Une nouvelle étude sur les troubles musculosquelettiques dans le BTP

    ©OPPBTP

    Les troubles musculo-squelettiques sont la première cause de maladies professionnelles (MP) déclarées en France. Ils représentent plus de 88 % des MP reconnues par le régime général en 2019, avec 44 492 cas. Dans le secteur du BTP, les TMS sont également la première cause de MP, avec plus de 86 % de MP reconnues.

    L’étude de Santé publique France publiée le 26 septembre 2022 repose sur les données de l’enquête « Surveillance médicale des expositions aux risques professionnels » (Sumer). Celle-ci analyse l’évolution, entre 2010 et 2017, de la prévalence des expositions des salariés du BTP, par sous-secteurs d’activité, aux facteurs de risque de TMS.

    À noter que ces facteurs incluent l’exposition aux contraintes biomécaniques, psychosociales et organisationnelles.

    Une plus forte exposition des salariés des routes et voies ferrées aux TMS

    En 2017, comme en 2010, les salariés du BTP sont plus exposés aux contraintes biomécaniques que les salariés des autres secteurs. Ils sont toutefois moins exposés aux facteurs de risques psychosociaux et aux contraintes organisationnelles.

    La co-exposition à des contraintes biomécaniques et à des contraintes de rythme dans le travail est en légère baisse mais touche encore plus d’un salarié sur trois (35 %).

    En 2017, les salariés de la construction de routes et voies ferrées sont plus exposés qu’en 2010 à la position en torsion ou accroupie (construction de routes et autoroutes) ainsi qu’à la contrainte industrielle et au « job strain » – tension au travail (construction de ponts et tunnels).

    Pose de revêtements sur sols et murs : des points de vigilance

    Les salariés des travaux de revêtement des sols et des murs sont particulièrement exposés à la position en torsion ou accroupie. En outre, ils bénéficient d’une marge de manœuvre moindre concernant la possibilité d’interrompre le travail, avec des évolutions statistiquement significatives entre 2010 et 2017.

    En revanche, dans les secteurs des travaux d’installation électrique et de plomberie, l’étude pointe une amélioration de l’exposition aux contraintes biomécaniques, organisationnelles et psychosociales pour les salariés concernés.

    Selon Santé publique France, les résultats de cette étude encouragent à orienter les actions de prévention notamment vers les secteurs de la construction de routes et voies ferrées (dont la construction de routes et autoroutes, de ponts et tunnels).

    Ces actions doivent être également orientées vers les travaux de revêtement des sols et des murs, mais également vers les salariés des petites entreprises du BTP, recommande l'étude.

    Lire l’intégralité de l’étude.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus