En résumé

    • Une politique RSE dans laquelle la prévention occupe une place centrale
    • Des innovations régulières au bénéfice de la santé.

    Photo : 263 Entreprise Bec Construction OK1

    Crédit photo : Frédéric Vielcanet

    En Champagne, on a les pieds sur terre, le goût du travail soigné et la solidarité chevillée au corps. Installée dans une zone d'activités d'Épernay, à deux pas des collines peignées de vignes, Bec Construction Champagne s'inscrit dans cette longue tradition. À travers une politique RSE ambitieuse, la filiale de la Division Fayat Bâtiment a placé la responsabilité sociétale, l'impact environnemental et les conditions de travail au cœur de sa stratégie, jusque dans la participation aux résultats de l'entreprise et la mutuelle, identiques pour tous les salariés. « Notre volonté est de préserver des équipes stables et compétentes afin de garantir une continuité de l'activité et d'améliorer en permanence la sécurité. À ce titre, la proximité avec tous les salariés est essentielle », précise le directeur général Cédric Fromentin. À ses côtés, Sylvie Bauchet, responsable des ressources humaines, acquiesce. « Je suis à l'écoute et reste toujours disponible pour accompagner, conseiller l'ensemble de nos collaborateurs, du compagnon au conducteur de travaux. La prévention des risques passe avant tout par la gestion des ressources humaines », explique-t-elle. Cette politique se décline jusqu'aux intérimaires, formés aux métiers de l'entreprise à travers des partenariats tissés avec les agences de travail temporaire de la région.


    Le bien-être au travail, clé de la performance
    Convaincu que le bien-être au travail est la clé de la performance, Cédric Fromentin s'est fixé plusieurs règles strictes. Il limite les chantiers à un rayon de 50 kilomètres autour d'Épernay, Reims et Châlons-en-Champagne, avec des objectifs multiples : le confort des collaborateurs, leur performance, la réduction du risque routier et de l'impact carbone ainsi qu'un meilleur relationnel avec les différents intervenants des chantiers, afin d'avoir le meilleur suivi par les équipes travaux et l'entreprise. Et tous les trimestres, il rencontre les chefs de chantier afin d'évaluer les améliorations possibles et les besoins pour gagner en efficacité et sécurité. « Il est essentiel de disposer de matériels récents, entretenus et adaptés à l'époque. Nous investissons plus de 100000 euros chaque année, 80 % de nos besoins sont couverts en propre », explique le directeur général. Dans le passé, l'entreprise a, par exemple, acheté des Pistomax pour ligaturer à moindre effort les aciers lors d'un ferraillage ou encore des exosquelettes pour soulager le port des charges. Installé à l'arrière des bureaux, le parc matériel reflète cet état d'esprit. Il est géré par deux salariés, comme une véritable base logistique : marquage au sol des allées pour faciliter la circulation ; fabrication « maison » de caissons ergonomiques facilitant les manutentions, par exemple les éléments d'échafaudages ; ou encore aire de lavage avec récupération des eaux… Cette gestion stricte se retrouve également sur les chantiers à travers une standardisation des modes opératoires (pour les préfabrications, les étaiements, les banches…) chaque fois que possible, permettant de gagner en productivité mais aussi d'améliorer les conditions de travail.


    La formation, un enjeu de développement
    L'investissement dans la formation constitue un autre enjeu de développement, « avec pour objectif d'assurer la santé et la sécurité des équipes, maintenir leur niveau de compétences mais aussi développer les potentiels et répondre ainsi au mieux aux besoins de nos clients », rappelle Cédric Fromentin. En 2019, avant la crise sanitaire, 36 % des salariés ont bénéficié d'une formation, la moitié en sécurité et habilitations, l'autre moitié en développement des compétences. Outre le quart d'heure sécurité sur chaque chantier, que Cédric Fromentin réalise lui-même une fois par semaine « pour échanger et recueillir des remarques toujours pertinentes », la chasse aux risques et la sensibilisation aux EPI – les bouchons d'oreille moulés sont obligatoires depuis un an –, l'entreprise peut s'appuyer sur la force de la Division Fayat Bâtiment, qui organise tous les ans une semaine dédiée à la prévention. Elle se traduit par un rendez-vous sécurité d'une heure, chaque matin. Cette année, un focus était réalisé sur les opérations de levage et les risques liés aux poussières. Cette politique engagée engendre une bonne performance opérationnelle et financière et prend parfois des aspects inattendus, comme l'intervention d'un kinésithérapeute. Résultat : Bec Construction Champagne affiche un taux d'ancienneté moyen des salariés de dix ans, supérieur à celui de la profession, et attire les talents régionaux. Ainsi, l'entreprise a récemment embauché Stéphanie, l'une des rares grutières de France, rapidement devenue « la petite sœur » des équipes…

    Article paru dans le magazine PréventionBTP n° 263-Juin 2022-p. 22.

