Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    Scie, meuleuse, toupie à bois… De nombreux outils utilisés dans le BTP pour découper du bois, du métal ou d’autres matériaux peuvent provoquer des projections de débris ou des rejets de pièces. Ce risque concerne aussi bien les compagnons intervenant en atelier que sur les chantiers. Les conséquences d’un accident peuvent être graves tant pour l’opérateur que pour les compagnons se trouvant à proximité.

    Améliorer la sécurité sur vos chantiers

    Découvrez des solutions qui vont vous permettre d’investir dans la santé et la sécurité tout en améliorant les performances de votre entreprise.

    Un risque qui survient principalement lors de travaux de découpe

    Projections d’un bout de pierre, d’un morceau de bois, d’une pièce de métal… Régulièrement sur les chantiers ou en atelier, des matériaux sont projetés. Ce phénomène se produit lorsque les professionnels du BTP utilisent des machines équipées de moteurs électriques ou thermiques comme les toupies à bois ou les tronçonneuses.

    Des cas de projection peuvent aussi survenir lors de l’utilisation d’outils à main. Un bout de roche peut être projeté au moment où un tailleur de pierre réalise une pièce avec son burin, par exemple.

    Lors de la découpe ou de la taille, des morceaux du matériau se détachent et peuvent jaillir sur l’opérateur ou sur un compagnon se trouvant à proximité. En fonction du volume du matériau projeté, de sa vitesse et de l’endroit du corps où le compagnon le reçoit, les conséquences seront plus ou moins graves.

    Certains cas peuvent être très dangereux, notamment lorsque la machine ou l’outil se bloque et rejette une pièce, ou lorsque le disque à tronçonner éclate, par exemple.

    Bien positionner le carter évite toute projection de particules. Bien positionner le carter évite toute projection de particules. © OPPBTP

    Un risque présent sur les chantiers et dans les ateliers

    Le risque de projection peut aussi survenir dans des situations autres que les travaux de découpe.

    Lors de la réalisation de béton projeté, si le tuyau de l’appareil s’emmêle ou si l'opérateur est trop proche, le béton peut rebondir sur son visage. Des cailloux peuvent aussi être projetés par les roues d’un véhicule de chantier et blesser un opérateur travaillant à proximité.

    En cas de passage du courant dans des pièces métalliques, le matériau peut fondre et du métal en fusion peut être projeté sur l’électricien. Pour limiter ce risque, les mesures de prévention sont légion : organisation des postes de travail pour éviter la coactivité, adéquation entre la machine/l’outil et la tâche à effectuer, port des équipements de protection individuelle à l’installation de panneaux pour protéger les autres compagnons en passant par la formation des professionnels aux machines, etc.

    Projection et rejet : des causes multiples

    Les accidents provoqués par des projections ou des rejets peuvent être dus au matériau en lui-même, à la présence de compagnons autour d’une zone de travail, à une défaillance de la machine (vétusté de l’outil), à une méconnaissance des conditions d’utilisation (outil inadapté, manque de formation, non-utilisation des protections de la machine, etc.).

    Des projections inhérentes à la nature même des matériaux

    Les matériaux homogènes ou hétérogènes, lors de leur usinage ou mise en forme, peuvent entraîner des projections : un bout de roche projeté au moment où un tailleur de pierre réalise une pièce avec son burin, du béton qui s’épaufre ou éclate lors de l’utilisation d’un marteau-piqueur, du métal lorsqu’il est frappé ou coupé…

    Lors de ces interventions, le positionnement de l’opérateur est prépondérant pour limiter son exposition aux projections. Limiter la coactivité autour du poste de travail permet également de préverser les autres compagnons. Enfin, l’usage de machines et des outils adéquats permet également de les limiter lorsque les machines et les outils ne sont pas équipés de protecteurs intrinsèques (capots, écran, etc.).

    Le bois est un matériau hétérogène. En effet, ses caractéristiques ne sont pas les mêmes selon le sens des fibres, le sens de coupe, les essences, etc. Ses caractéristiques peuvent même varier au sein d’une même essence selon les conditions de croissance de l’arbre, du stockage, etc. Le risque de projection ou de rejet peut être particulièrement important lors d’usinage de bois de réaction (bois résultant d’une croissance de l’arbre sous contrainte, par exemple un terrain en pente ou un environnement venteux). Sous l’effet de la lame de coupe, la pièce peut éclater. L’usinage sur un nœud peut également accroître le risque de projection/rejet.

    En outre, l’usinage de pièces de bois avec des machines fixes (dégauchisseuses, scies radiales, toupies, etc.) peut entraîner des rejets de la pièces suite à un blocage de la lame. Par exemple, lors de la découpe d’une pièce de bois à l’aide d’une scie à format, elle peut se refermer sur la lame et la bloquer. Le cas échéant, la force de rotation résultante peut entraîner le recul brutal de la pièce de bois vers l’arrière et heurter l’opérateur ou un compagnon proche du poste de travail. Pour éviter ce phénomène, il est recommandé d’utiliser, pour les scies radiales, un dispositif de protection muni d'un couteau diviseur réglable. Cet élément permet d’éviter le rejet vers l'opérateur de la pièce engagée, par suite du resserrement du bois sur la partie montante de la denture.

    L’utilisation de machines doit être strictement réservée aux personnes ayant reçu une formation adéquate. A ce titre, l’OPPBTP propose une formation visant à prévenir les risques liés au travail du bois. Il existe aussi des ouvrages permettant le travail sur machines à bois en toute sécurité.

    Au-delà d’être formé, tout utilisateur d’une machine doit être en possession de la notice fournie par le fabricant. Accordez une attention particulière aux instructions du fabricant concernant la façon de réduire le risque de rebond.

    Voici une liste de recommandations concernant l’utilisation de machines à bois :

    • Placez la machine en un endroit propre et dégagé de tout obstacle (et abrité si machine fixe). Libérez toujours la table et ses abords des chutes de bois et autres sciures (évitez les suraccidents, comme par exemple les chutes de plain-pied et les risques d’incendie).
    • Orientez la machine de manière à ce que l’opérateur puisse se dégager en cas de rejet de pièce ou autres.
    • Gardez le corps et le visage d'un côté de la lame de scie, hors de la ligne où il pourrait y avoir un recul.
    • Utilisez et réglez les dispositifs de protection, même pour des travaux de courte durée.
    • Choisissez une lame appropriée au type de travail à effectuer : le choix de la lame varie selon la machine utilisée, le produit à scier et le rendement escompté.
    • N’utilisez que des lames propres, affûtées et fixées solidement de façon qu'elles coupent librement, sans qu'il soit nécessaire de forcer la pièce contre la lame.
    • Maintenez la pièce fermement sur le plateau et contre le guide pendant que la pièce est travaillée.
    • Entretenez soigneusement la machine et ses dispositifs de protection.

    Plus spécifiquement pour les scies circulaires, utilisez un dispositif de protection muni d'un couteau diviseur réglable. Cet élément permet d’éviter le rejet vers l'opérateur de la pièce engagée, par suite du resserrement du bois sur la partie montante de la denture.

    La mauvaise utilisation de la machine

    Un plaquiste tient un rail avec sa main gauche. Il se saisit d’une disqueuse avec sa main droite mais lorsqu’il commence à découper le métal, le disque se coince. La machine repart en arrière et le rail est projeté : du point de vue de la machine, il s’agit d’un effet rebond mais du point de vue du rail, il s’agit d’un rejet.

    La pièce à découper doit être installée sur un établi et maintenue par un étau afin que la pièce ne se dérobe pas sous l’action de la machine ou par un déséquilibre créé par son poids ou ses appuis.

    Chaque situation analysée doit faire l’objet d’une analyse de risques dans les modes opératoires et les documents prévention (PPSPS, plan de prévention). Une explication des modalités d’intervention peut faire l’objet d’un accompagnement des opérateurs lors des opérations.

    L’outil inadapté

    Une machine ou un outil inadapté, voire détournée de son utilisation première, est également un facteur de risque. Une scie à bois utilisée pour découper du métal risque de chauffer, de se dilater et de rejeter une pièce.

    Un disque de coupe utilisé pour ébavurer risque de générer des projections ou rejets importants.

    Attention aux outils improvisés, "faits maison". Leur casse due à un emploi non adapté peut avoir de nombreuses conséquences qui vont même au-delà du risque de projection/rejet (sectionnement, perforation, etc.)

    Il est impératif de respecter les notices d’utilisation du fabricant et d’utiliser des outils dédiés à leur utilisation.

    L’absence de protection

    Lorsque vous utilisez un burin, une scie, une meuleuse, il existe un risque intrinsèque de projection. Une manière de limiter les conséquences de ce risque est de se protéger et de protéger les personnes travaillant à proximité.

    De même, si une pierre est projetée par la roue d’un camion sur un chantier, le port du casque réduira les risques d’accident grave.

    Un outil est prévu par le fabricant avec des sécurités propres (écran, capotage, réducteur de couple, frein débrayage, etc.). Il ne peut donc être prévu de les démonter pour installer un outil de coupe non prévu par le fabricant. En l’absence de protection, si le disque se désintègre, le salarié et les compagnons autour de lui sont directement exposés aux projections.

    Vérifiez avant usage la présence et le fonctionnement des sécurités sur la machine ou l’outil.

    Les équipements de protection individuelle permettent de protéger les yeux, la tête, le corps et les mains.

    En matière de mesures de prévention collective, l’installation de grands panneaux (de 2 mètres par 2 mètres environ) permet de sécuriser la zone de projection ou de rejet.

    Pour réduire les risques de projections liées aux véhicules, des mesures comme la séparation des voies (pour les piétons et celles destinées aux engins de chantier) ou l’installation d’un merlon peuvent être mises en place.

    Des accidents qui peuvent être graves

    Les projections de matériaux et les rejets de pièces peuvent avoir des conséquences généralement bénignes mais aussi des accidents graves et, dans certains cas, mortels.

    Hématomes et écorchures

    Dans la plupart des cas, les projections lorsqu’elles entrent en contact avec la main ou le bras provoquent des plaies, des écorchures ou des hématomes ne nécessitant pas d’arrêt de travail.

    Des conséquences parfois graves

    Une pièce tranchante qui heurte un opérateur au niveau d’une artère ou des yeux peut avoir des conséquences graves et causer le décès de la victime.

    Les projections restent aussi une des causes principales des accidents au niveau du visage et des yeux.

    Réglementation

    Protecteurs et dispositifs de protection

    Equipements de protection individuelle

    • Mise à disposition des EPI :
      • Articles L4321-1 et suivants du Code du travail
      • Article R4321-4 du Code du travail
      • Articles R4323-95 et suivants du Code du travail
    • Information et formation :

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus