• Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Associer les utilisateurs à la conception des exosquelettes

- Mise à jour le 21/10/2020 11:00

Une nouvelle note de l’EU-Osha est consacrée au rôle des exosquelettes pour réduire les troubles musculosquelettiques (TMS) d’origine professionnelle.

Utilisation d'un exosquelette sur un chantier ©Janiecbros via Getty Images

 

Les exosquelettes peuvent-ils contribuer à prévenir les TMS ? Une nouvelle note de l’EU-Osha cherche à répondre à cette question en présentant les résultats d’un projet italien associant l’Institut national d’assurance contre les accidents du travail italien (Inail) et l’Institut italien de technologie (IIT). Dispositif d’assistance portable, l’exosquelette professionnel peut offrir une solution pour réduire les contraintes physiques au travail, comme le port de charges lourdes. Il peut aider aussi à compenser l’impossibilité d’aménager un lieu de travail ergonomique, comme lors de travaux temporaires. Ce qui diminue le risque de TMS.

Néanmoins, l’utilisation d’exosquelettes professionnels sur le lieu de travail est encore assez limitée. D’une part, il y a peu de connaissances sur ces dispositifs et leurs effets préventifs réels sur les TMS. D’autre part, les défis techniques et les problèmes d’acceptabilité des utilisateurs sont un frein à leur diffusion. De nouveaux risques potentiels pour la santé pourraient survenir en raison de la redistribution du stress vers d’autres régions du corps.

Une conception centrée sur l'utilisateur

L’utilisation d’exosquelettes affecte également le contrôle moteur, la stabilité articulaire et l’altération de la cinématique (INRS, 2018). Aussi, pour rendre les exosquelettes utiles et acceptés, les auteurs du projet conseillent de concevoir des équipements centrés sur l’utilisateur. Cette approche, prenant en considération le confort d’utilisation, améliore l’efficacité et l’efficience, le bien-être humain, la satisfaction des utilisateurs, l’accessibilité et la durabilité. Elle contrecarre les effets négatifs possibles de l’utilisation sur la santé, la sécurité et les performances humaines. Pour aider à développer des systèmes suivant un processus interactif, la note cite notamment la norme EN ISO 9241-210 : 2019 relative à l’ergonomie de l’interaction homme-système.

Consulter l'étude



  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.