Peintre - Vitrier - Poseur de revêtementPrévenir la sécurité du peintre - vitrier - poseur de revêtement

  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Organiser son chantier

Une bonne organisation de chantier intégrant les aspects de sécurité permet d’améliorer les conditions de travail.

Préparer ses installations de chantier

Installations de chantier

Les équipements (accès, engins de levage …), la voirie et les réseaux divers (eau, gaz, électricité…) et les installations collectives de chantier (cantonnements…) sont intégrés au plan d’installation de chantier élaboré par le chef d’entreprise ou son donneur d’ordre en relation avec le coordonnateur SPS, le cas échéant..

Stockage des produits et gestion des déchets

Peintre

Des zones de stockage et d’évacuation des déchets sont prévues au plus près des postes de travail. Ces espaces doivent être en permanence en ordre, débarrassés des emballages, des tines vides et des matériels usagés (brosses, rouleaux), facilitant ainsi la circulation.

Une première zone est dédiée au stockage provisoire des produits sur bac de rétention. Les produits de décapage et les peintures présentant un risque d’inflammabilité (point éclair inférieur ou égal à 55° C) sont stockés dans un local correctement aéré et ventilé, à l’abri de la chaleur et des rayons du soleil. L’incompatibilité entre les produits (base, acide) est prise en compte.

Une seconde zone de stockage est aménagée pour conserver, en fin de poste, produits, combinaisons ou pinceaux. En fin de chantier, éliminez les outils souillés, en particulier les pinceaux, comme des déchets. Dans ces espaces de stockage, pensez à l’affichage des consignes de sécurité .

Les déchets de peintures, qui se présentent sous forme de boue, sont récupérés dans des fûts (ou sacs étanches) étiquetés et évacués au fur et à mesure. Ils sont confiés à des prestataires spécialisés et stockés dans des lieux agréés. Certains fabricants conditionnent leurs peintures dans des poches intégrées dans des tines ce qui permet de les recycler comme métal et non comme produits dangereux.

Installations sanitaires et vestiaires

Peintre

Les obligations concernant les installations d’accueil, les vestiaires et les sanitaires dépendent de la durée du chantier. Pour des chantiers de durée supérieure à 4 mois, des installations sanitaires fixes doivent être prévues. Pour des durées inférieures, des équipements mobiles de chantier peuvent être utilisés.
Si la présence d’amiante ou de peinture au plomb est détectée, une unité de décontamination des salariés et des équipements doit être installée.

Consultez notre fiche de préparation de tâches pour les petits chantiers .

Les conseils de l’OPPBTP :

Nous vous recommandons d’intégrer le coût des installations sanitaires et des vestiaires dans le devis.
L'OPPBTP et BTP Banque vous offrent la possibilité de bénéficier d'un prêt allant de 3 000 à 30 000 € HT à un taux bonifié de 1 %, sur une durée de remboursement de 12 à 36 mois pour financer l’achat d’un équipement mobile d'hygiène.

Contactez votre agence pour connaître les modalités de ce prêt préférentiel.

Aménager sa zone de travail

Les compagnons accèdent en sécurité à leur poste de travail. Cet espace est sécurisé, à hauteur et il bénéficie d’une bonne ventilation notamment en milieu confiné. Les outils du peintre sont placés à portée de main sur un établi.

Accès sécurisé

Pour les ravalements extérieurs, les peintres atteignent leur poste de travail par un échafaudage, ou moyen plus sûr, grâce à une sapine d’accès ou une tour-escalier installée à côté de l’échafaudage.
Attention ! L’échelle n’est pas un poste de travail juste un moyen d’accès.

Poste de travail à hauteur

Peintre

En intérieur, les échafaudages roulants, de préférence à MDS, les plates-formes individuelles roulantes (PIR) ou les plates-formes individuelles roulantes légères (PIRL) suppriment les risques de chute de hauteur et de chute d’objets.
Ces plates-formes offrent, en effet, un plan stable où peut être déposé le pot de produit avec moins de risque de renversement.
Les PIRL permettent de travailler jusqu’à 2,5 m de hauteur, les PIR jusqu’à 4 m, les échafaudages roulants au-dessus de 4 m.

Consultez nos fiches prévention sur les plates-formes individuelles roulantes et les échafaudages roulants métalliques préfabriqués .

 

  

Pour les travaux de façade, l’entreprise utilise soit un échafaudage fixe, de préférence à MDS, soit une plate-forme suspendue à niveau variable, soit une PEMP.

Peintre

Dans les structures à MDS (montage et démontage en sécurité), les garde-corps se montent à partir du niveau inférieur garantissant ainsi la sécurité des opérateurs. Si certaines entreprises possèdent leur propre parc d’échafaudages, la location permet d’avoir un matériel adapté à chaque chantier et en bon état.

Quand les bâtiments habités présentent des avancées aux niveaux inférieurs (hall d’entrée, sortie de parking), les entreprises recourent à des plates-formes suspendues à niveau variable, fixées à des potences installées en terrasse, avec contrepoids et treuils électriques. Elles sont plutôt adaptées à des constructions de faible hauteur, mais elles présentent comme inconvénients d’offrir une forte prise au vent et ne pas supporter les charges lourdes.

Les PEMP présentent l’avantage d’une mise en œuvre immédiate et offrent des conditions de travail très confortables. Elles conviennent aux travaux de courte durée ou à déplacements fréquents.

Les conseils de l’OPPBTP :

Nous vous rappelons que les échafaudages sont soumis à un examen de montage et à une vérification périodique de l’état de conservation . Vous pouvez enregistrer vos résultats dans notre outil en ligne
En cas de location à un échafaudeur, vous devez vous assurer que la vérification a bien été effectuée.

Effectuez l' examen d'adéquation de votre PEMP .

Travail en milieu confiné

Les produits solvantés impliquent de travailler dans un local parfaitement aéré. La ventilation de la pièce peut se faire naturellement par une fenêtre ou à l’aide d’un extracteur d’air à renouvellement forcé.
Dans un espace confiné (parking, cuvelage…), les peintres portent une protection respiratoire autonome à adduction d’air et ne travaillent jamais seuls.

Livrer et manutentionner

Vous devez réduire les efforts physiques fournis par vos compagnons en mécanisant la manutention, de la livraison jusqu’au levage au poste de travail.

Livraison

  • Dans des chantiers neufs, lors de la préparation du chantier, discutez avec votre coordonnateur SPS des moyens communs de manutention (monte-matériaux, grues, ascenseur…) mis en œuvre pendant les différentes phases des travaux. Assurez-vous que des engins de levage soient bien présents pendant l’intervention des corps d’état de finitions.
  • Dans des chantiers de réhabilitation, utilisez un engin de levage (chariot-élévateur de chantier, monte-matériaux…) pour acheminer les matériaux et matériels jusqu’au poste de travail.
  • Privilégiez les livraisons par des camions équipés pour le déchargement au sol (bras mobile, hayon…).

Les conseils de l’OPPBTP :

Nous vous rappelons que ces engins de levage sont soumis à une vérification générale périodique semestrielle . Vous pouvez enregistrer vos résultats dans notre outil en ligne
En cas de location, vous devez vous assurer que la vérification a bien été effectuée.

Véhicule utilitaire léger du peintre

Peintre

Le fourgon du peintre est aménagé pour le transport des peintures et des bidons de produits. Ceux-ci sont séparés et placés sur un bac de rétention. Une ventilation haute et basse est prévue.

 

 

 

  

Aide à la manutention

Peintre

Les peintres déplacent leur matériel grâce à des aides à la manutention : chariot déplace-meubles, patins-rouleurs, porte-radiateurs pour déplacer les meubles en site occupé ou un diable pour manutentionner les pots de peinture.

