MaçonL’EPI du maçon

  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Fournir les bonnes protections

Les maçons utilisent des protections collectives et individuelles pour faire face aux différents risques auxquels ils sont exposés (chutes de hauteur, ciment, bruit…).

Équipements collectifs

Risque de chutes de hauteur

Les équipements de travail comme les échafaudages et les consoles assurent la protection collective des compagnons en offrant une surface de recueil.

Maçon

Dans certaines configurations de chantier, où la protection collective périphérique n’est pas continue, ils doivent être complétés par des dispositifs empêchant la chute vers l’extérieur du bâtiment :  

  • garde-corps en rive de dalle ou de plancher, avec lisses, plinthes et filets ;
  • serre-dalles et potelets sur les acrotères des immeubles ;
  • protections plaquées (perche).

Dans un bâtiment en construction, veillez à la présence de protections collectives provisoires contre le risque de chute de hauteur au droit des trémies (escalier, réseau).

Risque de perforation

Les ferraillages verticaux « en attente » génèrent un risque de perforation. Crossez les attentes ou protégez-les selon la recommandation  R 400 de la Cnam-TS.

Attention ! Les bouchons seuls sont insuffisants pour assurer une bonne protection ; ils doivent être complétés par un fer filant horizontal. Les dispositions prises sont intégrées au plan de ferraillage.

EPI

Lors des différentes phases de son travail, le maçon porte les EPI suivants :

Maçon
  • casque de chantier suivant la norme EN 397 et comportant une jugulaire pour les travaux en hauteur ;
  • protections auditives pour les opérateurs manipulant notamment des machines bruyantes (perforateur, bétonnière, par exemple) ;
  • lunettes de sécurité avec filtre anti-UV contre les projections d’éclats ou de poussières dans les yeux, quand les compagnons utilisent des machines électroportatives ;
  • masque respiratoire à usage unique FFP3 (EN 149) pour les travaux émissifs en poussières ou occasionnant la projection d’aérosols. Il doit être doté d’un joint facial d’étanchéité, d’une attache ajustable et d’une valve respiratoire.
  • vêtement de protection de préférence EN 340 avec genouillères incorporées couvrant l'ensemble du corps. La présence de poches et d’emplacements pour ranger les outils est très appréciée des compagnons.
  • gants répondant à la norme EN 388 contre les risques mécaniques avec une bonne protection contre l’abrasion et les déchirures. Contre le risque chimique, la matière des gants dépend du produit utilisé (ciment, résines, produits d’étanchéité…). Pour cela, il faut consulter la fiche de données de sécurité. Les gants labellisés « recommandés par les maçons » avec la mention « coulage du béton » apportent une bonne protection mécanique et chimique tout en offrant une excellente dextérité.
  • chaussures de sécurité avec coque et semelle anti-perforation.

Votre conseiller OPPBTP

Le saviez-vous ?

Outil pratique : mémos Santé-Sécurité

Avec l'IRIS-ST

Bruit, aménagement des ateliers ou du véhicule utilitaire, addictions, amiante... 
Retrouvez la collection des mémos de sensibilisation aux questions de santé-sécurité édités par l'IRIS-ST.

Accéder aux mémos Santé-Sécurité

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.