Solutions concrètes pour vous aider

    Vous êtes conducteur d’engin

    Au volant de votre pelleteuse mécanique, vous évacuez les gravats d’un chantier de démolition. Attention aux vibrations mécaniques émises par votre engin : elles peuvent entraîner des pathologies chroniques comme la lombalgie ou la hernie discale. Votre priorité : vérifier le bon état d’entretien de votre véhicule. Adaptez vos pneumatiques à l’état du sol, surveillez le bon comportement des suspensions, réglez bien votre assise… Savez-vous d’ailleurs qu’il existe des sièges anti-vibrations ? Si votre zone de circulation est trop dégradée, vous pouvez aussi demander à ouvrir une nouvelle piste. Vous voilà prêt à démarrer !

    Références juridiques

    Le Code du travail fixe des seuils d’exposition journalière au-dessus desquels l’employeur est obligé d’engager des actions de prévention, que ce soit pour les vibrations transmises aux membres supérieurs ou pour les vibrations transmises à l’ensemble du corps.

    Par ailleurs, l‘exposition journalière d‘un travailleur aux vibrations mécaniques, ne peut en aucun cas dépasser les valeurs limites d‘exposition suivantes (période de référence de huit heures) :
    - 5 m/s2 pour les vibrations transmises aux mains et aux bras ;

    - 1,15 m/s2 pour les vibrations transmises à l‘ensemble du corps.

    La prévention des risques d‘exposition aux vibrations mécaniques est principalement encadrée par le Code du travail aux articles R4441-1 à R4447-1.

    Besoin d'aller plus loin

    Besoin d'infos sur le matériel électroportatif ?

    Découvrez la situation de travail

    Formez vos collaborateurs pour améliorer les conditions de travail

    Accéder

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus