Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.
    Electricien intervenant sur un coffret électrique.

    ©OPPBTP

    La prévention reste le premier domaine de formations suivies par les artisans du BTP en 2019 avec 52% des stages suivis. Cependant, le nombre de stagiaires formés à la prévention diminue de 19 %, passant de 82 700 actifs formés en 2018 à 66 904 en 2019. Tels sont les principaux enseignements de la huitième édition de l’Observatoire national des formations à la prévention suivies dans les entreprises artisanales du BTP. Cette étude* est le fruit d’un partenariat entre la Capeb, la Chambre nationale de l'artisanat, des travaux publics et paysagistes (CNATP), l’Institut de recherche et d’innovation sur la santé et la sécurité au travail (Iris-ST), et l’OPPBTP.

    Pour expliquer la baisse du nombre de stagiaires formés à la prévention en 2019, la note de synthèse de l’étude évoque « la suspension de la prise en charge des formations des chefs d’entreprise artisanale à partir de mars 2019 ». Elle ajoute que le changement de collecteurs de fonds destinés à leur formation continue « a entraîné des erreurs créant une baisse de la collecte et donc des ressources du FAFCEA (Fonds d'assurance formation des chefs d'entreprise artisanale). Bien que ne concernant que les chefs d’entreprise artisanale, cette annonce a pu les décourager à suivre des formations et en faire suivre à leurs salariés. »

    Conduite d'engins, électricité et travail en hauteur en trio de tête

    Les formations obligatoires à la sécurité restent les plus suivies: la conduite d’engins (25 %), l’électricité (24 %), le travail en hauteur (20 %), le secourisme (15 %) et l’amiante (10 %).

    L’étude souligne que les formations liées aux contraintes physiques et celles liées à l’utilisation des produits dangereux sont, quant à elles, en augmentation (respectivement +7% et +19%). Ce qui souligne l’importance de ces enjeux pour les entreprises artisanales du BTP en termes d’accidentologie et de maladies professionnelles.

    Les métiers de travaux publics ainsi que les couvreurs, plombiers-chauffagistes, les électriciens et les charpentiers menuisiers agenceurs paraissent être davantage actifs en matière de suivi de formations à la prévention que les autres corps de métier.

    En 2019, 25 % des formations prévention sont des formations à la conduite d'engins. ©Placide

    Les stagiaires de 20 à 40 ans sont les plus impliqués

    Autre enseignement : en 2019, les stagiaires âgés de 20 à 40 ans restent les plus impliqués dans les formations à la prévention (64%). À l’inverse, la tranche d’âge « 51 ans et plus » présente un écart négatif important par rapport à sa valeur de référence (14 % seulement de présence aux formations, alors qu’ils représentent 26 % des actifs du BTP). Le bagage de l’expérience peut être à l’origine de leur faible présence en formation à la prévention, indique l'étude.

    Sensibiliser les artisans aux bons gestes et aux bonnes postures

    En comparant ces résultats avec les risques avérés sur les chantiers, l’observatoire met en évidence un écart entre la principale cause des accidents survenus et les thématiques de sécurité suivies par les professionnels. Les contraintes physiques comme la manutention manuelle constituent la première cause d’accidents pour les professionnels du BTP, alors que la formation à ce risque reste très faible (1 % des formations suivies).

    L'étude souligne :

    «Un constat qui démontre la nécessité de poursuivre la sensibilisation des artisans et des salariés des entreprises artisanales à l’adoption des bons gestes et aux bonnes postures sur leur lieu de travail. Ces efforts ne pourront être faits sans que de nouveaux moyens de sensibilisation comme la réalité virtuelle ou la réalité augmentée ne soient proposés aux entreprises artisanales.»

    Combiner les formations en distanciel et en présentiel

    Les acteurs de la formation professionnelle ont d’ores et déjà développé des offres dans lesquelles le distanciel et le présentiel se combinent en fonction de leur pertinence pédagogique et des besoins du client.

    Pour sensibiliser les chefs d’entreprise aux formations obligatoires qu’ils doivent suivre, l’Iris-ST propose sur son site internet un onglet formation avec des outils d’accompagnement.

    De son côté, pour sensibiliser les chefs d’entreprise et les équipes des entreprises artisanales, l’OPPBTP propose plusieurs e-learning gratuits sur le site preventionbtp.fr, une collection de modules de quinze minutes appelés D-clic Prévention, permettant d’acquérir les savoirs essentiels en prévention sur différents sujets (utilisation d’un échafaudage en sécurité, port du harnais, bruit…).

    Sur la chaîne Youtube OPPBTP, les modules Minutes Prévention font prendre conscience des risques et de l’intérêt de s’en protéger : le casque, la fatigue au volant, les échelles…

    *Cette étude traite les données du Fonds d'assurance formation des chefs d'entreprise artisanale (FAFCEA) et de Constructys, qui correspondent aux actifs du BTP (chefs d’entreprise et salariés) des entreprises de moins de 20salariés qui ont suivi une formation en 2019.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus