Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    L’effondrement d’ouvrage est un risque présent dans deux cas :

    • Lors de la démolition totale ou partielle d’un bâtiment, ou de sa réhabilitation, avant tous travaux, il faut identifier les éléments porteurs et évaluer leur état en réalisant ce que l’on appelle le diagnostic de l’existant. Par exemple, si l’on souhaite créer une ouverture dans un mur porteur ou le démolir, il faut respecter un phasage de travaux qui garantit la stabilité à chaque étape (pose d’étaiement, de fers de reprise, de renforts, etc.). Autre exemple, si l’on souhaite conserver une façade tout en démolissant les planchers qui contribuent à sa stabilité, il convient de rajouter une structure provisoire de renfort de la façade et de la raidir en posant des mannequins dans les baies. Les cas complexes nécessitent l’intervention d’un bureau d’études.
    • Lors de la construction neuve, les planchers en cours de construction, les murs préfabriqués et les charpentes en cours de pose peuvent s’effondrer. Un défaut ou une insuffisance d’étaiement peut conduire à la ruine d’un plancher. Une absence de contreventement peut conduire au renversement des murs préfabriqués et des charpentes en cours de pose.

    L’effondrement d’un ouvrage peut conduire à des accidents mortels et a toujours des conséquences financières très lourdes.

    Améliorer la sécurité sur vos chantiers

    Découvrez des solutions qui vont vous permettre d’investir dans la santé et la sécurité tout en améliorant les performances de votre entreprise.

    Boite à outils Covid-19

    Démolisseurs et entreprises de réhabilitation les plus exposés

    On parle d’effondrement d’ouvrage lorsqu’un bâtiment, un pont ou toute partie porteuse d’un bâtiment en construction ou en rénovation, s’écroule. L’effondrement d’un ouvrage est toujours dû à une défaillance structurelle.

    Les démolisseurs et les entreprises de réhabilitation sont les métiers les plus à risque. En effet, le travail de démolition ne s’improvise pas. Même s’il n’existe pas de formation spécifique, il est nécessaire avant de le prendre en charge de s’assurer que l’on a le matériel adapté.

    Les démolitions de grande envergure sont toujours traitées par des entreprises qui ont des moyens importants et maîtrisent les règles de l’art dans ce domaine. En revanche, le risque est plus important lors de démolitions partielles en vue de réhabilitation d’un bâtiment ou d’un appartement. Si vous êtes maçon et que vous devez abattre un mur, ne cassez rien sans avoir demandé une étude structurelle du bâtiment à un bureau d’études.

    La pose d‘éléments préfabriqués lourds comme les poutres, les panneaux de façade pleins, les gradins, les escaliers, les tuyaux de grandes dimensions, les dalles répondent à un certain nombre de contraintes qui, si elles ne sont pas respectées, peuvent provoquer leur effondrement. L’effondrement d’un balcon, par exemple, est souvent dû à un problème de résistance des matériaux comme le béton. Poussé par les délais, vous raccourcissez le temps de séchage du béton et le démontage de l’étaiement se fait trop rapidement.

    Les contraintes spécifiques sur les appuis doivent être bien connues. Si les appuis sont constitués de poteaux poutres, voiles ou poutres de voile, le concepteur doit :

    • vérifier les conditions de résistance des appuis (sections, durcissement du béton) ;
    • prévoir des armatures de renfort et/ou des étaiements pour les phases transitoires.

    Tout cela doit faire l’objet d’un mode opératoire détaillé, précisant notamment les temps de séchage, un plan d’étaiement précis, un plan de pose…

    Les éléments de stabilisation provisoire ne peuvent être retirés que lorsque les éléments préfabriqués sont jugés stables par un bureau d’études béton ou méthodes.

    Prévenir le flambage des étais par une note de calcul et un plan d'étaiement. Prévenir le flambage des étais par une note de calcul et un plan d'étaiement. © OPPBTP

    Concernant les travaux de démolition, ceux-ci doivent également faire l’objet d’un mode opératoire précis. Il est important de bien définir les moyens à mettre en œuvre (techniques de démolition, matériel approprié…).

    Les causes d’effondrement d’ouvrage

    Deux causes principales d’effondrement d’ouvrage existent : l’effondrement lors de la démolition totale ou partielle d’un ouvrage et l’effondrement de balcon ou d’éléments préfabriqués lourds lors de la construction ou de la réhabilitation d’un bâtiment.

    L’effondrement lors de la démolition d’un ouvrage

    Deux types de démolition d’un ouvrage : la démolition totale ou la démolition partielle

    La destruction totale d’un bâtiment est en général prise en charge par des entreprises spécialisées. Ces travaux à risque sont réalisés par des salariés compétents et formés pour les faire. Les entreprises peuvent dans certains cas utiliser la technique de l’explosif mais, plus couramment, elles utilisent celle des pelles de démolition de grandes hauteurs. La technique est définie au cas par cas en fonction des enjeux de l'opération, de la nature et de la configuration de l'ouvrage à démolir ainsi que des contraintes du site.

    L’effondrement lors de la démolition d’un ouvrage peut être dû à une mauvaise organisation des travaux. Il est indispensable de commencer par démolir le haut du bâtiment afin que les éléments du bas retiennent la charge jusqu’à la fin.

    Les travaux les plus dangereux sont les démolitions partielles faites à la main. Lorsqu’il faut démolir un mur, le travail se fait à la masse. S’il n’y a pas eu d’étude préalable de faisabilité sur la structure, le risque est de voir les étages supérieurs vous tomber dessus. C’est ce qui est arrivé à un maçon, voulant détruire le mur porteur d’un appartement situé au premier étage.

    Ne vous engagez pas à détruire un mur porteur sans l’aval d’un bureau d’études.

    Lors de travaux de démolition, il est préconisé d’intervenir mécaniquement et/ou à distance.

    La démolition à l'explosif

    Elle répond particulièrement à des ouvrages hauts ou sur des structures non courantes, situés dans un environnement contraint, demandant une intervention courte et parfaitement maîtrisée. Cette méthode est souvent choisie pour les sites industriels.

    La démolition mécanique

    Elle est généralement utilisée pour des bâtiments et ouvrages courants. La conduite des pelles parfois de grande envergure ne s’improvise pas. Ces engins de démolition doivent être confiés non seulement à des personnes habilitées à conduire ce type d’engin (habilitation CACES, par exemple) mais surtout à des professionnels confirmés. La présence d’une cabine renforcée est indispensable pour protéger le conducteur en cas d’effondrement. En cas de contrôle, il sera vérifié en premier lieu si l’engin a bien une cabine renforcée.

    La démolition partielle par robots télécommandés

    Des robots télécommandés présentent l’avantage d’intervenir sur les structures sans mettre en danger le conducteur puisqu’il ne se trouve pas à proximité. Cette solution technique est à privilégier. Ce matériel se trouve aujourd’hui facilement à la location.

    L’effondrement lors de la construction d’un ouvrage : pose de balcon ou d’éléments préfabriqués

    Lors de la construction d’un ouvrage, un balcon ou un élément préfabriqué lourd comme une dalle, un mur à coffrage intégré, une poutre, un escalier, un panneau de façade… peut s’effondrer.

    Le risque d’effondrement peut être lié à plusieurs facteurs :

    • un oubli ou une sous-estimation des hypothèses de charge (surcharges ponctuelles, réparties, dynamiques...) ;
    • une largeur d’appui insuffisante ;
    • le déplacement des appuis à cause d’un choc ;
    • un appui mal conçu pour la phase transitoire (béton trop jeune, clavetage non réalisé) ;
    • le retrait prématuré des étais sans l'accord du bureau d'études ;
    • la surcharge du poids sur certains éléments comme un balcon.

    Lors des phases de construction ou de réhabilitation surtout en milieu urbain, les zones de travaux sont réduites. Les différents corps de métiers ont alors tendance à utiliser toutes les zones disponibles pour stocker certains matériaux lourds comme des palettes de matériaux du gros œuvre ou du second œuvre. Mais leurs poids sont bien supérieurs aux charges acceptées par un balcon ou une dalle, et peuvent entraîner son effondrement.

    La pose de l’étaiement nécessite une réflexion en amont et une étude précise quant à son implantation.

    Dans le cas de pose de murs intégrés, il est indispensable de prévoir l’accessibilité pour la pose de l’étaiement dans une zone dégagée.

    Dans certains cas, on privilégiera une zone qui doit être constituée d’un remblai homogène en matériaux incompressibles, correctement nivelé et compacté afin d’obtenir une portance suffisante pour la descente de charge à reprendre.

    Attention !

    Il ne faut absolument pas que les étais s’appuient directement sur le terrain naturel, celui-ci ne résistant pas forcément au poinçonnement. Le sol doit offrir une résistance uniforme et compatible avec la charge, de façon à éviter l’enfoncement d’une tour d’étaiement et donc le basculement ou l’affaissement du balcon ou de l’élément préfabriqué.

    Les étais doivent donc prendre appui sur des cales de répartition (appelées "martyrs"), généralement des pièces de bois de qualité (ni fendues ni écrasées) de dimensions adaptées aux charges à répartir.

    Les étais ne peuvent être retirés que lorsque la stabilité des pièces préfabriquées est effective, selon la préconisation du bureau d’études béton ou méthodes.

    Respectez un plan d’étaiement. Pour un balcon, calculez bien en fonction de la masse du balcon et de la résistance de la zone d’appui, le nombre de points d’appui et les charges à reprendre par appui.

    L’effondrement lié à une cause extérieure fragilisant la structure (choc, nuisibles, facteurs climatiques…)

    Tout ou partie d’ouvrage peut être endommagé par :

    • un choc par un engin, un véhicule lors de ses manœuvres ;
    • un choc par élément lourd en cours de manutention ;
    • la présence d’insectes xylophages (termites, capricornes) ou par des champignons type mérule ;
    • des éléments climatiques tels que le vent, la pluie, une inondation ;
    • etc.

    La prise en compte des efforts de tout type peut être dimensionnant pour l’ouvrage ou pour les ouvrages provisoires (étaiement, palée, coffrage, passe charretière…) tant en phase définitive mais aussi en phase provisoire, tant que les éléments structurels ne sont pas liés, par exemple.

    Les hypothèses sont à rajouter dans les contraintes à prendre en compte. Ces mesures peuvent s’accompagner de mesures de protection en dur pour protéger l’ouvrage (balisage lourd, chasse roue, gabarit camion…).

    Champignons lignicoles et lignivores

    Les champignons lignicoles et lignivores peuvent attaquer à la fois l’arbre sur pied et le bois une fois celui-ci mis en œuvre. On distingue 2 types de champignons :

    • Les champignons de discoloration vont entraîner une altération de la couleur du bois mais pas la perte de propriétés mécaniques.
    • Les champignons de pourriture (dont Serpula lacrymans, la Mérule) qui vont entraîner des dégâts irrémédiables sur le bois.

    Le mode de reproduction des champignons, par spores, les rend extrêmement dangereux. Des spores peuvent attaquer un bois qui restera visiblement sain pendant des semaines avant le développement du champignon.

    Pour se reproduire, un champignon a besoin d’eau (une pièce mal ventilée, humide), d’oxygène et de nourriture (le bois). La lumière n’est pas un facteur nécessaire pour le développement des champignons.

    Le diagnostic doit être réalisé par un spécialiste et doit prendre en compte plusieurs facteurs, notamment ce qu’il faut regarder, la localisation des dégâts (en surface, en profondeur), la couleur du bois (est-il plus clair ou au contraire plus foncé), la texture du bois (est-il ramolli, cassant ?) ainsi que la présence d’éléments fongiques (fructifications, cordonnets, mycélium, etc.).

    Les insectes xylophages

    Capricornes des maisons, vrillettes, hespérophane, syrex, scolytes, fourmis, abeilles charpentières ou encore termites, les insectes attaquant le bois sont légion. Chacun a son mode de fonctionnement : certains se nourrissent du bois, d’autres pondent dans les galeries et ce sont les larves qui se nourrissent, etc. Leurs dégâts sont variables d’une espèce à l’autre (il est simple de reconnaître l’insecte xylophage en fonction de ses dégâts avec un peu de pratique).

    Comme pour les champignons, un diagnostic réalisé par un spécialiste permettra d’évaluer la gravité des dégâts et de proposer un traitement curatif approprié.

    A noter

    Un bois traité contre les insectes ne signifie pas qu’il ne sera jamais attaqué : il existe de nombreux exemples de bois traités en surface, lesquels sur le chantier étaient usinés (perçage, ajustement des extrémités, etc.), offrant une porte d’entrée aux insectes qui ont pu se développer à l’intérieur des pièces de bois malgré la protection surfacique.

    Se protéger des champignons ou des insectes

    La dépréciation du bois mis en œuvre peut être évitée avec une connaissance :

    • des organismes et de leurs modes d’action (chaque champignon a un mode d’action précis ainsi que des conditions propres pour se développer),
    • de la durabilité des essences (certaines sont naturellement sensibles aux champignons, d’autres plus résistantes),
    • des règles de l’art dans la conception des ouvrages en bois (les champignons se développent plus facilement dans de l’aubier, il faut éviter le plus possible l’humidité car sans humidité, pas d’eau, et pas de champignons),
    • des traitements appropriés, qu’ils soient préventifs ou curatifs.

    Les conséquences de l’effondrement sont toujours graves

    Un effondrement d’ouvrage sur un salarié du chantier est toujours grave. Il entraîne des risques d’invalidité voire le décès.

    Effondrement d’ouvrage : écrasement, invalidité, décès

    Les conséquences d’un effondrement d’ouvrage sont toujours très graves.

    Elles entraînent souvent l’écrasement du salarié. Les séquelles peuvent être importantes et invalidantes. Cela peut même aller jusqu’au décès du salarié.

    Ces accidents sont très traumatisants pour toute l’équipe qui travaille sur le chantier. Prévoyez de mettre en place une cellule psychologique.

    L’accident doit faire l’objet d’un rapport. Faites aussi une analyse fine et complète de l’accident. Entourez-vous de personnes comme les préventeurs de l’entreprise ou les préventeurs externes comme la CARSAT ou l’OPPBTP.

    Ils vous apporteront des éléments d’information et vous aideront à définir des pistes d’amélioration pour la sécurité sur vos chantiers.

    Juridique

    Travaux de démolition

    • Compétences des travailleurs et prescriptions techniques :

    Articles R4534-60 à R4534-73 du Code du travail

    Formation et information des travailleurs

    • Formation renforcée à la sécurité :

    Articles L4142-1 et suivants du Code du travail
    Article R4141-10 du Code du travail

    • Obligation générale de l’employeur :

    Articles L4141-1 et suivants du Code du travail
    Articles R4141-1 et suivants du Code du travail

    Explosifs utilisés dans les travaux du BTP

    • Prévention du risque pyrotechnique :

    Articles R4462-1 et suivants du Code du travail

    • Travaux à l’explosif :

    Décret n° 87-231 du 27 mars 1987 : notre analyse
    Arrêté du 10 juillet 1987 : notre analyse

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus