Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    Le risque d’effondrement de matériel sur un chantier concerne les échafaudages, les tours d’étaiement, les étais mis en œuvre pour le bétonnage d’un plancher. Dans un atelier, il peut concerner les matériels de stockage (rack ou rayonnage)

    Les conséquences d’un effondrement peuvent être graves selon la nature du matériel/matériau effondré et la présence de compagnons sur ou à proximité. C’est pourquoi quelques règles et mesures de prévention sont à prendre pour garantir la sécurité des employés et assurer la prévention des risques.

    Boite à outils Covid-19

    Le risque d’effondrement de matériel

    Sur un chantier, lorsque l’on parle d’effondrement de matériel, il s’agit essentiellement des échafaudages, des étaiements. Mais il concerne également les effondrements de matériels de stockage en atelier.

    Il convient toutefois de différencier l’effondrement d’un rayonnage de son renversement : l’effondrement survient suite à une rupture de la structure de ce dernier (tablette, montant, etc.) tandis que le basculement/renversement survient suite à un déséquilibre (les pieds se lèvent et l’étagère bascule).

    Le risque le plus important : l’effondrement de l’échafaudage

    Les échafaudages sont des équipements de travail indispensables sur un chantier. Ils permettent l’accès aux façades, toits, charpentes, murs, plafonds. Mais ils constituent surtout un risque majeur d’accidents graves dont fait partie l’effondrement. Ce risque concerne toutes les entreprises du bâtiment. Plus l’échafaudage est haut, plus il y a de prise au vent et donc risque d’effondrement. Ne minimisez cependant pas les risques sur des échafaudages de petites hauteurs. Ce n’est pas parce que c’est moins haut, que le risque est moins grand.

    Un étaiement mal assemblé, surchargé ou posé sur des appuis non stables peut conduire à l’effondrement de l’ensemble des pièces d'étai.

    Le choix de matériel de stockage (type de rayonnage, rack) doit se faire en prenant en compte le type de produit stocké. Il faut également privilégier le stockage d’éléments lourds et volumineux le moins haut possible, éviter les équilibres instables et les porte-à-faux.

    Le montage de l’échafaudage : des règles à respecter

    Afin de garantir la sécurité des compagnons et de prévenir les risques d’accident d’échafaudage, quelques règles importantes sont à suivre :

    • montez l’échafaudage en suivant les préconisations du fabricant et sur des appuis solides,
    • utilisez un échafaudage dont la structure est composée d’éléments de même marque et de même modèle,
    • ne surchargez pas les planchers de l’échafaudage avec du matériel lourd et respectez les classes de plancher. Les échafaudages sont classés en fonction des charges de calcul de surface de travail qu’il faut respecter,
    • respectez la notice de montage ou d'utilisation,
    • vérifiez l'échafaudage avant emploi et pendant.

    Un échafaudage n’est pas une zone de stockage. Des tours d’étaiement ou des recettes à matériaux doivent être prévues à cet effet.

    Pour les éléments préfabriqués, des solutions de stabilisation provisoire comme des racks de stockage, la mise en place d’étais tirants-poussants fixés au sol par des lests pour les banches… existent pour éviter les accidents.

    Cas des racks et étagères

    L’état des racks et des étagères doit être contrôlé. Vérifiez le poids maximum autorisé des rayonnages. Certains sont adaptés aux charges lourdes et peuvent supporter un poids de plus de 950 kg par niveau, d’autres sont limités à des charges de 150 kg par étagère.

    Les causes d’effondrement du matériel

    Les causes d'effondrement d’un échafaudage ou d’un étaiement proviennent le plus souvent du montage, d’un choc, d’un facteur extérieur d’une usure prématurée…

    La surcharge peut également être une cause d’effondrement du matériel.

    Un certain nombre de règles sont à respecter pour prévenir ces risques.

    L’effondrement d’un échafaudage

    Le risque d’effondrement d’un échafaudage se joue généralement au montage.

    Choisissez bien votre échafaudage selon l’usage mais surtout le poids qu’il va devoir supporter, la hauteur, l’environnement de travail, le terrain sur lequel il repose. Le montage de l’échafaudage est à préparer avec soin si possible en coordination avec toutes les parties prenantes : planificateurs et maîtres d'ouvrages, chefs de chantiers, monteurs échafaudeurs et utilisateurs d'échafaudages.

    Le sol aux abords de l’ouvrage doit être aménagé et compacté afin de mettre en sécurité l’échafaudage. En cas de sol meuble, faites reposer les pieds de l’élément sur des appuis solides afin de compenser l’irrégularité du terrain. Faites attention aux bouches d’égouts et plaques de fonte qui pourraient céder sous le poids de l’échafaudage.

    Assurez-vous que l’échafaudage est en bon état, qu’il ne manque aucun élément et que chaque élément est conforme.

    Suivez bien la notice du fabricant lors du montage. Les échafaudages fixes de grande hauteur doivent être amarrés à la façade avec des points d’ancrage afin de contrer la prise au vent. Le nombre d’ancrage sera plus important si l’échafaudage est bâché.

    Réalisez un calepinage et/ou note de calcul dès l’étude du chantier. Des règles précises doivent être respectées sur le nombre d’ancrage et leur distance. Un nombre insuffisant de points d’ancrage est une cause d’effondrement.

    Pour des échafaudages de petite hauteur, fixez l’échafaudage au sol puis utilisez le système de tirant-poussant pour venir le positionner contre la façade.

    Le choix des échafaudages doit répondre à des normes strictes de conformité du matériel. Ces normes découlent d’exigences de solidité, de stabilité et de sécurité. Choisissez de préférence un matériel dont la fabrication bénéficie de la marque NF « équipement de chantier ». Elle atteste non seulement de la conformité aux normes, mais prend en compte les exigences de la réglementation et les recommandations des organismes de prévention.

    Privilégiez les modèles certifiés montage et démontage en sécurité (MDS).

    Les échafaudages sont soumis à des vérifications journalières, trimestrielles et lors de chaque mise en service. Elles sont effectuées soit par un organisme extérieur agréé soit en interne par un compagnon formé. Ce n’est qu’une fois cette vérification faite que les utilisateurs pourront y travailler. Toute nouvelle modification de la structure de l’échafaudage par un compagnon de l’entreprise doit à nouveau faire l’objet de vérification et d’une nouvelle réception, voire d’une nouvelle note de calcul.

    Formez vos compagnons au montage et démontage des échafaudages ainsi qu’à la réception des échafaudages. Il est également important de former et d’informer les utilisateurs de l’échafaudage.

    L’effondrement d’étais lors du bétonnage d’un plancher

    Lors du bétonnage d’un plancher, les étais devant assurer la stabilité du plancher peuvent s’effondrer s’ils ne sont pas bien stabilisés.

    Ainsi sur un chantier du Val-de-Loire, des étais simples, inadaptés à la situation, avaient été installés sur des palettes de parpaings provoquant, lors de l’effondrement de l’ensemble, la chute de compagnons et un blessé.

    Les règles de pose de l’étaiement sont proches de celles de l’échafaudage. Elle demande une étude préalable avec calculs et plan d’étaiement. Ce plan doit détailler l’emplacement des étais, la charge supportée, la dimension et la hauteur des étais. Respectez bien ce plan au moment du montage. Limitez la hauteur de l’étai à 3 mètres. Au-delà, la mise en place de tours d’étaiement est recommandée.

    Pour la mise en œuvre correcte des étais, adoptez ces préconisations :

    • Placez les étais verticalement (et non de biais).
    • Utilisez des fourches pour caler les filières (poutrelles en bois) afin d’éviter leur renversement.
    • Axez ces filières dans les fourches.
    • Utilisez des trépieds ou des cadres pour stabiliser les étais d’extrémité le temps de leur mise en place. Ajoutez ensuite les étais intermédiaires.
    • Appuyez les platines sur des pièces de bois de qualité ni fendues, ni écrasées (martyrs).