    L’entreprise a conçu des « paniers-caissons » afin de faciliter les rangements et les manutentions.

    Géré par deux salariés, l’entrepôt est organisé avec minutie, comme une véritable base logistique.

    Les bases vie sont standardisées, avec les mêmes affichages sur tous les chantiers.

    Un coffrage prototype optimise la fabrication des poutres, avec une manipulation facilitée.

    Les modes opératoires sont formalisés chaque fois que possible, pour gagner en sécurité.

    Les équipements électroportatifs sont stockés dans des caissons recouverts d’un couvercle en béton pour éviter les vols.

    Bilan de performance

    Pour gagner en efficacité dans la fabrication des poutres en béton, le service matériel Fayat Bâtiment, en lien avec l'entreprise, a élaboré un prototype. Développé avec le spécialiste des coffrages Ecmat-Copac, ce coffrage réalise plusieurs poutres simultanément avec un seul opérateur, grâce à des roues et galets permettant d'écarter les joues. Outre un gain de productivité de 20 %, ce prototype facilite les manipulations. Une version hydraulique est en projet.

    Focus

    Un kiné pour former les salariés aux bons gestes

    Pour mieux connaître son corps et enseigner les bonnes postures, l'entreprise innove en faisant intervenir un kinésithérapeute.

    En collaboration étroite avec la responsable des ressources humaines, Sylvie Bauchet, Cédric Fromentin multiplie les initiatives – parfois originales – et les relations avec les acteurs locaux, au bénéfice de tous les salariés.


    En quoi la prévention est importante pour Bec Construction Champagne?
    Nous souhaitons développer une culture de la prévention au quotidien afin d'agir de façon durable sur les comportements. Le capital humain est essentiel pour une entreprise, et c'est aussi une reconnaissance des compétences de nos salariés, une manière de les fidéliser et les accompagner jusqu'à la retraite en bonne santé. Cela passe par un plan de formation à l'année.


    Comment cette politique se traduit-elle?
    Depuis quelques mois, nous faisons appel à Christophe Geoffroy, le masseur-kinésithérapeute de l'équipe de France de football. Un programme spécifique a été mis en place en début d'année, pour les salariés sédentaires comme pour les équipes sur le terrain. Après des exercices collectifs, par groupes de douze afin d'apprendre à maîtriser son corps, des séances pour chaque poste de travail sont organisées, depuis avril, dans le but de corriger les postures au bureau ou sur les chantiers et donner des conseils. À terme, nous aimerions mettre en place, de manière pérenne, un réveil musculaire chaque matin.


    Votre politique dépasse les frontières de l'entreprise…
    Un volet bien-être a été ajouté aux prestations de notre mutuelle pour que chacun prenne conscience de la nécessité de s'occuper de son corps. Dans le même esprit, nous sommes partenaires des clubs de football et de rugby d'Épernay. Nous encourageons les collaborateurs à participer à des événements sportifs ou solidaires. C'est une manière de développer une culture de la santé, y compris en dehors du travail, et d'améliorer la cohésion entre les salariés.

    Depuis quelques mois, nous faisons appel à Christophe Geoffroy, le masseur-kinésithérapeute de l'équipe de France de football.

    Cédric Fromentin, directeur général

    À 43 ans, ce papa de deux petites filles place l’humain au cœur de sa stratégie, par conviction. Titulaire d’un bac pro puis d’un BTS Bâtiment obtenu à Reims, sa carrière l’a d’abord mené chez Bouygues Construction où il a travaillé sur les tours de Cœur Défense, avant qu’il ne rejoigne Bec Construction Champagne en 2004. Conducteur de travaux puis directeur d’exploitation, il en a pris la direction générale en 2020.

    Photo : 263 Entreprise Bec Construction Chef d'entreprise

    Crédit photo : Frédéric Vielcanet

    La méthodologie appliquée

    • La responsabilité sociale et environnementale (RSE) est inscrite dans la démarche entrepreneuriale. Bec Construction Champagne recherche en permanence l'équilibre entre efficacité économique, progrès social et respect de l'environnement, de la définition du projet jusqu'à la conception-réalisation.
    • Avec la démarche « chantier propre – chantier sûr », l'entreprise a fait de la maîtrise des impacts environnementaux une priorité afin de se positionner comme un acteur reconnu de la construction durable. Des audits sur chaque chantier sont régulièrement réalisés par le service Qualité-Sécurité-Environnement.
    • Un management de proximité, toujours disponible et à l'écoute, et des équipes rapprochées garantissent des conditions de travail améliorées. Elles favorisent également l'évolution et l'implication de tous les collaborateurs.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus