Une lisse à une hauteur d’un mètre est suffisante pour assurer la protection périphérique.

    FAUX Les garde-corps doivent comporter une plinthe de butée de 10 à 15 cm, une main courante et une lisse intermédiaire à mi-hauteur. Ils doivent être conformes à la norme NF EN 13374 +A1. Pour les planchers bétons (surface de travail ayant un angle d’inclinaison inférieur à dix degrés par rapport à l’horizontal) il faut utiliser des garde-corps de classe A. Le bois peut être utilisé pour les plinthes, il est en revanche déconseillé pour les lisses. La lisse intermédiaire doit être positionnée de façon à stopper le passage d’un homme (sphère de 470 mm).

    L’étaiement doit être conforme aux prescriptions fournies par le fabricant de prédalles ou de dalles alvéolaires.

    VRAI Il faut se conformer au plan d’étaiement (ou notice de pose) fourni par le fabricant de prédalles ou de dalles alvéolaires. Il existe également des abaques pour les planchers pleins. Ce plan précise notamment la densité des étais, l’entraxe entre les poutrelles, la charge par étais. Le choix des étais est important car la charge admissible de l’étai varie en fonction de son déploiement. La stabilisation provisoire sera assurée par des cadres ou des trépieds. Au-delà de 3 mètres, l’utilisation de tours d’étaiement est vivement conseillée.

    253 Vrai/Faux Couler un plancher béton étaiement

    Je vide rapidement la benne pour privilégier la productivité.

    FAUX Le temps gagné en vidant rapidement la benne sera largement perdu ensuite pour étaler le tas de béton à la bonne hauteur. Il est préférable de procéder méthodiquement en réalisant des nus en béton nivelés au laser, puis suivre ces repères pour distribuer le béton en faisant déplacer la benne autant que nécessaire. Le travail de réglage au râteau, particulièrement pénible physiquement et source de TMS, en sera fortement réduit. De plus, le vidage d’une grande quantité de béton sur un espace réduit peut provoquer un effondrement de l’étaiement.

    253 Vrai/Faux Couler un plancher béton

    On peut limiter la pénibilité du réglage du béton.

    VRAI Le réglage de la hauteur du béton au râteau puis à la règle est une tâche qui expose les opérateurs à de fortes contraintes posturales et à des efforts physiques importants. Il est possible de les diminuer en utilisant des équipements adaptés. Une règle vibrante (thermique ou électrique) permet à l’opérateur de « tirer » le béton en restant debout. De la même façon, l’utilisation d’une lisseuse à manche (lisseuse américaine) évite la position accroupie, dos courbé. Une bonne répartition préalable du béton en déplaçant la benne est également un facteur qui améliore les conditions de travail. Enfin, L’utilisation de béton autoplaçant diminue considérablement la pénibilité de la tâche.

    253 Vrai/Faux Couler un plancher béton plaque vibrante

    A RETENIR !

    • Je m’assure que toutes les protections collectives sont en place avant le coulage.
    • Je vérifie la conformité de l’étaiement.
    • Je répartis uniformément le béton.
    • Je privilégie des moyens mécaniques pour tirer et lisser le béton.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus