Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    L’entretien régulier garant de propreté et de longévité

    De retour à la base vie les bottes pleines de boue, le compagnon n'a pas toujours envie de se lancer dans un nettoyage en profondeur avec ses propres moyens.

    Afin d'éviter le nettoyage des cantonnements (bureau de chantier, bungalow, réfectoires, vestiaires et sanitaires) et des véhicules (camionnettes), pensez à mettre en place des équipements adaptés.

    Un nettoyage régulier des bottes prolonge leur durée de vie et maintiendra la propreté des locaux.

    Gratte-bottes

    Cet équipement permet d’enlever le plus gros des salissures avant le nettoyage des bottes.

    Le placer à proximité du lave-bottes ou l'intégrer dans le seuil, à l’entrée des locaux.

    L'entreprise peut soit le fabriquer, soit l'acheter en commerce. Il existe différents modèles.

    • Modèle scellé à demeure dans la dalle de propreté d’accès aux locaux.
    • Modèle démontable (un fer plat par exemple mis en forme à froid et encastré dans un support fixé). La pièce amovible est réutilisable et se nettoie plus facilement.
    • Grille amovible (en métal déployé ou caillebotis métallique) sur dalle béton réalisée sur chantier. Placer cet équipement à l’entrée des bungalows. Un évidement permet le recueil et la décantation des boues. La grille se positionne au-dessus du défoncement dans la dalle (profondeur 10 cm). Au moment du coulage de la dalle, prévoir un tuyau court (pour l’évacuation des eaux de pluie), des réservations (constituées de tasseaux) pour la mise en place de la grille au-dessus de la fosse, et un fourreau fixé dans la dalle pour faciliter le levage et la manutention. Retirer régulièrement la grille pour curer le bac de décantation.

    Tire-bottes

    Certains lave-bottes intègrent cet équipement. Le placer à proximité des cantonnements ou des lave-bottes.

    Possibilité de le fabriquer dans une chute de contreplaqué (50 cm × 25 cm) dont l’extrémité est taillée en forme de V. Visser un tasseau dessous (5 × 5 cm de section).

    Lave-bottes

    Cet équipement permet le nettoyage mécanique complet des bottes avant leur enlèvement. Le placer à proximité des bases vie, là où l'on a l'habitude de retirer les bottes.

    L'entreprise peut soit le fabriquer, soit l'acheter en commerce. Il existe différents systèmes.

    • Balais-brosses sur grille fixées à une tête regard.
    • Ensemble de trois brosses et grattoir (fixées sur un profilé en fer H ou un cadre en bois), nettoyage de la semelle inclus.

    Pour les chantiers de longue durée, privilégier des appareils manufacturés :

    • équipés d'un repose-main pour assurer la stabilité de l’opérateur lors du nettoyage (position en équilibre sur un pied) ;
    • en nombre suffisant et adaptés aux travailleurs sur le chantier.

    Certains modèles sont équipés d'un dispositif de désinfection chimique.

    D'autres présentent des brosses tournantes. Prévoir une alimentation électrique et un démontage régulier pour le nettoyage du carter.

    Dans tous les cas, une arrivée et une récupération d’eau au niveau du regard sont à prévoir. Réaliser l’alimentation d’eau au niveau des brosses par un système de tuyaux percés ou avec le tuyau prolongé d’une lance d’arrosage sur laquelle on adapte une brosse. Retirer régulièrement la grille (amovible) pour curer le bac de décantation.

    Sèche-bottes

    Une fois nettoyées et enlevées, les bottes sèchent mieux si elles sont retournées. Un sèche-bottes est nécessaire pour les maintenir dans cette position.

    Possibilité de le fabriquer avec des planches en position verticale ; visser sur ce socle des tasseaux (longueur 70 cm, espacés de 15 cm). Pour réduire la durée de séchage, installer à proximité un radiateur électrique à huile de faible puissance.

    Différents modèles de séchoirs pour bottes et chaussures sont vendus en commerce :

    • coffre chauffant intégré dans l'armoire vestiaire ;
    • séchoir à tubes mural ou buse soufflante ;
    • armoire de séchage pour vêtements de travail et équipements de protection individuelle (EPI).

    Certains modèles intègrent des dispositifs pour la désinfection des bottes (antimicrobien), la désodorisation de l'air ambiant, ou la déshumidification des armoires ventilées.

    L’air peut être pulsé directement au niveau de la botte, et parfois asservi à la mise en place de la botte sur le manchon.

    L’hygiène des pieds

    Le port des bottes favorise la production plus ou moins excessive de sueur au niveau de la plante des pieds. Cette macération ramollit la peau (présence de sillons), peut rendre la marche douloureuse aux points de pression et entraîner l’apparition d’ampoules.

    L'odeur forte est liée à la prolifération bactérienne qui dégrade la sueur ; à un stade plus avancé, une érosion de la couche plantaire, des dermites et allergies peuvent se développer.

    Pour réguler la transpiration, arrêter la macération et supprimer ces effets malodorants, il existe des traitements antitranspiration (spray, poudre, gel). Les associer à des mesures d’hygiène élémentaires : lavage soigneux des pieds à chaque fin de poste et changement fréquent des chaussettes (en coton).

    La vérification de l’état des chaussures de protection

    • Vérifier régulièrement l'état des chaussures (fissures, dégradation, perforation des semelles et des embouts).
    • Remplacer les chaussures usées ou défectueuses.

    Pour en savoir plus

    Téléchargez la fiche prévention Nettoyage et hygiène des bottes.

    Besoin d'aller plus loin

    Vous voulez en savoir plus sur les risques liés aux agents biologiques ?

    Accéder

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus