Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    Les protections collectives en bas de versant

    Pour assurer la protection des opérateurs contre les chutes de hauteur, en bas de pente, privilégiez un échafaudage de pied ou, en cas d’impossibilité, un échafaudage en console ancré à la façade.

    Dans ce cas, le fabricant de l’échafaudage :

    • atteste de la capacité de son matériel à assumer cette fonction de protection de bas de pente,
    • indique la répartition et la résistance des ancrages de l’échafaudage à la façade.

    Et le garde-corps du dernier étage comporte une protection intermédiaire de type grille rigide ou filet de sécurité.

    Sinon, optez pour des garde-corps temporaires de classes B ou C (NF EN 13374+A1) également conçus pour prévenir les risques de chutes de hauteur dans les conditions suivantes (angle de la toiture par rapport à l’horizontale inférieur ou égal à 60°) :

    • La classe B peut être utilisée, lorsque l'angle de la toiture par rapport à l’horizontale est inférieur à 30°, sans limitation en termes de hauteur de chute, ou inférieur à 60° et que la hauteur de chute est inférieure à 2 m.
    • La classe C peut être utilisée, lorsque l'angle de la toiture par rapport à l’horizontale est compris entre 30° et 45°, sans limitation en termes de hauteur de chute ou entre 45° et 60° et que la hauteur de chute est inférieure à 5 m.

    Quel que soit le type de travaux (neufs, de réhabilitation ou d’interventions ultérieures sur ouvrage), il existe de nombreux dispositifs d’ancrage des garde-corps en bas de versant.

    Ancrages provisoires ou permanents, choisissez-les adaptés à la structure d’accueil qui est une charpente en bois et sur les éléments qui la composent (pannes, chevrons, fermettes, etc.), que ce soit une charpente traditionnelle, industrialisée ou en lamellé-collé.

    Quelle que soit la pente de la toiture, les différents types de dispositifs d’ancrage doivent permettre la mise en place du garde-corps en bas de versant, dont l’inclinaison :

    • ne doit pas s’écarter de la verticale de plus de 15° vers l’extérieur ou l’intérieur, pour les garde-corps de classe B ;
    • doit être comprise entre le plan vertical et la perpendiculaire à la surface de travail, pour les garde-corps de classe C.

    Les dispositifs à fixation mécanique ou manuelle

    Les dispositifs se déclinent en trois types :

    1. Les dispositifs à fixation mécanique sur le dessus de la charpente (ex. : crochets d’ancrage plats ou cambrés). Ils sont fixés sur le dessus du chevron au moyen d’un étrier à boulons, de pointes annelées ou de vis à bois. Dans le cas des pointes annelées et des vis à bois, respectez les préconisations du fabricant pour leur nombre et leurs dimensions.
    2. Les dispositifs à fixation mécanique sur une des faces latérales de la charpente (ex. : crochet d’ancrage torsadés). Ils sont fixés au moyen d’un axe à crampons, complété par des vis à bois ou des pointes annelées.
    3. Les dispositifs à serrage manuel sur un ou plusieurs éléments de charpente. Ils s’adaptent aux dimensions des sections des pannes, chevrons et fermettes. Ils se fixent sur la structure d’accueil par serrage manuel au moyen d’une tige filetée à poignée ou d’un levier. L’écartement du support de potelet par rapport à la panne sablière est réglable en fonction du débord de toit. Le support du potelet permet de respecter les exigences d’inclinaison du garde-corps.

    Choix des garde-corps en bas de versant et des dispositifs d’ancrage

    L’évaluation des risques liés au montage de la protection collective temporaire et à son adéquation aux travaux à effectuer doit être réalisée pour choisir les types d’équipements adaptés.

    Vérifiez, soit par le calcul, soit par des essais, que la structure d’accueil à laquelle sera fixé le garde-corps en bas de versant peut résister aux efforts statiques et dynamiques pour lesquels le système de protection est conçu (NF EN 13374+A1).

    Choisissez un dispositif d’ancrage du garde-corps en bas de versant compatible et adapté, de par sa taille et ses dimensions, à la structure d’accueil à laquelle il sera fixé.

    Les dispositifs d’ancrage qui se fixent par-dessus la toiture laissent des zones non couvertes au niveau des ancrages. Dans ce cas, prévoyez les conditions d’intervention du personnel, après le démontage du garde-corps, afin d’obturer ces ouvertures.

    Dans le cas de dispositifs à fixation mécanique sur le dessus et afin de respecter l’angle d’inclinaison du garde-corps, préférez des systèmes orientables.

    Optez pour des fourreaux (supports de potelets), faisant partie des dispositifs fixés à la structure d’accueil, équipés d’un système de verrouillage (goupille, boulon, etc.) permettant une liaison mécanique avec les potelets de garde-corps qu’ils sont destinés à accueillir. En cas de forte sollicitation, les potelets ne sont alors pas en mesure de sortir du fourreau.

    Réglementation

    Les travaux temporaires en hauteur doivent être réalisés à partir d'un plan de travail conçu, installé ou équipé de manière à préserver la santé et la sécurité des travailleurs (article R4323-58 du Code du travail)

    Afin de prévenir les risques de chute, les travaux en hauteur à partir d'un plan de travail imposent la mise en place de mesures de protections collectives, soit par des garde-corps intégrés ou fixés de manière sûre, rigides et d'une résistance appropriée, soit par tout autre moyen assurant une sécurité équivalente (article R4323-59 du Code du travail).

    Les gardes-corps doivent être placés à une hauteur comprise entre un 1m et 1,10 m et comportés au moins :
    a) Une plinthe de butée de 10 à 15 cm, en fonction de la hauteur retenue pour les garde-corps ;
    b) Une main courante ;
    c) Une lisse intermédiaire à mi-hauteur.

    Lorsque ces dispositifs ne peuvent pas être mis en place, des dispositifs de recueil souples sont alors installés et positionnés de manière à permettre d'éviter une chute de plus de trois mètres (article R4323-60 du Code du travail).

    Enfin, lorsque aucune de ces mesures de protection collectives n'est possible, la protection individuelle des travailleurs est assurée au moyen d'un système d'arrêt de chute respectant les conditions de l'article R4323-61 du Code du travail.

    Les solutions en relation

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus