Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.
    A63-Laines minérales d'isolation : comment se protéger des fibres ?

    ©OPPBTP

    Composition des laines minérales

    Les laines de verre (élaborées à partir de sable et de verre recyclé), de roche (élaborées à partir de basalte) et de laitier (élaborées à partir de laitier de hauts fourneaux) sont utilisées dans le BTP pour leurs performances d’isolation thermique et acoustique. La principale application est l’isolation des habitations individuelles ou des bâtiments collectifs.

    Ces laines minérales se présentent sous plusieurs formes : en panneaux (rigides, semi-rigides), feutres, rouleaux/nappes ou matelas, coquilles préformées ou moulées, bandes, en vrac/flocons, bourrelets, etc.

    Elles sont composées de plus de 90 % de fibres minérales artificielles (FMA), de 3 % à 5 % de liants organiques (résines phénoliques notamment), qui assurent la cohésion du produit, et moins de 1 % d’huile, limitant l’émission de poussières et l’absorption de l’eau.

    Quel que soit le type de travaux à effectuer (construction, maintenance, démontage, dépose…), ces laines doivent être manipulées avec précaution en raison de la nature des fibres (dimensions, composition chimique, propriétés de surface, persistance en milieu pulmonaire) et des liants qu’elles contiennent. Les composants classés dangereux et les fibres synthétiques peuvent avoir des conséquences sur la santé des travailleurs, en particulier lors d'une exposition prolongée ou répétée sur le lieu de travail et en l'absence d'une ventilation suffisante (maux de gorge, enrouement, toux, respiration difficile en cas d’inhalation, rougeurs, démangeaison, dermites en cas de contact avec la peau, les yeux…).

    Classification et étiquetage

    Au sens du , les laines minérales sont classées cancérogènes de catégories 2 (suspectées d’être cancérogènes pour l’homme). Cette classification ne s’applique pas aux fibres dont le diamètre est supérieur à 6µm. De plus, des exonérations de classification existent pour les laines minérales non bio persistantes (éliminées par les milieux biologiques du poumons).

    Quant aux mélanges, ils sont classés cancérogènes de catégorie 2 selon le règlement CLP s’ils renferment 1 % ou plus de laines minérales bio persistantes.

    Étiquetage des laines minérales

    Le picto « H351 – Susceptible de provoquer le cancer » définit l'étiquetage des laines minérales bio persistantes et des mélanges contenant 1% ou plus de laines minérales bio persistantes (règlement européen CLP).

    Seules les laines conditionnées en vrac sont soumises à l’obligation d’étiquetage et possèdent une (FDS) précisant notamment les dangers, les substances classées dangereuses et les équipements de protection individuelle.

    Les articles manufacturés (laines minérales sous forme de panneaux, de rouleaux…) ne sont pas soumis à cette obligation d’étiquetage. En revanche, les fabricants peuvent toutefois fournir une déclaration volontaire de données de sécurité, dont le contenu est équivalent à celui d’une FDS.

    Exposition moyenne et valeur limite

    Les fibres de roche, de verre et de laitier ont une valeur limite indicative fixée par circulaire de 1fibre/cm3.

    Lors de la pose de panneaux, feutres ou coquilles, ou plus largement de produits compactés (manufacturés), la concentration moyenne atmosphérique est inférieure à 0,5 fibre/cm3, donc inférieure à la valeur limite d'exposition professionnelle (VLEP).

    En revanche, cette valeur limite de 1fibre/cm3 est dépassée dans les cas suivants :

    • manipulation de produits en vrac, soufflage, pose en espace confiné;
    • activités de retrait, démolition, intervention sur les laines en place.

    Mesures de prévention collective

    La formation et l'information des travailleurs

    Avant toute intervention, les travailleurs reçoivent une formation à la sécurité, au risque chimique, au port des équipements de protection individuelle (EPI) et une information spécifique sur les fibres minérales artificielles (FMA).

    Par ailleurs, l’employeur aura intégré le risque FMA dans son document unique (DUER) et en aura informé le médecin du travail.

    La préparation des travaux

    Prenez en compte les possibilités de substitution par des matériaux non dangereux – laines avec liant en solution aqueuse ou liant végétal, laines à base de (laines de bois, de chanvre, de cellulose...) – et les possibilités de choix du procédé le moins dangereux (produits manufacturés plutôt que laines en vrac).

    Pour organiser votre chantier, effectuez le repérage des laines dans l’ouvrage (à l’aide de plans, photos, croquis) et établissez la proposition de travaux en tenant compte du risque FMA.