L’obligation de mécaniser la manutention est énoncée à l’article R.4541-3 du Code du travail .

  

Consultez le numéro spécial de Prévention BTP sur la manutention .

Adopter les bons modes opératoires

Une bonne organisation passe par une réflexion sur les tâches à accomplir depuis la préparation du support jusqu’à l’application du revêtement.

Décapez votre fond en toute sécurité

Peintre

La principale source de risque pour les peintres vient de l’application des décapants chimiques.

  • Évitez les produits à base de dichlorométhane, de soude et d’acide fluorhydrique. Remplacez-les par des produits à base de DBE (dibasique ester), de DMSO (diméthyle sulfoxyde), ou de phosphate de tri éthyle. Leur action est plus lente, mais il présente un faible danger.
  • Utilisez des techniques alternatives comme le décapage mécanique (jet haute pression, brossage, grenaillage) ou le décapage thermique (chalumeau ou générateur d’air chaud). Dans le cas d’un décapage mécanique, aspirez les poussières de ponçage à la source.
  • Quelle que soit la technique de décapage retenue, le sol est protégé avec du film polyane également tendu sur les ouvertures pour éviter la propagation des poussières.
  • Prévoyez un point d’eau et un extincteur à proximité des postes de travail. En cas de brûlure au contact d’un produit chimique, les compagnons doivent se laver abondamment les parties du corps touchées.
  • Dans tous les cas, vos opérateurs sont équipés avec les bons EPI.

Pour en savoir plus : 

Consulter le document d'information sur la substitution des décapants à base de dichlorométhane sur les chantiers de batiment
Consultez le guide sur les décapants édité par l’INRS et l’IRIS-ST

Adoptez la meilleure technique pour appliquer la peinture

Peintre
  • L’application au rouleau (et au pinceau) est à privilégier : elle limite les émanations de solvants, mais elle entraîne un risque de contact cutané (port de gants indispensable).
  • Le pistolet n’est utilisé que dans les espaces difficilement accessibles : il diffuse dans l’atmosphère un aérosol de peinture dangereux pour l’opérateur. Quand vous employez la peinture par pulvérisation, préférez la technique Airless (sans apport d’air comprimé) et intégrez un tuyau chauffant sur votre pompe Airless : le brouillard est réduit, car la peinture est moins visqueuse.
  • Limitez le nombre de personnes aux alentours.

  

Choisissez les peintures les moins toxiques

Peintre
  • Privilégiez les peintures en phase aqueuse aux peintures solvantées, qui présentent un risque d’atteinte cutanée et respiratoire. Attention ! Les peintures en phase aqueuse ne sont pas tout à fait inoffensives : elles présentent entre 2,5 % et 5 % de solvants. Portez des gants adaptés quand vous les appliquez.
  • Utilisez des peintures conformes à la directive européenne 2004/42/CE, qui a considérablement réduit, depuis le 1er janvier 2010, le taux de composés organiques volatils (COV).
  • Choisissez des enduits spécifiques riches en liants et des peintures acryliques en phase aqueuse, thixotropés (ne coulant pas) : vous supprimerez les nuisances de coulage au poste de travail.
  • Le nettoyage de la peau avec du white spirit ou tout autre solvant est à proscrire, car il provoque la destruction du film protecteur de la peau. Il peut à la longue entraîner un dessèchement de l’épiderme avec apparition de crevasses et un risque d’intoxication de l’organisme par pénétration des solvants.
  • Fournissez un savon aux opérateurs.

Votre conseiller OPPBTP

Le saviez-vous ?

Outil pratique : mémos Santé-Sécurité

Avec l'IRIS-ST

Bruit, aménagement des ateliers ou du véhicule utilitaire, addictions, amiante... 
Retrouvez la collection des mémos de sensibilisation aux questions de santé-sécurité édités par l'IRIS-ST.

Accéder aux mémos Santé-Sécurité

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.