Element_24/Action/Ajouter/Noir Created with Sketch.

    En résumé

    Les basculements ou renversements sont trop fréquents sur les chantiers et dans les ateliers. Leurs conséquences sont graves car ils impliquent bien souvent du matériel lourd ou des matériaux.

    Ils sont provoqués par une rupture d’équilibre du matériel ou des matériaux concernés. Leur origine peut se retrouver dans des causes naturelles extérieures comme le vent ou une surface d’appui pas assez résistante, mais aussi par une utilisation au-delà des limites techniques qui sont précisées par les adéquations des moyens et apparaux de levage, et dans les notices d’emploi des fabricants.

    La présente fiche traite du basculement et du renversement comme un risque primaire et non comme une conséquence d’une collision ou d’un heurt qui font l'objet d'une fiche spécifique.

    Améliorer la sécurité sur vos chantiers

    Découvrez des solutions qui vont vous permettre d’investir dans la santé et la sécurité tout en améliorant les performances de votre entreprise.

    Basculement ou renversement : un risque sur les chantiers

    L’étude des accidents ou des presqu’accidents classés dans les risques de basculement ou de renversement, sur les chantiers ou dans les ateliers, montre une fréquence et une gravité des évènements importants avec des conséquences souvent graves pour les salariés.

    Les enquêtes mettent en avant un large panel de matériel et de matériaux qui se renversent, et concernent toutes les étapes de construction, dans toutes les phases de travail, du stockage aux phases définitives en passant par les phases intermédiaires transitoires. On peut citer, par exemple, l’archivage de documents, la pose d’éléments préfabriqués lourds, le stockage de panneaux menuisés lors d’un dépotage de colis.

    L’analyse de ces évènements montre dans tous les cas que les causes trouvent leur origine dans un déséquilibre de la pièce ou d’un ensemble de matériaux/matériels. Elles peuvent être la conséquence de facteurs naturels (vent, pluie, pente...), de facteurs accidentels (choc, défaillance d’appui…) ou de facteur de défaillance humaine (stockage vertical, dépassement des charges, freinage brusque ou survirage...).

    Déchargement à l‘aide d‘un camion tribenne.

    Pour étudier la stabilité d’un élément, d’une masse, d’un matériel, d’un matériau, la représentation graphique des efforts en jeu permet de mettre en évidence les conditions pour garantir la stabilité des éléments.

    Par définition mécanique, la stabilité d’un corps représente sa capacité à maintenir son état d’équilibre dans ses différentes phases (repos ou mouvement, phases transitoires, intermédiaires ou finales…).

    Plus un corps est stable, plus il offre de résistance à une perturbation de son état d’équilibre, plus il est en sécurité et donc moins susceptible de se renverser.

    La stabilité d’un corps en équilibre est dépendante de 4 principaux facteurs :

    • la surface du polygone de sustentation : plus cette surface est petite, et plus l’instabilité est grande, et inversement ;
    • la hauteur du centre de gravité au-dessus de ce polygone : plus le centre de gravité est bas, et plus l’équilibre est stable, et inversement ;
    • la masse du sujet influe aussi sur l’équilibre : avec de bons appuis, un corps est plus stable lorsque sa masse est importante car il faut exercer une plus grande force pour le déplacer ;
    • la surface de l’objet ensuite aura une incidence pour le risque de renversement du au vent : si la masse du corps est faible, avec une prise au vent importante celui-ci basculera en cas de forte brise ou, pire, d’effet de site concentrant l’effet du vent dans une direction.

    Exemple d'une grue à tour : la notice du constructeur préconise les différentes dispositions de montage et informations complémentaires telles que charge nominale, surface d'appui, lestages, conditions d’utilisation. Il est fondamental de s’y référer car les efforts sur le sol des appuis seront déterminants.

    Grue à tour Grue à tour

    De plus, lorsque le vent est trop important pour la surface exposée à lever, il convient de prendre des mesures pour éviter tout risque de renversement :

    Mesures pour éviter tout risque de basculement Mesures pour éviter tout risque de basculement

    Les trois sources de basculement

    Il y a trois principales catégories de basculement sur un chantier ou dans un atelier, conduisant à des accidents ou à des presqu’accidents.

    Ces catégories sont issues de facteurs naturels (vent, pluie, pente...), de facteurs accidentels (choc, rupture d’appuis au sol…) ou de facteurs humains (stockage vertical, dépassement des charges maxi utiles, vitesse ou freinage excessif, survirage à vive allure en courbes...). On parle donc ici de l’élément déclencheur du fait accidentel.

    Des facteurs naturels à l’origine des accidents de renversement

    Le travail sur chantier ou dans un atelier peut générer de nombreuses situations de renversement de matériel ou de matériaux. Ces situations ne sont pas toujours maîtrisables car elles dépendent d’éléments pouvant favoriser et déclencher un accident. On peut citer comme exemple :

    • Le vent, les courants d’air avec ses difficultés à s’en protéger. Le stockage vertical ou en terrasse de matériaux légers sont donc à proscrire, par exemple. Une plaque de contreplaqué, une palette, des banches peuvent basculer sous l’effet du vent ou d’un courant d’air. Même si ce matériel semble lourd et inébranlable, une brise de 25 km/h suffit à renverser une banche si celle-ci n’est pas stabilisée.
    • La pluie avec son impact sur la stabilité des terres lors des phases de terrassement favorisera des glissements pouvant conduire à des renversements d’objets.
    • La pente des zones terrassées sera propice au renversement d’un engin en cas de dépassement du seuil d’équilibre…

    Le vent

    Une plaque de contreplaqué, une palette, des banches peuvent basculer sous l’effet du vent. Même si ce matériel semble lourd et inébranlable, une brise de 25 km/h suffit à renverser une banche si celle-ci n’est pas stabilisée.

    Le risque de renversement des charpentes est l'une des causes principales d'accident. En effet, bien que "légères" (de 40 à 80 kg de poids unitaire), les charpentes industrialisées présentent des dimensions importantes. Les fermes sont colisées par 10 ou 20 éléments, et leur renversement après déconditionnement entraîne des accidents très graves voire mortels.

    Engins de levage

    Le renversement d’un engin de levage peut trouver son origine dans une charge trop lourde à la portée considérée, l’effet néfaste du vent ou la défaillance des appuis. Il est à noter qu’un décrochage intempestif de la charge peut également provoquer un renversement et la ruine de la machine.

    L’entreprise utilisatrice d’un engin de levage doit contrôler la courbe de charge et la CMU de la machine choisie face au poids des pièces à lever en prenant en compte également leur surface au vent et en contrôlant d’éventuels effets de site.

    Le choix du bon moyen de levage et de ses accessoires est prioritaire pour assurer la sécurité sur un chantier. Le risque de renversement par surcharge ou défaut de stabilisation de l’engin est ainsi appréhendé par l’examen d’adéquation de l’engin. La grue mobile est ainsi un équipement de levage utilisé en location avec chauffeur, qui offre de multiples solutions de déploiement suivant les modèles. Le levageur aura dans ce cas à cœur de vérifier toutes les données transmises pour déployer sa grue et mener son opération à bien sous peine de voir sa machine ruinée dans un renversement.

    Facteur accidentel

    Les chocs représentent la majorité de ce type d’accident. Il amène par nature un déséquilibre d’une pièce préfa stockée par exemple.

    Les vibrations amenées par un poids lourd ou en engin peut déstabiliser un talus.

    Les matériaux lourds ou les big bag positionnés trop proches de la tête de fouille peuvent se renverser. Mieux vaut garder une distance de sécurité entre le bord de la fouille et l’endroit de stockage du matériel pour éviter de trop surcharger. Cette distance doit être a minima de 40 cm.

    Evitez de poser du matériel sur un talus ou une butte en terre. Le sol doit être plat, bien stabilisé, dépourvu de déchets des stockages précédents avant de poser des éléments.

    Evitez également de superposer les palettes les unes sur les autres. Si les matériaux maintenus sur les palettes ne sont plus retenus par du film ou cerclés avec des liens plastiques, leur chute peut entraîner le renversement des palettes.

    Pour limiter les risques, identifiez, dès l’étude du chantier, les zones où stocker les matériaux lourds afin de les éloigner autant que possible de la paroi de la fouille.

    En amont du chantier, il est important de travailler avec tous les acteurs et de faire clairement apparaître le positionnement des zones de stockage dans les documents tels que le plan particulier de sécurité et de protection de la santé (PPSPS) ou le plan d’installation de chantier (PIC).

    Sensibilisez les salariés du chantier au risque de basculement de charge lors de l’accueil ou lors de quart d’heure sécurité, de réunion d’informations, etc.

    S'assurer de l’adéquation des engins de levage

    Certains engins de chantier utilisés en terrain accidenté comme les pelles, les camions avec grue auxiliaire, les grues mobiles peuvent aussi basculer si certaines précautions ne sont pas prises. Pour exemple, la base de données nationale EPICEA a relevé qu’un tiers que plus du quart des accidents graves survenus avec des pelles avant 2009 est lié au renversement de l’engin. La cause du renversement est due soit à un terrain en pente soit à l’instabilité des appuis soit à un équipement sous-dimensionné pour le levage à effectuer. Quant aux grues, sur plus de 130 cas graves répertoriés depuis 1980, pratiquement un cas sur deux est lié au renversement de la grue.

    Appui des engins

    Le fabricant nous donne les efforts de l’appareil sur ses appuis. Dans tous les cas, il convient de s’assurer que la pression exercée par l’appareil peut être reprise par le sol. On doit s’assurer que les talus, murs de soutènement, cavités souterraines etc. ne seront pas affectés par la sollicitation de l’appareil en charge. Pour les appareils munis de stabilisateurs, il convient de placer sous les patins des éléments de répartition ou de fondation limitant la pression du sol à une valeur acceptable.

    Facteur humain

    Le facteur humain intervient dans :

    • le basculement d’engins tels que des grues mobiles, camions de pompe à béton, chariots télescopiques, camions avec grues auxiliaires par le dépassement de leur limite d’utilisation (charge, utilisation sur des terrains accidentés...) ;
    • le stockage précaire (sur des surfaces inappropriées, stockage à la verticale, etc.) ;
    • un élingage qui ne permet pas l’équilibre parfait de la charge dans toutes ses situations (déplacement, repos, tournoiement, balan, etc.), et dans toutes ses phases.

    Basculement d’engin

    Sur les chantiers, l’utilisation d’engins de travaux comme des grues mobiles, des camions de pompe à béton, des chariots, des camions avec grues auxiliaires présente des risques de renversement. On distingue trois causes :

    • Mauvaise appréciation de l’état du sol ou de la capacité de l’engin (pente trop forte, instabilité, terrain hétérogène, etc.).
    • Mauvaise adéquation levage/engin (basculement en cas de dépassement des capacités).
    • Non-prise en compte des éléments naturels (vent, orage, pluie, obscurité, etc.).

    Pour prévenir ces risques :

    • Ne commencez pas vos manœuvres avec un engin de levage sans avoir bien stabilisé l’engin à l’aide des stabilisateurs télescopiques. Le renversement de grues mobiles coûte régulièrement la vie aux ouvriers travaillant à proximité ainsi qu’aux conducteurs.
    • Portez systématiquement une ceinture de sécurité afin de ne pas être éjecté de l’engin.
    • Equipez l’engin d’arceaux de sécurité pour protéger le conducteur en cas de retournement.
    • Privilégiez les engins avec cabine et porte empêchant l’expulsion du conducteur.
    • Respectez les limites de charge de levage et de transport (consulter la notice, l'adéquation, le plan de charge, le système de sécurité interne).
    • Privilégiez les engins équipés de système de sécurité détectant le niveau d’inclinaison.
    • Prévoyez un marteau brise-glace avec coupe ceinture à l’intérieur de la cabine.
    • Souscrivez un abonnement météorologique.
    • Contrôlez périodiquement et entretenez vos véhicules et engins.
    • Assurez-vous de la compétence et/ou de l’habilitation du conducteur d’engin ou du véhicule.
    • Balisez et séparez les zones de circulation engin/piéton/véhicules de livraison.
    • Etc.

    Stockage précaire

    Dans la mesure du possible :

    • Ne stockez pas sur un sol encombré, inégal ou glissant (ou pouvant le devenir).
    • Stockez les éléments les plus lourds le plus en bas possible, afin d’avoir le centre de gravité le plus bas possible.
    • Privilégiez le stockage à plat.
    • Utilisez les râteliers pour le stockage vertical (prémurs, rack à treillis, tréteaux panneaux bois/verre, etc.).
    • Dans le cas d’impossibilité, conformez-vous à la règle ci-dessous :

    Stockage Stockage

    Elingage

    Conformez-vous aux préconisations édictées dans les PPSPS et les plans de prévention, ainsi que dans les notices d’utilisation.

    Retournement d’engin

    Pour les grues mobiles et les camions avec grue auxiliaire, le calage est un facteur important à prendre en compte pour éviter le renversement.

    Respectez les recommandations suivantes pour limiter le risque :

    • La grue doit être parfaitement horizontale, en particulier si vous utilisez des flèches longues à grande portée de travail.
    • Assurez-vous aussi de la stabilité du terrain. Sinon utilisez les plaques de répartition dédiées par engin.
    • Amenez la grue aussi près que possible de la charge à soulever et dégagez le verrou d’orientation après immobilisation de la grue.
    • Ne stabilisez pas votre engin sur une plaque d’égout ou sur une dalle de résistance inconnue.
    • Soyez prudent en bord de fouille. La distance entre la verticale du pied de talus et l’appui le plus proche sera au moins égale à la profondeur de la fouille pour un terrain compact et au double pour un terrain instable.
    • Le grutier doit avoir en visu chaque stabilisateur.
    • Aucune roue ne doit s’appuyer sur le sol lorsque les stabilisateurs sont sortis et abaissés.
    • Ne sortez pas les stabilisateurs que d’un seul côté de la grue.
    • Assurez-vous de la présence des contrepoids utiles pour le levage considéré.
    • Assurez-vous que les dispositifs de blocage mécanique sont en place avant de soulever la charge.
    • Les dispositifs technologiques de sécurité peuvent vous aider dans vos opérations de levage, il est donc important de s’y conformer à tout instant

    Pour une conduite en sécurité, le conducteur doit s’informer sur la masse et les caractéristiques des charges à manutentionner. Il doit avoir les notions d’évaluation des charges et savoir lire le tableau des charges (abaque).

    Il doit aussi vérifier régulièrement l’indicateur d’inclinaison de la flèche et le diagramme de portée pour ne pas dépasser les limites de capacité de celle-ci. Dans bien des cas, il existe des systèmes automatiques de sécurité portant sur l’inclinaison des flèches et le dépassement de limite de charge appelé CEC qui ne doivent pas être shuntés.

    Assurez-vous que le chauffeur est bien en possession du CACES® adapté et de l’autorisation de conduite en sécurité délivrée par l’employeur.

    Elingage

    • Réalisez les adéquations spécifiques levage.
    • Les formaliser, le cas échant, dans le plan de prévention et le PPSPS.
    • Sensibilisez les élingueurs aux risques de ces opérations.
    • Vérifiez les apparaux avant l’usage et leur conformité.
    • Conformez-vous à leur notice d’utilisation.
    • Conformez-vous à la notice d’utilisation de la charge à lever, si elle existe.
    • Dans le cas contraire, rapprochez-vous du bureau d’études pour l’étude du levage (exemple : position du centre de gravité, résistance par rapport aux efforts induits...).
    • Désélinguez une fois la charge bien stabilisée et accompagnez les élingues (pour éviter leur accrochage fortuit).
    • Maîtrisez ou prévoyez les mouvements de la charge lors des phases d’approche afin de vous positionner en sécurité.

    Des conséquences graves

    Lorsqu’un élément préfabriqué ou un engin se renverse sur un chantier, mieux vaut ne pas être à proximité. Le risque d’écrasement est très important et les conséquences sont graves.

    L’écrasement : principale conséquence du renversement de matériel ou d’engin ou de matériaux

    Le renversement de matériel ou d’engin sur une personne travaillant sur un chantier est la plupart du temps très grave. Dans le meilleur des cas, vous vous blesserez au pied. Mais recevoir plusieurs dizaines de kilos de charges sur le corps est rarement anodin. Côtes cassées, vertèbres fêlées, écrasement de la cage thoracique, toutes ces conséquences peuvent entraîner un long arrêt de travail, un risque d’invalidité et parfois même le décès.

    L’accident doit faire l’objet d’un rapport. En effet, il permet d’analyser les causes de l’accident, d’alerter les travailleurs et le responsable du chantier du danger, et d’éviter que cela ne se reproduise. C’est aussi l’occasion de rappeler les consignes de sécurité et de vérifier qu’elles sont correctement appliquées.

    Entourez-vous de personnes comme les préventeurs de l’entreprise ou les préventeurs externes comme la CARSAT ou l’OPPBTP. Ils vous apporteront des éléments d’information et vous aideront à définir des pistes d’amélioration pour la sécurité sur vos chantiers.

    Des dégâts matériels importants

    Au-delà des conséquences, humaines, le renversement entraîne souvent la casse du matériel, du matériau ou de l’engin concerné. En outre, selon le point de chute et la dimension et/ou la masse du matériel, du matériau ou de l’engin, le renversement peut causer des dommages collatéraux : effondrement de tout ou partie de l’ouvrage, etc.

    La jurisprudence

    • Nécessité de traduction des règles de sécurité dans la langue d‘origine du salarié : notre analyse
    • Faute d‘imprudence et responsabilité morale : notre analyse

    Besoin d'aller plus loin

    Mettez en place des actions de prévention sur vos chantiers

    Voir vos situations de travail

    Retrouvez notre catalogue de formation

    Accéder

    Cette page a-t-elle répondu à vos questions ?

    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies. Ceux-ci nous permettent de connaitre votre profil preventeur et d’ainsi vous proposer du contenu personnalisé à vos activités, votre métier et votre entreprise. En savoir plus