Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.
    Électriciens travaillant en hauteur

    Faciliter les tâches de l’électricien avec des matériels et des matériaux adaptés

    Les outils et les matériaux utilisés par les électriciens sont légers, maniables et réduisent les positions contraignantes.

    • Les tourets de câbles ne dépassent pas 25 kg.
    • Les matériels électroportatifs sont autonomes (perceuses, visseuses sans fil). Le choix doit se porter sur des outils légers (pas plus de 1 kg pour un usage fréquent), dotés d’un bon équilibrage et d’une poignée antivibratile assurant une bonne préhension.
    • Les matériels équipés d’une perche télescopique permettent à l’opérateur d’effectuer des fixations au plafond depuis le sol en maintenant les bras au niveau du buste.
    • Un siège « assis-debout » ou un tapis antifatigue sont utilisés pour câbler le tableau électrique et une servante permet de disposer des outils à portée de main.

    Le recours à la préfabrication facilite également l’exécution des tâches des électriciens : gaines préfilées, précâblées et multiconducteurs ; armoires et coffrets électriques préfabriqués ; pieuvres (installations électriques en kit) ; dispositifs de connexion rapide pour la réalisation du tableau électrique…

    Stockage de tourets. Stockage de tourets ©OPPBTP

    Fixer les chemins de câbles au plafond par des cornières et non par des tiges filetées limite aussi les efforts physiques des électriciens : les câbles sont déroulés au sol puis directement montés et installés de façon linéaire dans le chemin.

    Choisir des matériels et des matériaux sûrs

    La sécurité des électriciens repose aussi sur le choix du matériel et ses vérifications.

    Armoire de chantier

    L’armoire de chantier provisoire (norme NF C 15-100) est protégée par un plastron verrouillé empêchant l’accès aux pièces nues sous tension. Elle offre une possibilité de consignation et d’arrêt d’urgence (coup-de-poing ou coup-de-pied). L’armoire comprend un disjoncteur différentiel à haute sensibilité de 30 mA. Si la présence d’un disjoncteur différentiel ne peut être vérifiée, les opérateurs raccordent leur matériel grâce à une rallonge intégrant un disjoncteur.

    L’armoire de chantier est installée préalablement au raccordement, au plus près du coffret de comptage.

    Les aiguilles en acier des gaines annelées ICT neuves constituent un hameçon dangereux pour les compagnons et doivent être absolument scotchées au bout des gaines en attente. Pour amarrer et tirer les fils électriques, les électriciens peuvent aussi utiliser une aiguille en nylon.

    Câbles d’alimentation

    Le bon état des câbles d’alimentation doit être vérifié en permanence.

    • Les câbles souples des outils mobiles et portatifs sont marqués H 07 RN-F. Ils ne comportent ni blessure ni usure visible. Ils sont déroulés totalement afin d’éviter un échauffement, et leur longueur est limitée afin de pouvoir être débranchés rapidement (25 m). Ils ne sont pas consolidés par des enrubannages de fortune.
    • Les câbles rigides de l’installation de chantier posés au sol ou enterrés sont placés dans un fourreau de protection.

    Outils électroportatifs

    Veiller à choisir la classe des outils électroportatifs selon le risque électrique.

    • Les matériels de classe 0 ne sont pas isolés : ils sont formellement interdits sur les lieux de travail.
    • Les matériels de classe I sont protégés par conducteur de terre.
    • Les matériels de classe II, sans conducteur de terre, sont couverts par une double isolation.
    • Les matériels de classe III fonctionnent en très basse tension de sécurité. Ils sont obligatoires en milieu confiné humide ou mouillé.

    L'indice de protection IP est également un facteur important dans le choix des outils. Il détermine le degré de protection du matériel contre la pénétration des corps solides (1er chiffre) et des liquides (2e chiffre). L'indice IK détermine, quant à lui, le degré de protection du matériel contre les chocs. Choisir du matériel IP 44 IK 8 minimum.

    Appareil sur batterie

    Pour supprimer tout risque électrique, le choix peut se porter sur un appareil sur batterie.

    Sélectionner un multimètre adapté à toutes les situations de mesure (tableau de distribution, prise, réseau…) et incluant un dispositif de protection contre le risque d’erreur dans le choix du type de mesure à effectuer.

    Utiliser un détecteur de tension pour identifier les circuits restés sous tension et les mises à la terre défectueuses sans ouverture d’armoire.

    Enfin, privilégier des outils isolants à main pour effectuer les travaux électriques.

    Savoir gérer les matériaux dangereux

    Les opérateurs sont capables d’identifier et de gérer en sécurité certains matériaux dangereux, qu’ils peuvent rencontrer incidemment (amiante, plomb, etc.).

    Amiante

    Pour les interventions sur des matériaux contenant de l’amiante (faux-plafond, flocage, enduit lors de travaux de percement ou de rainurage), hors désamiantage, un mode opératoire réduisant les émissions de poussières doit être adopté. De plus, les opérateurs se protègent avec les EPI adaptés. Une fiche individuelle d'exposition est établie pour chaque travailleur exposé à l'amiante. Une réglementation spécifique aux interventions sur des matériaux susceptibles de contenir de l'amiante est à respecter.

    Plomb

    Pour les travaux sur de la peinture plombée, des mesures d’hygiène (deux vestiaires distincts, un sale, un propre, séparés par une douche) et des EPI jetables sont adoptés. Tous les déchets doivent être ensachés et acheminés vers une décharge spécialisée. Une réglementation spécifique au risque lié à une exposition professionnelle au plomb est à respecter.

    Produits chimiques

    Le personnel est également susceptible d’être exposé à des produits chimiques au cours de ses interventions.

    D'une manière générale, en cas d'exposition à des produits chimiques dangereux des obligations réglementaires s'imposent en matière de formation, de mesures et moyens de prévention, de contrôle de l'exposition, ou encore de suivi médical.

    Les produits toxiques utilisés dans l’entreprise doivent être identifiés. Les produits dangereux sont reconnaissables à leur étiquetage (pictogrammes de danger). Consulter l’affiche Savoir lire l'étiquette d'un produit chimique.

    Les fiches de données de sécurité (FDS) sont des sources d’information à répertorier et à analyser. Elles établissent la composition des produits et les dangers pour la santé. La FDS est fournie par le revendeur à l’entreprise utilisatrice à la demande de ce dernier.

    Les notices de poste, issues des FDS, décrivent les conditions d’utilisation des produits. Elles sont à rédiger et à afficher sur les lieux de travail.

    La substitution des produits les plus dangereux par d’autres moins nocifs est cependant à privilégier afin de supprimer le risque.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus