Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    Au printemps 2020, l’épidémie de coronavirus a impacté de nombreux pays dont la France. La population a été contrainte de se confiner pour ralentir la propagation de l’épidémie... Mais le virus continue de circuler. Il se transmet via les gouttelettes présentes dans la bouche et le nez des personnes infectées. Sa durée de vie est estimée à quelques heures sur une surface sèche et à plusieurs jours sur une surface humide.

    Dans le cadre de leur travail, les artisans et les salariés du BTP peuvent être contaminés et développer la maladie « Covid-19 ».

    Améliorer la sécurité sur vos chantiers

    Découvrez des solutions qui vont vous permettre d’investir dans la santé et la sécurité tout en améliorant les performances de votre entreprise.

    Apparition d'un nouveau virus

    Fin 2019, un nouveau virus apparaît en Chine, à Wuhan, dans la région du Hubei. Il se propage très rapidement et devient, au printemps 2020, une pandémie qui affecte près de 200 pays. De nombreux Etats fortement touchés dont la France sont contraints de fermer leurs frontières et de confiner leur population.

    A partir du mois de mai, la situation s’améliore. Les contaminations diminuent. Mais le virus est toujours présent et continue de circuler. Il faut apprendre à « vivre avec » et adopter les gestes barrières. Parce qu’ils sont en contact avec un nombre important de personnes (clients, fournisseurs, professionnels), les artisans et les salariés du BTP multiplient les risques de contracter le virus. Si, dans la majorité des cas, les personnes atteintes du Coronavirus guérissent de la maladie sans traitement particulier, la maladie peut engendrer des complications voire des décès.

    Pour limiter les risques de contamination, les mesures préventives vont de la mise en place des gestes barrières (distanciation physique, lavage des mains, désinfection des surfaces de contact) au port des EPI (équipements de protection individuelle) et notamment du masque.

    Vous trouverez des informations détaillées dans le guide de préconisations sanitaires pour la continuité des activités de construction de l’OPPBTP. Retrouvez également tous les outils pratiques, affiches, fiches conseils, solutions à mettre en œuvre sur vos chantiers et dans votre entreprise.

    Lavage de mains en période de pandémie de coronavirus. Lavage de mains en période de pandémie de coronavirus. ©OPPBTP

    Un risque biologique

    L’épidémie de coronavirus SARS-CoV-2 (pour syndrome respiratoire aigu sévère) induit le risque de développer une maladie : la Covid-19 (maladie à coronavirus).

    Cette maladie peut être contractée sur le lieu de travail, au contact des clients et des fournisseurs, ou d’autres artisans et salariés en cas de coactivité sur un chantier. Elle peut aussi être contractée dans la sphère privée et introduite sur le lieu de travail.

    Affichage lors de la pandémie de coronavirus pour l'information des salariés Affichage lors de la pandémie de coronavirus pour l'information des salariés ©OPPBTP

    Des mesures préventives qui doivent être appliquées à tous

    L’épidémie de Covid-19 peut potentiellement toucher tous les collaborateurs de l’entreprise : du dirigeant à l’ouvrier en passant par le conducteur de travaux, l’artisan ou l’assistant de direction.

    Les mesures préventives doivent donc être appliquées à tous, aussi bien dans les bureaux que dans les ateliers et les chantiers. Ce sont cependant les professionnels intervenant sur les chantiers qui ont le plus de probabilité d’être contaminés du fait du plus grand nombre de personnes qu’ils sont amenés à côtoyer.

    Un nouveau risque à prendre en compte…

    Les entreprises doivent désormais intégrer ce nouveau risque dans leurs mesures de prévention. Il doit figurer dans le document unique d'évaluation des risques professionnels.

    Pour éviter la propagation du virus, il faut respecter les gestes barrières : se laver régulièrement les mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique, tousser dans son coude, se tenir à au moins un mètre de distance d’une autre personne… En cas de travail à proximité d’un autre opérateur, le port d’un masque est nécessaire. Les mesures doivent être adaptées aux spécificités de chaque chantier.

    … qui peut dégrader les conditions de travail

    L’application de certaines mesures préventives peut dégrader les conditions de travail. Avec un masque sur le visage, les salariés doivent faire plus d’efforts pour respirer, ils voient moins bien, ils risquent plus facilement de tomber…

    Dans ce cas, il est conseillé d’adapter le poste de travail et de favoriser les conditions de travail permettant de ne pas porter le masque (distance physique suffisante avec les autres opérateurs).

    Vous pouvez visionner le webinaire de l’INRS (Institut national de recherche et de sécurité) sur le sujet :

    Travailler dans un contexte d’épidémie de coronavirus sans protection

    En cas d’épidémie, pour limiter les risques de développer une maladie virale, il faut impérativement mettre en œuvre et faire appliquer les mesures préventives. Dans le cas de l’épidémie de SARS-CoV-2, elles vont du lavage régulier des mains au port du masque, en passant par la distanciation physique ou la désinfection du matériel professionnel.

    L’absence de protection multiplie considérablement le risque de contracter le virus.

    Un virus freiné par le respect des mesures barrières

    Dans un contexte épidémique, le non-respect des gestes barrières et des mesures de distanciation physique démultiplie le risque d’être infecté par le coronavirus. Le lavage régulier des mains avec du savon ou du gel hydroalcoolique est particulièrement important car il permet de détruire le virus.

    Le port du masque est quant à lui préconisé lorsque artisans et salariés travaillent à proximité d’autres personnes. Certaines activités nécessitent l’intervention de plusieurs professionnels (lever une charge, intervenir dans une tranchée, poser une cloison…). Dans ces situations, chacun doit porter un masque adapté.

    Le risque de développer la Covid-19 est particulièrement important en cas de contexte épidémique comme cela a été le cas au printemps 2020. Le coronavirus SARS-CoV-2 est très contagieux. Il se transmet par les voies respiratoires, par les postillons éjectés en cas d’éternuement, de toux ou lors des expirations.

    Pour limiter les risques de contamination, les mesures préventives doivent intégrer en amont les mesures barrières. Cela implique de mettre à disposition les moyens et matériels nécessaires pour qu’elles puissent être appliquées (eau, savon, gel hydroalcoolique, masque…). En cas de coactivité, les plannings pourront par exemple être adaptés afin d’éviter un nombre trop important d’interventions simultanées sur un chantier.

    Les conséquences d’une infection au coronavirus SARS-CoV-2

    Le coronavirus SARS-CoV-2 est responsable d’une nouvelle maladie infectieuse respiratoire : la Covid-19. Ses conséquences sur la santé sont variables et vont de l’absence de symptômes à des cas graves voire des décès. Environ 80 % des cas sont sans gravité.

    De l’absence de signes à des symptômes variables

    Un salarié peut être porteur sain et contracter le virus sans présenter de signes d’infection. Les symptômes les plus fréquents sont la fièvre, la toux, les maux de tête, les courbatures, la perte de l’odorat, la disparition du goût, mais aussi des problèmes intestinaux, des éruptions cutanées…

    Dans un contexte épidémique, l’OPPBTP conseille que chaque salarié et artisan intervenant sur le chantier réalise quotidiennement son auto-diagnostic. L’objectif est d’aider les professionnels à se poser les bonnes questions et à se tenir en état d’alerte en cas de symptômes.

    Cet auto-diagnostic n’a pas à être remis à l’employeur et ne doit pas être conservé. Du fait du secret médical, seul un service de santé compétent tel que la médecine du travail est habilité à conserver ce questionnaire.

    Des cas graves exigeant une hospitalisation

    L’infection au coronavirus peut provoquer des cas graves se traduisant par des gênes respiratoires, des pneumonies, des défaillances viscérales, des chocs septiques… nécessitant une hospitalisation, parfois une réanimation.

    Certaines personnes présentent plus de risques de développer une forme grave de la maladie.

    Les personnes à risque ont été listées dans le décret n° 2020-521 du 5 mai 2020 : il s’agit notamment des personnes âgées de 65 ans et plus, des personnes atteintes d’antécédents cardiovasculaires, d’une pathologie chronique respiratoire, d’un cancer, d’obésité, d’immunodépression…

    La Covid-19 étant une nouvelle maladie, les professionnels de santé ne disposent pas du recul nécessaire pour mesurer les séquelles éventuelles d’une infection. Certaines personnes soulignent cependant des symptômes persistants et des séquelles notamment pulmonaires et neurologiques.

    Obligation de moyens renforcée

    Face à une épidémie telle que celle provoquée par le coronavirus, l’employeur doit revoir son évaluation des risques et mettre en place les mesures de prévention permettant d’éviter l’exposition de ses salariés.

    Les risques épidémiques sont rarement présents dans le document unique d’évaluation des risques alors qu’ils peuvent avoir des conséquences sur l’état de santé des collaborateurs. Ainsi, le risque épidémique devrait figurer dans le DUER, même si l’exposition n’est pas d’origine professionnelle (les compagnons des entreprises de BTP ne manipulant pas le virus dans le cadre de leur activité professionnelle).

    L’entreprise doit alors, en y associant les représentants du personnel et le service de santé au travail, préciser les mesures de prévention à mettre en œuvre, sur la base notamment des préconisations sanitaires du gouvernement et de l’OPPBTP.

    Afin d’anticiper au mieux les conséquences d’une épidémie, l’entreprise pourra utilement compléter son évaluation des risques et son plan de prévention par la rédaction d’un plan de continuité d’activité (PCA) qui anticipe l’organisation des rôles et missions des membres de l’entreprise, et les relations avec les prestataires, fournisseurs et partenaires.

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus