Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.
    Jurisprudence

    ©GettyImages

    Lorsqu’il effectue une recherche de reclassement pour un salarié déclaré inapte, un employeur doit tenir compte des préconisations émises par le médecin du travail. Il faut aussi que le poste de reclassement envisagé soit approprié aux capacités du salarié, et qu’il soit aussi comparable que possible au poste précédemment occupé. Exigences auxquelles s’ajoute le respect des règles imposées par la convention collective applicable au sein de l’entreprise, a rappelé la Cour de cassation dans un arrêt rendu le 8 septembre 2021.

    Dans le cas jugé, une salariée avait été licenciée pour inaptitude professionnelle et impossibilité de reclassement. Elle avait par la suite contesté son licenciement et saisi le Conseil de prud’hommes. La cour d’appel avait validé le licenciement prononcé par l’employeur. La Cour de cassation a annulé la décision rendue par la cour d’appel. Motifs : l’employeur a proposé un poste de reclassement qui ne respectait pas les dispositions concernant le temps de travail prévu par la convention collective applicable à l’entreprise. À ce titre, l’obligation de recherche de reclassement n’a pas été valablement remplie et le licenciement est dépourvu de cause réelle et sérieuse.

    Lire notre commentaire de l'arrêt.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus