Je peux installer des protections collectives périphériques après la pose des prédalles

    FAUX Durant la pose de prédalles, le risque de chute de hauteur est présent sur le bord de la prédalle en attente de la prédalle suivante. Il en est de même latéralement, aux extrémités de la prédalle, au niveau des murs porteurs ou des poutres. Il faut donc anticiper la pose de protections collectives : au sol, si les poutres sont préfabriquées, ou en hauteur, à partir des passerelles de banches, au moment du décoffrage des voiles. La protection du bord libre de la prédalle peut se réaliser avec différents systèmes : Ring, système DAK de potelets enfichables dans la prédalle…

    Le plan d’étaiement est spécifique à chaque chantier

    VRAI Même si les contextes de pose se ressemblent souvent d’un chantier à l’autre, le fabricant de prédalles fournit systématiquement un plan de calepinage et d’étaiement spécifique à chaque chantier. Il y a lieu de respecter les règles d’étaiement et les notices de poste. En particulier : une assise résistante, la verticalité des étais ou tours, un étaiement en contact avec la sous-face des prédalles et une stabilité et un contreventement des étaiements et des filières. Il est parfois nécessaire de contreventer les structures porteuses. Pour les hauteurs supérieures à 3 mètres, il est préférable d’utiliser des tours ou des sapines.

    Il faut systématiquement un palonnier pour manutentionner une prédalle

    VRAI C’est la notice du fabricant qui indiquera les modalités d’élingage. Les élingues doivent être suffisamment longues pour respecter un angle minimum de 60 degrés. Quand un élément préfabriqué est levé en quatre points par des élingues, il faut considérer le cas le plus défavorable : deux brins supportent toute la charge, sauf s’il y a un système d’équilibrage par poulies. Certains fabricants autorisent l’élingage par les raidisseurs, mais cela doit se faire systématiquement à la jonction entre les triangles et le filant supérieur.

    Le déchargement des prédalles doit s’effectuer à l’abri de protections collectives

    VRAI La phase de déchargement expose fortement les salariés au risque de chute hauteur. L’opérateur peut trébucher sur une boucle de levage ou un raidisseur. Il peut être heurté par la prédalle qu’il vient d’élinguer. L’utilisation d’un quai de déchargement permet d’améliorer cette situation. Constitué d’une partie fixe guidant l’arrivée du camion, il est complété par une partie mobile, qui s’ajuste autour du chargement afin de permettre un accès continu et sécurisé autour des prédalles. Il existe également des systèmes de potences auxquelles sont assujettis les opérateurs par un dispositif antichute avec un enrouleur automatique.

    A RETENIR !

    • Je pose les prédalles à l’abri de protections collectives.
    • Je vérifie la conformité de l’étaiement avant la pose.
    • Je respecte les consignes d’élingage.
    • Je décharge le camion de prédalles à l’abri de protections collectives.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus