Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.
    La pratique d’échauffements musculaires dans le BTP se développe depuis plus de dix ans.

    © Bouygues Bâtiment Ile-de-France Rénovation privée (photo prise avant la crise sanitaire).

    Faut-il s’échauffer sur les chantiers avant de prendre son poste ? Pourquoi et comment ? Quels en sont les bénéfices et les limites ? C’est ce qu’explore l’OPPBTP dans une étude publiée sur son site preventionbtp.fr.

    Répercussions bénéfiques

    La pratique d’échauffements musculaires dans le BTP se développe depuis plus de dix ans. L’étude démontre que les entreprises qui les pratiquent sur les chantiers constatent souvent des répercussions bénéfiques, comme la réduction des accidents de la première heure et le renforcement de la cohésion d’équipe. La majorité des salariés évoque également un sentiment de «bien-être général ».

    Construire un projet « Échauffements »

    En revanche, leur bénéfice n’est pas démontré quant à la prévention des TMS ou une influence positive sur des pathologies à moyen terme. Pour obtenir des résultats significatifs en termes de sécurité, l’OPPBTP propose des outils pour construire un projet « Échauffements ». Il invite à intégrer cette pratique dans un plan d’action de prévention portant aussi sur d’autres dimensions du travail et en partenariat avec les services de santé au travail.

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus