• Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Les conjoints d’artisans souffrent aussi de stress

- Mise à jour le 18/04/2016 19:07

La Capeb et le pôle d’innovation Iris-ST se sont penchés pour la première fois sur les conditions de travail et l’état de santé des conjoints d’artisans du bâtiment. Impliqués fortement dans la vie de l’entreprise, les conjoints subissent le phénomène du stress et une fatigue accrue.

Conjointe

 

Un peu plus d’un conjoint d’artisan sur deux (55%) se sent stressé. C’est ce que révèle la première enquête dévoilée le 15 avril dernier par la Capeb et l’Iris ST. Un chiffre à mettre en parallèle avec celui des artisans où 53 % déclaraient se sentir stressés lors d’une précédente étude . Le stress serait-il communicatif ? Oui, semble dire cette enquête. Pour 54 % des conjoints, le stress de l’artisan devient générateur de stress. Globalement, le stress ressenti augmente avec la charge de travail et croît si une personne de la famille est présente dans l’entreprise (62%). « La mise en place de cette enquête est plus que nécessaire pour mesurer pleinement l’impact de l’activité des artisans sur leurs conjoints qui partagent le quotidien de l’entreprise et contribuent à son développement. Ils/elles accompagnent leur partenaire dans son quotidien, ses choix, ses difficultés et connaissent parfaitement les défis auxquels il doit faire face et les tracas qui vont de pair », souligne Catherine Foucher, présidente de la Commission nationale des femmes d’artisan.

Des craintes pour l’avenir

La crise économique qui secoue ces dernières années le bâtiment explique en grande partie ce stress ressenti. Un peu plus d’un tiers (34%) sont, en effet, pessimistes pour l’avenir de leur entreprise. La crise cristallise les inquiétudes des conjoints au manque de visibilité sur l’avenir (54%) et aux difficultés de trésorerie (50%).

Vie personnelle et vie professionnelle intimement liées

Alors que les conjoints assurent, pour beaucoup, des responsabilités familiales, près de deux conjoints sur trois (62%) travaillent tous les jours de la semaine dans l’entreprise. Ce climat pèse évidemment sur la vie personnelle. Ce rythme soutenu crée un déséquilibre qui donne aux conjoints le sentiment de ne pas être assez disponible pour leur famille et leur entourage. "L’enquête a permis un constat réel… que l’on supposait depuis longtemps. Aujourd’hui, il nous faut réagir, c’est pour cela que nous avons sollicité la MNRA* qui a accepté avec beaucoup d’enthousiasme d’établir une convention d’aide psychologique en faveur des conjoints", précise Catherine Foucher.

*Mutuelle des artisans



  • Supprimer de mes favoris
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Téléchargez le magazine PréventionBTP

Magazine Prévention BTP - N 242- Juillet août 2020

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.