    Evitez, ou limitez au maximum, la coactivité́ dans la zone concernée par les travaux et l’intervention d’autres corps d’état juste après la pose de l’isolation.

    Dans le cas de laine soufflée, prévoyez un accès à la zone isolée par chemin d’accès ou platelage.

    Décrivez les modes opératoires, protections collectives et équipements de protection individuelles dans le plan particulier de sécurité et protection de la santé (PPSPS) ou dans le plan de prévention.

    Prévoyez les installations d’hygiène adaptées permettant le rangement des vêtements de travail séparément des autres vêtements, le lavage des mains et du visage, la prise de douche, la prise des repas (voir paragraphe Hygiène).

    La mise en œuvre

    En cas de projection (flocage par fibres humides et adjuvants, fabriqué sur place et adhérent sur support imprégné d’un primaire d’accrochage), de soufflage ou insufflation (laine soufflée par air sur surfaces planes), d’injection (laine sèche soufflée dans des espaces clos d’épaisseur réduite) de laine, balisez la zone de travail.

    En cas de projection, protégez les zones contiguës.

    Ventilez la zone de travail.

    Pour limiter l’émission de poussières dans l’atmosphère :

    • déballez le matériau au dernier moment et avec précaution et au plus près de la zone de pose ;
    • captez, si possible, les poussières à la source (système de captation lors de l’injection, par exemple) ;
    • pour les produits compactés, manufacturés, réalisez les découpes à l’aide d’un outil adapté et muni, si possible, d’un système d’aspiration à la source avec filtre à très haute efficacité THE (couteau tranchant pour les découpes manuelles, vitesse lente pour les découpes avec outillage électrique, table aspirante pour découpes…) ;
    • lors de travaux de retrait, dépose, démolition, travaillez à l’humide en prenant en compte le risque électrique.

    Le nettoyage et le repli

    • Maintenez la zone de travail propre au moyen d’un aspirateur industriel (équipé d’un filtre à très haute efficacité THE) ou par nettoyage à l’humide (eau et détergent) ; ne jamais utiliser un balai ou une soufflette afin d’éviter la remise en suspension des fibres et des poussières.
    • Ensachez les déchets au fur et à mesure de leur production afin d’éviter la dispersion des fibres et des poussières.
    • Évacuez les sacs en installation de stockage des déchets non dangereux.

    Équipements de protection individuelle

    Les travaux d’isolation par laines minérales, qu’elles soient en panneaux, en rouleaux, en vrac, exposent à des risques, notamment liés à l’outillage utilisé, aux poussières émises, au bruit, qui nécessitent le port d’équipements de protection individuelle :

    • vêtements de travail couvrants, fermés et ajustés au cou, aux poignets et aux chevilles, quel que soit le type de produit mis en œuvre ; combinaison étanche, notamment pour les opérations de projection, de soufflage ;
    • gants de protection contre les risques mécaniques (NF EN 388+A1) ;
    • appareil de protection respiratoire : masque filtrant de type P3, pour les travaux avec produits compactés, manufacturés / appareil isolant à adduction d’air pour les opérations de soufflage en espace confiné ;
    • lunettes avec protections latérales (NF EN 166), ou protection oculaire associée à la protection respiratoire ;
    • protecteurs auditifs (casque ou bouchons moulés), à partir d’une exposition au bruit de 80dB(A), notamment lors de l’utilisation de machines de projection, soufflage, ou selon le type d’outillage électrique.

    Mesures d'hygiène

    Rangez et lavez séparément les vêtements de travail.

    • Douchez-vous en fin de poste afin de limiter les incrustations de fibres dans la peau.
    • Lavez-vous les mains et le visage avant les repas.
    • Prenez vos repas dans des locaux propres, aménagés et réservés à cet usage.

    Suivi médical, quelles préconisations

    Le suivi médical dépend des résultats de l’évaluation des risques et des éventuelles mesures du niveau d’exposition réalisées.

    En fonction de l’évaluation des risques (postes et niveaux d’exposition) :

    • un bilan de référence peut être réalisé (radiographie pulmonaire et explorations fonctionnelles respiratoires) ;
    • une recherche de co-exposition (à l’amiante, par exemple) est à réaliser ; si la recherche est positive pour une co-exposition à l’amiante, le suivi médical sera celui préconisé pour les personnes exposées à l’amiante. Sinon, le suivi médical mis en place peut suivre les mêmes recommandations que celles des personnes exposées à l’amiante ;
    • pour les travailleurs les plus exposés, un bilan plus complet peut être envisagé à 50 ans.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus