• Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Plus de prévention pour les cancers professionnels

Cendrine Barruyer - Mise à jour le 16/04/2019 17:30

Le rapport « Santé travail : enjeux & actions » de l’Assurance maladie vient d’être publié. Dédié aux cancers professionnels, il souligne les progrès réalisés en matière de reconnaissance. En moyenne, 1840 cancers professionnels sont déclarés chaque année, dont 24% dans le BTP.

Soudeur

 

Selon le rapport « Santé travail : enjeux et action » publié par l’Assurance maladie-risques professionnels ce 11 avril, 1840 cas , en moyenne, de cancers professionnels sont déclarés chaque année. Les deux secteurs les plus concernés sont la métallurgie (39% des cas) et le BTP (24% des cas). Si le chiffre est inquiétant, il montre également que ces cancers, naguère peu documentés, sont aujourd’hui de mieux en mieux connus et reconnus. En vingt ans, les cas recensés sont passés de 540 à 1940. « Pour le cancer de la vessie, nous avons réussi à multiplier par cinq leur reconnaissance », explique notamment Marine Jeantet, directrice des risques professionnels de la Cnam.

Cancer du poumon et mésothéliomes en tête

Parmi ces cancers, 80 % sont liés à l’amiante (cancers du poumon et mésothéliomes). Les autres touchent principalement la vessie, la sphère ORL (cancers naso-sinusiens) ou le sang (leucémies). Les poussières de bois, le benzène et les produits noirs (goudron, bitumes, asphaltes) sont à eux seuls incriminés dans la moitié des cas.

« Risques chimiques pros », un programme dédié

Après le programme CMR (2014-2017) centré sur quatre polluants (fumées de soudage en chaudronnerie, perchloroéthylène des pressings, diesel des centres de contrôle technique, styrène dans la plasturgie), le programme « Risques chimiques pros » (2018-2022) vise à accompagner 5000 entreprises (soit 100 000 salariés) dans une démarche de prévention. La construction et les TP seront des cibles majeures de cette action. Aide à la mise en place d’une démarche de prévention, formation, mise à disposition d’outils d’évaluation comme « Seirich », ressources documentaires… sont autant de moyens qui seront alloués à ce programme.

En parallèle, une campagne de trois ans mobilisera les laboratoires de chimie et les centres de mesures des Cram ainsi que l’INRS, dans le but d’améliorer les connaissances dans des domaines encore peu explorés : les multi-expositions, le formaldéhyde, les fluides de coupes, le plomb et ses dérivés, les poussières de bois…



  • Ajouter à mes favoris (espace e-prévention)
  • Imprimer
  • Grossir le corps de texte Diminuer le corps de texte
  • Partager

Découvrez le magazine PréventionBTP

Magazine Prévention BTP

Abonnez-vous à la newsletter !

Restez connecté à la prévention en vous inscrivant à notre newsletter et recevez tous les mois en exclusivité toute l'actualité de la prévention dans le BTP.