L'accueil des nouveaux arrivants

L'accueil des nouveaux arrivants

Lors d’un entretien, les cinq premières minutes d’une rencontre sont capitales. Un précepte qui s’applique à l’accueil des nouveaux embauchés. Il s’agit d’un moment clé où se jouent l’intégration, la sécurité, la confiance… Loin de se limiter aux obligations légales, l’entreprise, même la plus petite, doit s’appuyer sur l’accueil pour instaurer des relations de qualité. En jeu : moins d’accidents et des salariés fidèles, donc plus de performance !

  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Accueil soigné, salariés fidèles, entreprise performante !

L’accueil et la formation à la sécurité visent à transmettre au nouvel embauché le maximum d’informations qui lui permettront de connaître la société, son organisation, sa culture, ses règles de fonctionnement, les procédures de prévention et de sécurité… Cela favorise le développement du sentiment d’appartenance, et rend le collaborateur rapidement opérationnel. Montrer au nouvel arrivant que l’on a organisé son accueil c’est lui témoigner de la considération.
Ce nouvel arrivant épanoui et motivé mettra du cœur à l'ouvrage et la performance de l'entreprise sera renforcée.

L’accueil : pour le nouvel arrivant et à chaque nouveau chantier

Accueil des nouveaux arriavnts

Le terme "nouvel arrivant" désigne toute personne intégrant un nouveau milieu professionnel : jeune ou moins jeune, expérimenté ou non, stagiaire, apprenti, issu d’autres entreprises, nouvel entrant sur le marché du travail ou dans le secteur du BTP, intérimaire…

Quels qu’ils soient, tous ces profils vont être confrontés aux mêmes difficultés : assimiler de nouvelles règles et appréhender un nouvel environnement de travail. Sans accompagnement dès le départ, l’entreprise court le risque de mettre le nouvel arrivant en danger.

Chaque site, chaque chantier possède ses caractéristiques particulières et ses risques propres. Un accueil sécurité doit donc être réalisé à chaque arrivée sur un nouveau poste.

À retenir

Le nouvel arrivant n’est ni forcément jeune ni forcément un salarié inexpérimenté : il s’agit d’un salarié que son nouvel environnement de travail rend vulnérable.
Chaque année, le BTP accueille environ 250 000 personnes, dont près de deux tiers n’ont jamais travaillé dans le secteur.

Selon la base Épicéa de l’INRS, sur 9 981 accidents mortels depuis 1990, 13,4 % concernaient des salariés de moins de trois mois d’ancienneté. Ces nouveaux embauchés étaient, pour 33,4 %, des personnes en CDI, 23,3 % des intérimaires, et 10,2 % des salariés en CDD.

Les travailleurs en CDD, les intérimaires et les apprentis sont une main-d’œuvre particulièrement vulnérable. Une "formation renforcée" doit donc leur être dispensée.

L'accueil des intérimaires

Acceuil des intérimaires

La courte durée des missions dissuade parfois les entrepreneurs de consacrer aux intérimaires du temps lors de l’accueil. Ce dernier doit pourtant être renforcé du fait d’une accidentologie plus importante chez ces employés que pour l’ensemble des salariés.
Certaines entreprises ont choisi de formaliser spécifiquement l’accueil des intérimaires : remise commentée d’un livret d’accueil en amont de la mission, partenariats avec les agences d’intérim…

Quelles sont les devoirs des entreprises de travail temporaire concernant l’accueil ?

  • L’entreprise de travail temporaire doit donner des informations précises au travailleur temporaire : caractéristiques de l’entreprise utilisatrice, détail de la mission.
  • Elle doit aussi préparer son arrivée (adresse du chantier, avec plan d’accès, nom de la personne à contacter, horaires…).
  • L’entreprise de travail temporaire doit également tenir à jour et transmettre à l’entreprise utilisatrice le certificat médical d’aptitude au travail, le/les Caces obtenu(s) par l’intérimaire, les attestations de compétence (exemple : sauveteur secouriste du travail, équipier de première intervention incendie…).

À retenir
L’entreprise de travail temporaire ne possède pas la compétence pour connaître et expliquer à l’intérimaire les risques des activités réalisées sur un chantier et ne peut donc se substituer à l’entreprise utilisatrice, qui doit dispenser un accueil sécurité à l’intérimaire sur le chantier.
Ce qui touche à la sécurité du poste de travail relève strictement de l’entreprise utilisatrice.

L'accueil des apprentis

Accueil des apprentis

La formation à la prévention-sécurité est prévue dans le cursus d’apprentissage des centres de formation des apprentis (CFA). Il incombe toutefois à chaque entreprise de formaliser l’accueil auprès de ses apprentis en réalisant, à chaque chantier, un accueil général puis une formation pratique et appropriée au poste de travail attribué. La conduite à tenir en cas d’accident ou de sinistre devra également être abordée.

 Il est extrêmement important que le formateur, le maître d’apprentissage et le jeune se rencontrent avant le démarrage de l’apprentissage. La sensibilisation doit intervenir avant que le jeune intègre l’entreprise, la prise de conscience des risques doit devenir un réflexe.
Daniel Munoz, directeur de la formation au CCCA-BTP.

Les salariés titulaires d'un CDD, les salariés temporaires et les stagiaires en entreprise affectés à des postes de travail présentant des risques particuliers pour leur santé ou leur sécurité doivent bénéficier d'une formation renforcée à la sécurité ainsi que d'un accueil et d'une information adaptés dans l'entreprise dans laquelle ils sont employés ( C. trav., art. L. 4154-2 ). Cette règle est importante, car il faut savoir qu'en cas d'accident du travail, la faute inexcusable de l'employeur sera présumée établie si l'AT survient alors que le salarié est affecté à un tel poste de travail sans avoir bénéficié de la formation à la sécurité renforcée imposée par la loi ( C. trav., art. L. 4154-3) .

 

Accueil et sécurité : la réglementation

La réglementation oblige les chefs d’entreprise à assurer la sécurité et protéger la santé des travailleurs ( L 4121-1 ). Ces derniers doivent également "prendre soin en fonction de leur formation et de leurs possibilités, de leur santé et de leur sécurité ainsi que celles des personnes concernées par leurs actes et leurs omissions (art. 4122-1)".

La formation à la sécurité doit être dispensée ( art. L.4141-2 ) :

  • aux travailleurs nouvellement embauchés ;
  • à ceux qui changent de poste ou de technique ;
  • aux salariés temporaires (hors ceux auxquels il est fait appel en vue de l’exécution de travaux urgents nécessités par des mesures de sécurité et déjà dotés de la qualification nécessaire à cette intervention) ;
  • à la demande du médecin du travail pour ceux qui reprennent leur activité après un arrêt de travail d’au moins vingt et un jours.

Enquête Ipsos

Participez à l'enquête !

Votre conseiller OPPBTP

Liens utiles

Retrouvez des informations complémentaire sur les sites de nos partenaires.

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.