Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    L’utilisation d’un outil électroportatif ou d’une machine peut engendrer différents risques :

    • blocage de l’outil,
    • l’effet rebond.

    Le blocage de l’outil est le principal risque d’accident. C’est, par exemple, la mèche d’une perceuse qui se coince, entraînant la rotation soudaine et brutale de la machine. L’effet rebond est un violent retour arrière de la machine, lorsque celle-ci se bloque.

    Ces deux effets peuvent avoir de graves conséquences sur la santé et se produire sur deux types de machines : les machines électroportatives comme les meuleuses ou les perceuses et les machines fixes comme les machines à bois.

    Un certain nombre de précautions sont donc à prendre au moment de leur utilisation. Les fabricants conscients de ce danger ont également renforcé la sécurité de leurs appareils. Ils ont par exemple développé des équipements anti-torsions, capteurs de couple, antiblocages, débrayables, etc.

    La présente fiche ne traite pas de l’éclatement de l’outil (disque sur une meuleuse) qui fait l’objet de la fiche R11 « éclatement » (lien). Elle ne traite pas non plus des risques de projection/rejet du matériau usiné qui fait l’objet de la fiche R19 « projection/rejet » (lien)

    Les machines électroportatives peuvent être soumises à un risque de rejet lié à un éventuel blocage. Les machines électroportatives peuvent être soumises à un risque de rejet lié à un éventuel blocage. © OPPBTP

    Améliorer la sécurité sur vos chantiers

    Découvrez des solutions qui vont vous permettre d’investir dans la santé et la sécurité tout en améliorant les performances de votre entreprise.

    Boite à outils Covid-19

    Le blocage de l’outil

    Bâtiment, travaux publics, gros œuvre, second œuvre, tous les métiers du bâtiment sont concernés par les risques de blocage d’un outil. C’est surtout lors de l’utilisation des machines portatives ou guidées à main ainsi que des machines fixes comme les machines à bois qu’il y a risque d’accident. La base de données Epicea de l’INRS montre que les causes d’accident sont essentiellement liées à la dangerosité des machines comme la meuleuse, la perceuse ou le perforateur.

    La mise en rotation soudaine et brutale de la machine suite à blocage de l’outil ou son rebond peut avoir de graves conséquences.

    Les obligations du fabricant

    Les machines électroportatives sont soumises à la directive « machine » 2006/42/CE qui dispose que « la machine est conçue et construite pour être apte à assurer sa fonction et pour qu’on puisse la faire fonctionner… sans exposer quiconque à un risque lorsque ces opérations sont accomplies dans les conditions prévues par le fabricant, mais en tenant compte des mauvais usages raisonnablement prévisibles… ». Le fabricant a aussi l’obligation d’indiquer, dans sa notice d’instruction, les indications d’utilisation en sécurité afin d’éviter le blocage de l’outil et de réduire le risque d’effet rebond.

    C’est pourquoi il est important pour la sécurité des opérateurs de prendre connaissance de ces notices. Mais rien ne vaut la transmission des bonnes pratiques par vos salariés les plus expérimentés.

    Le blocage de l’outil : toutes les précautions à prendre

    Le blocage de l’outil et surtout l’effet rebond qu’il peut provoquer sont des causes d’accidents graves dans les métiers du bâtiment. Machines électroportatives ou machines fixes, elles doivent être maniées avec précaution. Matériaux non homogènes, utilisation d’un disque ou d’un foret inadapté, non-respect des conditions d’utilisation d’une machine ou d’un outil… Les causes de blocage de l’outil et d’un effet rebond sont nombreuses.

    L’effet rebond des machines électroportatives

    Les machines électroportatives telles que les meuleuses-disqueuses, les perceuses-perforateurs, les boulonneuses, etc. lorsqu’elles se bloquent, créent une forte secousse pour l’opérateur et entraînent l’éjection de la machine. Cet effet rebond, appelé aussi kick-back, peut vous contraindre sous le choc et la surprise à lâcher la machine. Le disque, lui, reste en rotation et vous blesse gravement. Dans le cas de la disqueuse, la rupture de la meule peut aussi entraîner des projections d’éclats de disque (voir la fiche R19 « projection-rejet »).

    Par exemple, quelques précautions peuvent permettre d’éviter ces accidents liés à l’utilisation de machines électroportatives :

    • Préparer son poste de travail.
    • Utiliser l’appareil comme explicité dans les notices d’utilisation.
    • Travailler dans une position garantissant la stabilité et un effort aisé (travail à hauteur d’épaule, position stable, etc.).
    • Organiser son poste de travail pour éviter la coactivité ou la circulation à proximité des opérations (limiter les risques de blessures d’un autre compagnon en cas de gestes incontrôlés).
    • Choisir un équipement adapté à l’opération à effectuer (disque, mèche, lame, vitesse de rotation, etc.).
    • Eviter de redémarrer la découpe avec le disque dans le matériau car il pourrait se coincer et provoquer l’effet rebond. Le laisser atteindre sa pleine vitesse avant de le replacer dans la coupe.
    • Faire très attention lorsque vous travaillez au niveau des coins et des arêtes.
    • Ne pas forcer sur la machine car une surcharge de l’outil augmente la possibilité de torsion ou de blocage à l’intérieur de celui-ci et donc de rebond ou de casse de l’outil.
    • Ne pas sortir l’outil de la zone de découpe tant qu’il continue de tourner.

    De manière générale, retrouvez toutes les instructions du fabricant sur la notice de l’équipement. Celle-ci est à mettre à la disposition des utilisateurs.

    Au-delà des précautions évoquées plus haut, un certain nombre de dispositifs de protection sont dorénavant proposés par les fabricants. Ils permettent l’interruption de la machine dès qu’elle est lâchée ou dès que l’effort nécessaire pour la maintenir dépasse un certain seuil.

    Parmi ces dispositifs figurent :

    • Le système de débrayage mécanique basé sur la force centrifuge : le débrayage du disque a de multiples avantages. Il évite le rejet de la meuleuse sur l’opérateur ainsi que les secousses sur son bras. De plus, il empêche la détérioration du disque, limitant ainsi le risque d’éclatement.
    • Le dispositif de commande électronique : la coupure de l’alimentation électrique permet de réduire le risque d’effet rebond mais ne le supprime pas complètement. De plus, l’intensité de la secousse ressentie sur le bras est simplement amoindrie.
    • Le système limiteur de couple : il est associé à l’embrayage de la machine. Lors d’un blocage, le ressort hélicoïdal enroulé autour de la broche interne d’entraînement se désaccouple. Le disque tourne alors dans le vide, évitant l’effet rebond.

    Les conséquences de l’effet rebond : des blessures graves voire mortelles

    Coupures profondes, sectionnement d’artères ou de membres, entorses, blessures aux yeux, chutes de hauteur… Les accidents liés à l’effet rebond peuvent être graves.

    Coupures, sectionnement, fractures, entorses

    Le matériel électroportatif est à l’origine de graves accidents du travail. Les jambes, les bras, les mains, les doigts et le visage sont les plus touchés : coupures profondes, sectionnement d’un doigt ou perte de motricité. Une coupure mal placée touchant une artère peut s’avérer mortelle.

    La meuleuse électroportative est particulièrement dangereuse. Certains accidents peuvent même être mortels. Ainsi, un technicien a bloqué la meule en coupant une plaque en béton de 3 cm d’épaisseur avec un disque de 230 mm. L’effet rebond a projeté la meuleuse sur l’opérateur qui a eu l’artère fémorale coupée par le disque en rotation. Celui-ci n’a pas survécu.

    Le blocage d’un outil comme une perceuse peut entraîner des entorses pour l’opérateur si ladite perceuse continue de tourner soudainement et brutalement.

    De plus, le recul brutal d’une machine ou d’une pièce de bois peut provoquer la chute de l’opérateur. Cette chute, qu’elle soit de plain-pied ou de hauteur, peut s’avérer mortelle. En effet, des charpentiers ont déjà perdu la vie en découpant des chevrons directement sur un toit ; le rebond provoqué par la machine a entraîné la chute des ouvriers qualifiés.

    Prévoyez de former un salarié au rôle de sauveteur secouriste du travail. Les SST doivent être identifiés par les salariés sur le chantier. En cas d’accident, ils protégeront la victime, alerteront les secours et prodigueront les premiers soins.

    Réglementation

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus