264 Vrai-faux - Je conduis un véhicule utilitaire léger

    ©Lipsum

    Saurez-vous retrouver les erreurs qui se sont glissées dans la situation de travail présentée ci-dessous ? À vous de jouer !

    Vrai/faux préparé par Didier Renouat

    1. Utilisation du téléphone : l'utilisation du téléphone, même avec le kit oreillettes Bluetooth, est interdite en situation de conduite.
    2. Prise de médicament : certains médicaments (niveau 2 et 3) peuvent être incompatibles avec la conduite d'un véhicule. Il faut se rapprocher de son médecin traitant pour s'en assurer.
    3. Vérifications du véhicule : il faut effectuer quelques vérifications simples (pression des pneus, fonctionnement des optiques, propreté du pare-brise...) avant chaque trajet.
    4. Surcharge du véhicule : en fonction de la configuration du véhicule, la charge utile évolue de 700 kg à 2 tonnes. Il faut donc s'assurer que le poids des matériaux et du matériel embarqué n'excède pas cette charge.
    5. Arrimage des charges : les charges doivent être arrimées afin d'être maintenues en cas de freinage d'urgence.

    Tous les accidents sont liés à une faute du conducteur.

    FAUX Traditionnellement, les mesures de prévention du risque routier reposent sur le conducteur et/ou le véhicule. Et pourtant, l'organisation du travail est la principale cause des comportements accidentogènes : plannings surchargés, temps de récupération insuffisant, accomplissement d'autres tâches professionnelles pendant la conduite. Si le déplacement ne peut être évité, il faut fournir des ordres de mission suffisamment à l'avance, intégrer le temps réel de déplacement avec des temps de pause, tenir compte des conditions de circulation (travaux, météo…). Il faut également réfléchir au déplacement dans sa globalité (hôtel, péage, parking…) et privilégier les déplacements en dehors des heures de pointe.

    La charge utile moyenne d'un véhicule utilitaire léger est d'une tonne.

    VRAI Dans le cas d'un véhicule utilitaire léger isolé (sans remorque), le poids maximal autorisé (PMA) correspond au poids total roulant autorisé (PTRA). La charge utile se déduit en soustrayant au PMA le poids à vide du véhicule (PV). Ces données figurent sur la carte grise du véhicule. En fonction des modèles et des configurations, la charge utile (hors passagers) évolue de 700 kg à 2 tonnes. Les aménagements fixes rajoutés, les outils, diminuent cette charge utile. À titre d'information, une palette de parpaings 20x20x50 pèse environ 1,2 tonne. Les limites du PMA sont vite atteintes.

    L'usage du téléphone est impliqué dans 10 % des accidents corporels.

    VRAI De nombreuses études internationales consacrées à l'usage du téléphone en situation de conduite mettent en évidence :– un temps de réaction plus long (50 %),– une attention altérée,– une performance de conduite qui diminue avec l'implication du conducteur dans la discussion,– une perte de vision périphérique.La mise en place d'un protocole de communication fixant les horaires d'appel et de réception en fonction des différentes équipes est un moyen efficace de réduire l'usage du téléphone au volant.

    Seuls les médicaments de niveau 3 présentent un risque pour la conduite.

    VRAI Le pictogramme triangulaire sur les boîtes des médicaments constitue un outil d’alerte. Il est décliné en trois couleurs, associées à un libellé, définissant trois niveaux de risque. En cas de présence du risque de niveau 3 (fond rouge) sur la boîte, la prise du médicament rend la conduite automobile dangereuse chez tous les patients. La conduite de véhicules est donc formellement déconseillée. Le risque de niveau 2 (fond orange) représente un risque réel lors de la conduite d'un véhicule. Il dépend principalement du mode d’action du médicament, et beaucoup moins de la tolérance individuelle au produit. Le risque de niveau 1 (fond jaune) représente un risque faible car il dépend surtout de la façon dont la personne tolère le médicament.

    A RETENIR !

    → Je prépare mon trajet.
    → Je vérifie l'arrimage des charges et la surcharge
    du véhicule.
    → Je n'utilise pas mon téléphone en conduisant.
    → Je ne conduis pas sous l'emprise de psychotropes
    ou de certains médicaments.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus