Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    Sur chantier, en atelier ou dans les bâtiments en exploitation, les professionnels du BTP utilisent régulièrement des équipements pouvant produire une étincelle, une flamme, ou des projections de particules chaudes. Si elles entrent en contact avec une substance inflammable (carburant, gaz, solvant…), une matière explosive (forte concentration de poussière ou un matériau combustible (bois, plastique, …), elles peuvent engendrer un incendie ou une explosion.

    L’analyse de risque, le choix du matériel, des modes opératoires adaptés aux conditions et aux environnements de travail, le respect des consignes des exploitants, et la mise en place de dispositif de lutte contre l’incendie permettent de se prémunir des risques d’incendie et d’explosion.

    Les conséquences de ce risque sont généralement graves et engendre d’importants dégâts.

    Améliorer la sécurité sur vos chantiers

    Découvrez des solutions qui vont vous permettre d’investir dans la santé et la sécurité tout en améliorant les performances de votre entreprise.

    Incendies, explosions : des risques fréquents dans le BTP

    La plupart des métiers du BTP utilisent des équipements ou des produits qui peuvent être à l’origine d’un départ de feu ou d’une explosion.

    L’utilisation d’un chalumeau, d’une disqueuse, d’un poste à souder d’une machine à moteur thermique ou électrique … Il suffit d’une flamme, d’une étincelle ou d’une source de chaleur intense pour générer un incendie. Ces équipements sont utilisés quotidiennement sur nos chantiers.

    Le risque peut être également présent lors de l’utilisation de produit chimique, tel que certaines peintures, colles, solvants ou traitements de surface

    Le risque peut être également présent lors de l’utilisation de produit chimique, tel que certaines peintures, colles, solvants ou traitements de surface, qui peuvent contenir des matières inflammables ou des gaz explosifs. Les activités qui nécessitent de l’acétylène (soudure, découpe thermique…) et les travaux d’étanchéité qui nécessitent l’utilisation de gaz propane sont également des activités à risque.

    Qu’il s’agisse de propane, de butane, d’hexane, d’éther éthylique ou d’essence, ces substances peuvent très facilement s’enflammer..

    Les explosions se produisent lorsqu’il y a concentration de composés organiques volatils (COV) inflammables ou explosifs dans un espace clos ou confiné. Une des solutions pour réduire ce risque est de ventiler la pièce.

    Travaux d'étanchéité en toiture-terrasse. Travaux d'étanchéité en toiture-terrasse. ©OPPBTP

    Des risques parfois méconnus et sous-estimés

    La plupart des accidents surviennent par méconnaissance du risque. Un salarié ou un artisan ne pense pas au risque d’explosion lorsqu’il utilise une bombe de peinture, un pulvérisateur de traitement du bois ou qu’une intervention par point chaud dans un local fortement empoussiéré et mal ventilé puisse embraser les poussières en suspension et provoquer une explosion.

    Certaines situations sont par ailleurs dangereuses avec la conduction de chaleur, par exemple lorsqu’un plombier effectue une soudure d’un côté d’un mur sans se rendre compte que la chaleur se propage, ou lorsqu’un sectionnement de câble électrique resté par erreur sous tension provoque un court-circuit sont des situations qui peuvent déclencher un incendie.

    Il est donc important, d’effectuer une analyse de risque pour choisir les modes opératoires et les matériels adaptés.

    Privilégier les produits moins dangereux

    Pour réaliser certaines tâches, il est parfois possible d’utiliser des techniques ou des produits moins accidentogènes. Par exemple, pour traiter du bois, il vaut mieux utiliser des produits à badigeonner ou à injecter plutôt que des produits à pulvériser contenant des solvants qui libèrent des vapeurs pouvant générer des atmosphères explosives.

    En fonction de leur résistance au feu, les matériaux sont classés en diverses catégories, d’incombustibles à facilement inflammables.

    Dans les zones les plus à risque, il est conseillé de privilégier, quand cela est possible, des matériaux peu inflammables ou ignifugés.

    Les politiques de prévention consistent également à rappeler les bons gestes à adopter et les normes en matière d’équipement. Par exemple, un chalumeau se ferme au niveau du pistolet et de la bouteille car s’il y a une fuite, le gaz se dégage et une explosion peut se produire. Quant aux véhicules qui servent à transporter du gaz, ils doivent être équipés de grilles de ventilation…

    La limite d’explosivité

    La limite d’explosivité ou d’inflammabilité d’un gaz ou d’une vapeur définit le seuil au-delà duquel il y a risque d’incendie ou d’explosion. Il existe la limite inférieure d’explosivité qui indique la concentration minimale au dessus de laquelle le gaz peut s’enflammer et la limite supérieure d’explosivité qui fixe la concentration maximale au-delà de laquelle il ne peut plus s’enflammer. Ces limitent varient en fonction de la température et de la pression.

    Présence d’une flamme, d’une étincelle et d’un combustible

    Pour qu’un incendie se déclenche, il faut qu’une flamme ou qu’un appareil produisant de la chaleur entre en contact avec un matériau combustible. Le risque d’explosion existe quant à lui dans les environnements mal ventilés qui contiennent de fortes concentrations de substances inflammables.

    Production d’une flamme ou de chaleur

    Utilisation d’un chalumeau, d’une machine à moteur thermique, d’un poste à soudure… Les appareils qui produisent une flamme ou dégagent une chaleur intense peuvent déclencher un incendie. Si un salarié pose par inadvertance un outil chaud ou incandescent sur une pièce inflammable, il peut l’embraser.

    Pour limiter les conséquences d’un d’incendie, il faut être en capacité de réagir rapidement. Il faut donc prévoir la mise en place d’extincteur à proximité des zones de travaux pouvant être source de chaleur sur les chantiers et en atelier. Les appareils produisant de la chaleur ou des flammes doivent par ailleurs être vérifiés et entretenus (contrôler régulièrement par exemple l’état d’un chalumeau pour s’assurer qu’il ne fuit pas).

    L’utilisation de substances inflammables et explosives

    Les explosions se produisent lorsqu’il y a présence dans une pièce confinée et mal ventilée d’une forte concentration de matière inflammable dans l’air. Une simple étincelle, par exemple si l’on allume une ampoule ou une décharge électrostatique peut enflammer l’air et déclencher une explosion.

    Travaux à proximité de réseaux de gaz. Travaux à proximité de réseaux de gaz. ©OPPBTP

    Pour éviter ce type d’accident, il faut veiller à bien ventiler la pièce en créant des courants d’air ou en utilisant un ventilateur (ou une aspiration) ATEX (ATmosphères EXplosives). Les produits inflammables doivent être stockés de préférence à l’extérieur ou dans des zones aérées et conformes sur le plan électrique (conformité ATEX). On trouve des informations sur les précautions à prendre pour le stockage dans la fiche de données de sécurité (FDS) du produit.

    Des dégâts souvent importants

    Les conséquences des incendies et explosions sont généralement graves ; elles engendrent d’importants dégâts tant pour les hommes que pour le matériel.

    Des brûlures souvent graves

    Les conséquences pour les salariés varient en fonction de la durée d'exposition et de la rapidité à évacuer la zone concernée. La complexité d’accès aux locaux, l’encombrement des dégagements, le stockage de matériaux combustibles, la vitesse de propagation d’un feu, la soudaineté d’une explosion sont autant de facteurs potentiellement aggravant.

    Les conséquences des incendies et des explosions sont souvent graves et provoquent des lésions importantes (brûlures) qui peuvent conduire au décès.

    Plus la durée du contact entre la peau et la source de chaleur est importante, plus les lésions sont importantes et profondes, s’attaquant à l’épiderme, le derme, les tissus sous cutanés jusqu’au muscle. Elles provoquent des nécroses et une perte de sensibilité totale.

    Il existe des dispositifs qui permettent de limiter les effets des brûlures : il s’agit de douches portatives. Conçues pour des interventions d’urgence, elles sont destinées à refroidir et nettoyer une victime de brûlures thermiques ou chimiques. Elles contiennent généralement de l’eau et une solution aseptisante, neutralisante ou calmante.

    Les aspects juridiques

    Réglementation

    Décret n° 2019-184 du 11 mars 2019 relatif aux conditions d'application de l'ordonnance n° 2018-937 du 30 octobre 2018 visant à faciliter la réalisation de projets de construction et à favoriser l'innovation : notre analyse

    Jurisprudence

    Accident mortel d'un salarié : notre analyse

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus