levage), comme : «Ne jamais travailler en superposition ou ne jamais passer au travers d’une protection collective. »

    La visite préalable permet d’observer des bonnes pratiques telles que les élingues à demeure sur les containers. «Ce dispositif permet d’élinguer directement depuis le sol sans avoir à utiliser d’échelle», commente Georges Fleutry, qui relève également la présence de protections latérales (et en face coffrante) sur les banches ou l’usage généralisé des escaliers métalliques de franchissement et des rampes. Les nacelles élévatrices manuelles, actionnées à l’aide d’une manivelle permettant d’en régler la hauteur selon l’usage, participent également à la performance.

    La session de sensibilisation débute par un rappel des «essentiels» au regard des situations rencontrées sur le chantier et des équipements qui vont être utilisés. Par exemple, le bon montage, conforme à la notice, des tours d’étaiement, et l’installation des protections collectives avant d’accéder au niveau supérieur. «En plus de communiquer sur les bonnes pratiques, l’action permet d’identifier quelques situations à risque, et d’améliorer, par exemple, la protection des garde-corps de planchers. »

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus

    }