    Lors de l’exécution du bétonnage, assurez-vous que le béton n’est pas concentré en un seul point. Choisissez une benne à béton dont la commande d’ouverture et de fermeture permet une bonne répartition du béton.

    Lorsque la dalle est terminée, ne stockez pas vos matériaux au même endroit mais répartissez-les de manière homogène. Assurez-vous de la bonne résistance du béton avant de commencer le décoffrage conformément aux prescriptions du bureau d'études.

    Comme pour les échafaudages, vérifiez les étais après chaque chantier. Faites le tri entre les étais endommagés :

    • Retirez du service les étais dont les broches ont été détériorées, perdues ou remplacées par des éléments de fortune.
    • Contrôlez l’état des dispositifs anti-déboitement, notamment le manchon fileté qui garantit le nombre minimal de filets en prise.
    • Vérifiez l’état des manchons et remplacez-les si les poignées de manœuvre ont été cassées. Ne faites pas de réparation ni de soudure sur un manchon cassé !
    • Retirez les étais déformés aux extrémités.

    Sur le chantier, stockez vos étais dans des paniers à étais. Ces derniers sont munis de roulettes d’anneaux de manutention ou de fourreaux de manutention.

    L’effondrement lié aux surcharges

    Echafaudage

    Un échafaudage n’est pas une zone de stockage. Veillez à ne pas surcharger les planchers de l’échafaudage avec du matériel lourd et respectez les classes de plancher (les échafaudages sont classés en fonction des charges de calcul de surface de travail qu’il faut respecter).

    Respectez la notice de montage ou d’utilisation.

    Vérifiez l’échafaudage avant et pendant l’emploi

    Etais

    Les règles de pose de l’étaiement sont proches de celles de l’échafaudage. Elle demande une étude préalable avec calculs et plan d’étaiement. Ce plan doit notamment détailler la charge supportée. Respectez bien ce plan au moment du montage.

    Lorsque la dalle est terminée, ne stockez pas vos matériaux au même endroit mais répartissez-les de manière homogène.

    Stockage

    Veillez à l’adéquation entre votre matériel de stockage (rack, étagères) et les éléments stockés (matières premières, quincailleries, produits chimiques, etc.).

    Des conséquences souvent mortelles

    L’écrasement est l’une des conséquences majeures de l’effondrement d’un échafaudage, d’un étaiement.

    Des conséquences physiques graves voire mortelles

    Les conséquences d’un accident tel qu’un effondrement d’un échafaudage ou d’un étaiement en phase de bétonnage dépendront de la hauteur de la chute, que vous soyez dessus ou de votre présence sous la charge.

    Ne sous-estimez pas le traumatisme psychologique des compagnons de l’entreprise qui travaillent sur le chantier. En cas d’accident grave, mettez en place une cellule psychologique.

    Sensibilisez les compagnons concernés et tout particulièrement les nouveaux arrivants lors de l’accueil sécurité qui est obligatoire. Faites également des rappels quotidiens. Profitez des causeries ou du quart d’heure sécurité pour présenter et expliquer les modalités de montage, de contrôles, et d’utilisation des échafaudages et étaiements selon le rôle de chacun.

    L’accident doit faire l’objet d’un rapport. Faites aussi une analyse fine et complète de l’accident. Entourez-vous de personnes comme les préventeurs de l’entreprise ou les préventeurs externes comme la CARSAT ou l’OPPBTP. Ils vous apporteront des éléments d’information et vous aideront à définir des pistes d’amélioration pour la sécurité sur vos chantiers.

    Jurisprudence

    • Chute d’un échafaudage et faute du salarié : notre analyse
    • Travaux en hauteur : notre analyse
    • Formation et mise à disposition équipement de sécurité au salarié intérimaire : notre analyse

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus